Immobilier d’entreprise : Bègles veut une activité pour son futur ex-centre de tri Colissimo

 |   |  907  mots
Vue du futur centre de tri colis La Poste à Cadaujac, au sud de Bordeaux.
Vue du futur centre de tri colis La Poste à Cadaujac, au sud de Bordeaux. (Crédits : H.Saladin)
D’ici 2021 la ville de Bègles (Bordeaux Métropole) aura perdu l’énorme centre de tri colis de La Poste qu’elle accueille sur 14.000 m2 près de la Garonne. Cette information, qui n’était jusque-là qu’une rumeur syndicale, vient d’être confirmée par le groupe La Poste qui annonce 30 M€ d’investissement dans ce projet industriel. Contrairement à ce que craignent les syndicats, l’effectif actuel ne devrait pas en souffrir, souligne la direction régionale du groupe La Poste. (Réactualisé 16/01/2019)

Le groupe La Poste annonce un investissement de 30 M€ en Gironde destiné à la création d'une nouvelle plateforme de traitement des colis de Colissimo à Cadaujac, au sud-ouest de Bordeaux. Cette nouvelle plateforme de 15.019 m2 couverts, pour une emprise foncière de 53.200 m2, permettra à tous les agents de l'actuelle plateforme de tri Colissimo de Bègles d'être recasés, fait savoir la direction du groupe La Poste de Nouvelle-Aquitaine. Contrairement à ce que craignent les syndicats, qui estiment que 40 à 50 postes de travail (sur 136 agents hors intérimaires) pourraient être perdus dans l'opération.

"Nous ne communiquons pas sur ce sujet à l'heure actuelle, fait-on savoir à la direction régionale. Il y a six mois il y avait encore des inconnues dans le projet et c'est pourquoi nous n'en parlions pas. Aujourd'hui des négociations sont en cours, c'est pourquoi nous n'avons pas abordé la question de l'effectif. Mais pour rappel, il faut savoir que tous les postiers de l'ancien centre de tri du courrier de Bègles, qui a été transféré à Cestas, se sont vus proposer un poste. Nous utiliserons une méthodologie de conduite du changement, associant organisations syndicales et agents pour organiser le transfert de l'effectif de Bègles sur la plateforme de Cadaujac, sans la moindre suppression d'emploi" explique-t-on à la direction.

Plus de capacités de production et logistiques

Il y a quelques mois encore, la direction réfutait la création d'un nouveau centre de tri colis à Cadaujac alors que les syndicats évoquaient cette piste. La plateforme de Cadaujac doit ouvrir en 2021, ce qui laisse effectivement du temps avant de régler les derniers détails, et le permis de construire de cet énorme ensemble industriel est en instruction à la mairie de Cadaujac. Le projet est piloté par Poste Immo, filiale du groupe La Poste, et c'est le promoteur AGC (Atlantique Gascogne Constructions) qui est à la manœuvre.

Le nouvel ensemble va nominalement être à peine plus grand, en terme de surface de plancher, que le centre de Bègles, qui s'étend sur 14.000 m2. C'est l'équipement en machines de dernière génération et surtout la configuration du site, qui doit atteindre un optimum logistique, qui vont faire la différence. La nouvelle plateforme de Cadaujac va ainsi être équipé d'une trieuse capable de traiter 13.000 colis à l'heure mais aussi d'un système d'information inédit. Ce qui va porter la moyenne journalière à 312.000 colis traités, contre 220.000 en période de pointe aujourd'hui. La remise à plat de toute l'infrastructure logistique doit permettre au futur centre d'optimiser le chargement des camions avec 30 % de colis en plus en moyenne par véhicule. Ce qui devrait entrainer une réduction d'émission annuelle de 15.000 tonnes de dioxyde de carbone (CO2).

Une stratégie qui vise le hors Métropole

En plus de son cœur de métier logistique, cette nouvelle plateforme va s'enrichir d'une activité de distribution en appui des sites postaux déjà existants dans ce secteur géographique, afin d'être capable d'absorber une partie de la croissance du trafic colis lié à l'afflux de nouvelle population au sud de Bordeaux. Avant cette plateforme de traitement Colissimo sud-ouest, Bègles a perdu son centre de tri courrier du boulevard Jean-Jacques Bosc, qu'est en train de remplacer la Cité numérique. C'est en 2009 qu'a ouvert le nouveau centre de tri courrier à Cestas.

En choisissant Cadaujac le groupe La Poste se donne une fois de plus les coudées logistiques franches. Il échappe aussi au périmètre de Bordeaux Métropole (auquel n'appartiennent ni Cadaujac ni Cestas) qui affiche des prix élevés au mètre carré et des taux d'imposition musclés. Ce qui fait dire à certains que le groupe La Poste va réaliser une importante plus-value en vendant ses mètres carrés béglais au prix fort pour acheter de la surface à prix quasiment discount à Cadaujac. "Il n'en est pas question, souligne-t-on à la direction régionale du groupe La Poste. Nous gardons la propriété du site de Bègles".

Un nouvel ensemble à intégrer à Euratlantique

La ville de Bègles, dont Clément Rossignol Puech est le maire, prend acte de cette grosse opération industrielle et souhaite lancer "une réflexion collective" sur l'avenir du site actuel. Le transfert à Cadaujac libère -on l'a vu- 14.000 m2 couverts, qui vont entrer une deuxième fois dans le patrimoine béglais et faire irruption dans le programme Euratlantique. Le maire demande ainsi le lancement d'une concertation avec le groupe La Poste et l'établissement public d'aménagement Bordeaux Atlantique pour aborder l'avenir du site. Sachant qu'il n'est pas question pour Clément Rossignol Puech de modifier la nature de cet ensemble, dont il veut conserver la fonction logistique.

"La Ville souhaite en effet conserver ce site stratégique sur le territoire ; sa situation au cœur de l'agglomération et à proximité de la rocade permettrait le développement d'une activité de livraison vers les derniers kilomètres de la métropole, avec l'utilisation d'un mode de transport alternatif plus écologique" évoque ainsi la mairie.

Une option qui s'inscrit dans le droit fil de la stratégie voulue par le groupe La Poste, selon la direction Nouvelle-Aquitaine, car, même si les détails ne sont pas encore arrêtés, la future ex-plateforme Colissimo de Bègles devrait conserver une activité logistique.

Quoi qu'il en soit, l'implantation de cette énorme infrastructure industrielle est une très bonne nouvelle pour Cadaujac.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :