Bordeaux sera candidate au label "Capitale French Tech"

 |   |  638  mots
Le French Tech Day a réuni l'écosystème local à Bordeaux, au Palais de la Bourse
Le French Tech Day a réuni l'écosystème local à Bordeaux, au Palais de la Bourse (Crédits : French Tech Bordeaux)
L'organisation de la French Tech est en train d'être complètement revue au niveau national. Les labels "Capitale French Tech" et "Communauté French Tech" vont voir le jour. L'écosystème bordelais va candidater au premier.

En octobre dernier, le secrétaire d'Etat au Numérique, Mounir Mahjoubi, a détaillé les nouvelles orientations stratégiques de la Mission French Tech et annoncé le dépoussiérage de ses actions en direction des entreprises françaises innovantes. L'organisation des écosystèmes locaux labellisés French Tech va lui aussi être modifié. Les 13 "Métropoles" en France et les 22 "Hubs" à l'international, vont être supprimés. Ils seront remplacés par des "Capitales" et des "Communautés". Contrairement aux labels existants, qui sont pilotés en France par des acteurs publics et privés locaux ainsi que par des entrepreneurs, l'idée des Capitales et des Communautés est que les entrepreneurs soient placés au cœur de l'initiative.

Pour créer une "Communauté", il faudra qu'un minimum de 25 entrepreneurs décident de se regrouper. "Cela permettra des regroupements plus souples, plus spontanés et plus efficaces car cela se fera parfois autour d'une même thématique", indiquait en octobre le secrétariat d'Etat au Numérique, actant ainsi l'échec des neuf réseaux thématiques nationaux et préférant que des initiatives se montent thématiquement au niveau local.

Les "Capitales French Tech", en revanche, vont surtout remplacer les 13 "Métropoles" existantes : il s'agira de valoriser en priorité les scale-up du territoire, c'est-à-dire les entreprises en hypercroissance, et d'organiser le label autour d'elles, avec un fort soutien des collectivités territoriales. Autrement dit, un même entrepreneur pourra faire partie d'une "Capitale" French Tech et s'impliquer dans une "Communauté" thématique sur son territoire. Les dossiers devraient, selon le calendrier envisagé, être déposés autour de la fin janvier. Il est également imaginé que si les Métropoles labellisés étaient 13, il n'y ait que 10 Capitales French Tech.

Jérôme Leleu, président de French Tech Bordeaux, et le comité des entrepreneurs composé de David Babin, Tiphaine Bichot, Bertrand Bussac, Christophe Chartier, Stéphane Laurent, l'ont annoncé hier soir sur scène lors du French Tech Day, le rendez-vous annuel au Palais de la Bourse : l'écosystème bordelais sera candidat au label le plus ambitieux, celui de Capitale French Tech. Six scale-up locales bénéficient en 2018 du Pass French Tech décerné aux entreprises en hypercroissance : L'Addition, Qucit, Do you dream up, Comerso, Yooji et EMS Proto.

"L'écosystème local a une identité et une légitimité à devenir Capitale French Tech. Un travail important a été mené ces dernières années avec la contribution de chacun, une dynamique forte existe comme l'a montré le French Tech Day 2018 avec plus de 1.800 inscrits à l'événement et le succès du job dating avec les 424 offres d'emploi proposées", résume Jérôme Leleu, émettant également plusieurs observations : "Il reste encore des choses à clarifier. Mais Bordeaux Capitale French Tech doit conserver son rôle fédérateur, de lien, et ne pas se placer au-dessus des autres structures. Nous sommes aussi très favorables à l'émergence de Communautés locales, tant qu'elles respectent l'ADN et les valeurs de French Tech Bordeaux, comme la parité, l'inclusion... et que l'unité et la lisibilité sont maintenues." Quant au focus annoncé par cette "French Tech V2" sur les scale-up, "c'est une bonne chose car il faut travailler à la création d'acteurs susceptibles de jouer le rôle de locomotive et de contribuer ainsi à l'émergence et au développement de nouvelles startups. Mais il faudra aussi faire attention à s'occuper de toutes les entreprises, les plus jeunes comme celles qui ne veulent pas forcément trop grandir."

Les entreprises qui souhaitent d'ores et déjà soutenir la candidature peuvent le faire à cette adresse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :