Immobilier : Bordeaux, Mérignac et Pessac dans le top 5 des plus fortes hausses de France

 |   |  431  mots
Après deux années de flambée, les prix des appartements dans l'ancien à Bordeaux sont en repli de -1,8 % sur les trois derniers mois.
Après deux années de flambée, les prix des appartements dans l'ancien à Bordeaux sont en repli de -1,8 % sur les trois derniers mois. (Crédits : Thomas Sanson / Mairie de Bordeaux)
Les prix des appartements dans l'ancien continuent de s'envoler à Bordeaux mais aussi à Mérignac et Pessac, selon le dernier baromètre de Seloger.com. Bordeaux Métropole signe ainsi la plus forte hausse de France tant pour les appartements que pour les maisons. En revanche, sur les trois derniers mois, les prix des appartements à Bordeaux enregistrent un repli de -1,8 %. Le premier signe d'une accalmie ?

Alors que Bordeaux est à nouveau citée comme la destination la plus prisée par la moitié des 84 % de cadres parisiens souhaitant quitter l'Ile-de-France, selon la dernière enquête de Cadremploi.fr, et que les étudiants bordelais se désespèrent de trouver un appartement à louer, les prix de l'immobilier continuent de grimper... mais pourraient enfin être en passe de s'assagir. La fièvre n'est pas encore retombée mais les symptômes semblent s'atténuer pour laisser la place à une progression modérée des prix voire même une stabilisation.

Une fièvre en passe de s'atténuer ?

Pour autant, Mérignac, Bordeaux et Pessac figurent dans le top 5 des plus fortes hausses des prix des appartements anciens sur un an selon le baromètre des prix de l'immobilier établi par Seloger.com à la fin juillet 2018 dans 81 villes de France :

  • Mérignac : +16,6 % à 3.184 €/m2
  • Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) : +14 % à 6.127 €/m2
  • Bordeaux : +13,6 % à 4.647 €/m2
  • Valence (Drôme) : +12,3 % à 1.940 €/m2
  • Pessac : +12,2 % à 2.951 €/m2

Dans l'ensemble des communes de Bordeaux Métropole, le prix moyen des appartements dans l'ancien augmente de +9,2 % sur un an et frôle les 4.000 € (3.997 €/m2) tandis que celui des maisons dans l'ancien bondit de +12,6 % à 4.377 €/m2. Dans les deux cas, il s'agit des plus fortes hausses constatées par le réseau au sein de seize métropoles françaises au cours des douze derniers mois !

Alors jusqu'où les prix grimperont-ils dans l'agglomération ? Pas nécessairement beaucoup plus haut à en croire l'évolution des trois derniers mois puisque les prix des appartements dans l'ancien semblent en effet se stabiliser à Bordeaux avec un repli de -1,8 % alors même qu'au niveau national cet indicateur progresse de +1,2 %. Après deux ans de très forte hausse, l'immobilier bordelais pourrait donc se tranquilliser tout en restant à un haut niveau.

Des prix qui stagnent au 1e semestre 2018

Le réseau Guy Hoquet confirme cette tendance puisqu'il enregistre une stabilisation (-0,1 %) sur les prix des transactions enregistrées par ses agences à Bordeaux au 1er semestre 2018, pour un prix moyen de 4.050 €/m2. Certains quartiers restent cependant encore orientés à la hausse : "Aux Chartrons, les prix ont à nouveau progressé de +3,5 % au 1er semestre mais cela reste nettement inférieur aux hausses de 2017 qui ont atteint jusqu'à +17 % en un an, notamment pour des maisons ou appartements en pierre ancienne", observe Olivia Lachambre, responsable de l'agence Guy Hoquet Bordeaux Chartrons.

Et pour les mois qui viennent, la professionnelle de l'immobilier estime que "les prix devraient rester à ce niveau en 2018. Il n'y a pas de baisse à prévoir cette année et, en 2019, on devrait probablement tourner autour de +2% sur l'ensemble de l'année."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/08/2018 à 9:29 :
"En revanche, sur les trois derniers mois, les prix des appartements à Bordeaux enregistrent un repli de -1,8 %. Le premier signe d'une accalmie ?"

Il me semble que Juppé a vu l'énorme danger de cette inflation immobilière pour l'activité de sa ville et du coup son action semble porter ses fruits.

La spéculation immobilière c'est bon uniquement pour l'intérêt des milliardaires et c'est tout.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :