Bordeaux : le nouveau chantier du Hangar G1

 |   |  339  mots
Le futur Hangar G1 aux Bassins à flot.
Le futur Hangar G1 aux Bassins à flot. (Crédits : agence DND Architectes)
Le Hangar G1 est un programme immobilier bordelais de 22.000 m2, pour près de 25 M€ d'investissement, qui ne devrait comprendre aucun logement.

Les premiers travaux ont été engagés à la fin du printemps et une importante étape franchie fin juin avec la pose de la première pierre. Ce top départ de la construction du Hangar G1 a été donné par la société civile immobilière (SCI) Bordeaux Port Immo, qui associe le Grand port maritime de Bordeaux (GPMB), à hauteur de 60 % du capital, et le groupe Caisse des dépôts (Banque des territoires, 40 %) pour un apport total en fonds propres de 8,2 M€.

Bordeaux Port Immo a confié la promotion immobilière de ce programme de 22.000 m2 à Eiffage Immobilier et c'est Benjamin Drossart, directeur associé avec son frère Gilles à la tête de l'agence parisienne DND Architectes, qui a assuré la conception du projet. Ce nouvel ensemble va prendre la suite du Hangar H2, où se trouvait le mythique Entrepôt maritime qui a été rasé, à l'entrée des Bassins à flot par la rue Lucien Faure.

3.400 m2 de commerces et de services

Situé au niveau du Bassin à flot numéro 1, à côté du Hangar G2, ce programme immobilier, qui devrait représenter près de 25 M€ d'investissement, ne proposera aucun logement mais notamment un parc de 536 places de parking, géré par la société Effia, 3.800 m2 divisibles de bureaux mis en location et 3.400 m2 de commerces et services, dont 2.300 m2 de moyenne surface alimentaire et 7 cellules commerciales comprises entre 65 et 245 m2. La livraison du Hangar G1, projet dont la conception a été initiée en 2013, est prévue en février 2020.

Le Grand port maritime de Bordeaux (4.900 emplois directs dans 200 établissements), dont le périmètre s'étend sur la rive gauche tout au long de la centaine de kilomètres de l'estuaire de la Gironde (de Bordeaux-centre au Verdon) dispose d'un réservoir de foncier, en particulier sur le territoire métropolitain. Les mauvaises langues assurent même que ce qui intéresse le plus les élus métropolitains dans le port (à quelques exceptions près) ce sont des dizaines d'hectares en attente d'un nouveau destin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :