Bordeaux Métropole : tension à la hausse entre maires et promoteurs immobiliers

 |   |  746  mots
Arnaud Roussel-Prouvost, président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) de Nouvelle-Aquitaine.
Arnaud Roussel-Prouvost, président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) de Nouvelle-Aquitaine. (Crédits : Agence Appa)
Le courrier dénonçant les dangers de la politique anti-construction de nombreux maires métropolitains adressé au préfet de la Gironde par Arnaud Roussel-Prouvost, président régional des promoteurs immobiliers, fait réagir le maire de Mérignac, Alain Anziani, qui souligne à La Tribune l’exaspération de ses administrés.

"Nous ne comprenons pas comment ce courrier a pu fuiter", commente-t-on dans les couloirs de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) de Nouvelle-Aquitaine. Le document en question, qui s'est retrouvé sur le bureau du premier magistrat de Mérignac, Alain Anziani, n'est autre que le courrier adressé par Arnaud Roussel-Prouvost en début de mois au préfet de la Gironde, Didier Lallement, dans lequel le patron des promoteurs dénonce la politique malthusienne défendue par de nombreux maires de Bordeaux Métropole en matière de construction de logements. Un sujet au cœur de la dernière enquête que La Tribune, à Bordeaux, vient de consacrer au marché immobilier à Bordeaux Métropole, dans laquelle le président régional de la FPI dit toute l'inquiétude que lui inspire les postures anti-construction des maires métropolitains.

Lire aussi : "Bordeaux, l'heure du retournement immobilier ?", au sommaire de l'Edition Bordeaux de La Tribune

Des blocages politiques qui, selon Arnaud Roussel-Prouvost, mettent en danger l'application de la loi Elan portée par le gouvernement, dont l'un des objectifs centraux consiste à "construire plus, mieux et moins cher". Et dans son courrier au préfet le président de la FPI de Nouvelle-Aquitaine insiste sur l'ampleur du mouvement politique.

"Cette posture pourrait avoir des effets catastrophiques, sur le plan de l'aménagement du territoire en premier lieu (étalement urbain) mais également sur l'économie du secteur du logement et du bâtiment dans son ensemble, qui pèsent lourdement sur l'économie locale", avertit ainsi Arnaud Roussel-Prouvost.

"Une vraie fronde de nos habitants"

Pour être plus clair le président ajoute que "les promoteurs immobiliers produisent plus de 5.000 logements neufs par an sur la Métropole, dont 40 % de logements sociaux, ce qui représente environ 10.000 emplois". Dans sa dernière enquête La Tribune à interrogé de nombreux maires de la Métropole à ce propos. Pris à partie cette semaine par des habitants du quartier des Eyquems, à propos de la transformation d'une maison en six logements, comme le relate le quotidien Sud Ouest, Alain Anziani, maire (PS) de Mérignac, deuxième plus grande ville de Bordeaux Métropole, a remis ce sujet de l'urbanisation métropolitaine au menu du conseil de Bordeaux Métropole.

Joint par La Tribune ce vendredi matin il ne mâche pas ses mots :

"Tous les maires constatent la même chose : une vraie fronde de nos habitants contre l'urbanisation actuelle, qui génère selon eux de la promiscuité, produit des logements de mauvaise qualité ou encore des problèmes de stationnement par manque de places de parkings, égrène froidement l'élu socialiste. On construit trop, voilà ce que l'on me dit. Sur les 28 communes de la Métropole au moins 20 sont dans ce cas. Nous ne refusons pas de construire, poursuit-il, mais nous ne pouvons pas construire partout".

5.000 logements neufs au programme sur 10 ans

Ainsi Alain Anziani estime que les promoteurs exagèrent. Les habitants ne veulent plus voir des constructions à trois, quatre ou cinq étages surgir dans des zones d'habitat diffus. Plus qu'une méchante équation politique à court terme, il s'agit pour lui d'une question de philosophie.

"Le modèle de la mégapole c'est dépassé. Pourquoi le foncier flambe-t-il ? Parce que les promoteurs frappent à la porte des propriétaires et font de la surenchère. Un lot à bâtir qui valait 200.000 euros monte ainsi à 400.000. Ensuite ils viennent voir les maires en leur disant, « à 400.000 euros il va nous falloir beaucoup de logements ». Nous allons construire 3.000 logements sur les 10 ans à venir dans la seule zone Marne-Soleil, près du centre commercial. Au total pendant cette décennie près de 5.000 logements devraient sortir de terre", déroule le maire de Mérignac.

Les promoteurs trouveront sans doute son argument sur la flambée du foncier spécieux mais Alain Anziani se veut réaliste. Il rappelle que l'urbanisme fait l'objet dans sa ville, comme dans beaucoup d'autres dans la Métropole, d'une charte et qu'il est possible de construire à condition "qu'il y ait de la nature", ce qui selon les projets peut aller jusqu'à exiger la plantation de 10.000 arbres. Bien conscient que ces besoins de construction ne viennent pas que de l'extérieur mais sont également nourris par des besoins internes à la ville, le maire dénonce un risque de minéralisation de l'espace. Et quand on lui demande de résumer en un mot le sentiment qu'inspire la construction de logements à ses habitants, il répond "exaspération"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/10/2018 à 10:48 :
Je trouve le courrier de M. Roussel-Prouvost fort à propos mais incomplet. En effet la politique actuelle des maires consiste à faire de chaque projet un événement ponctuel hors contexte.
M. Le Maire de Mérignac dit que le nombre de niveaux, le pourcentage d'espaces verts et le nombre de véhicules en stationnement sont du seul fait des promoteurs et de leur avidité…
S'il est vrai que le but d'un promoteur est de tirer le maximum d'un foncier (de plus en plus rare) M. Le Maire "oublie" un peu trop vite que ces éléments sont précisés par le règlement d'urbanisme en vigueur, le PLU (Plan Local d'Urbanisme) élaboré et rédigé par Bordeaux-Métropole (entité dont M. Le Maire est Vice-président), puis, après une longue enquête d'utilité publique, soumis et voté par le Conseil Municipal qu'il préside dans la Ville dont il est Maire.
Le professionnels de l'acte de construire ne demandent pas de déroger à quoi que ce soit, ils ne font que demander aux élus d'assumer et de respecter les textes qu'ils ont rédigé et qu'ils ont fait voter… avec fermeté mais sans démagogie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :