Musée de la Mer, aquarium, Bassins à flot : Norbert Fradin fait le point sur ses projets à Bordeaux

 |   |  1178  mots
Le promoteur Norbert Fradin, à Bordeaux, vendredi 27 avril 2018.
Le promoteur Norbert Fradin, à Bordeaux, vendredi 27 avril 2018. (Crédits : Thibaud Moritz / Agence APPA)
Ouverture du musée de la Mer et de la Marine, aménagement des Bassins à flot, projet d'Aquarium rive droite et rénovation de l'ancien siège de la Caisse d'épargne à Mériadeck : le promoteur bordelais et amoureux du patrimoine régional, Norbert Fradin, ne manque pas d'actualités. Il était l'invité du Petit déjeuner de La Tribune Bordeaux organisé, ce 27 avril, en partenariat avec le Crédit agricole Aquitaine.

Répondant aux questions de Jean-Philippe Déjean, à l'occasion du Petit déjeuner de La Tribune Bordeaux organisé en partenariat avec le Crédit agricole d'Aquitaine, à l'Intercontinental Bordeaux - Le Grand Hôtel, le promoteur bordelais Norbert Fradin a livré sa vision de l'immobilier, de l'évolution de Bordeaux et de la protection du patrimoine et levé le voile sur ses projets de musée, d'aquarium et de centre d'exposition... le tout en prenant soin de ne jamais donner un seul montant financier.

Pourquoi l'immobilier ?

La vie est faite de carrefours et de hasards. Je n'avais pas de plan de carrière dans l'immobilier. J'ai hésité avec la médecine mais j'ai finalement choisi le Droit parce qu'il mène à tout à condition d'en sortir et ce qui m'est arrivé. Je suis entré dans une agence immobilière très tôt parce que j'ai été en charge d'une famille dès 18 ans avec la naissance de ma fille. Après mes études de droit, j'ai trouvé que ce métier n'était pas si antipathique que cela et j'ai décidé de poursuivre dans l'immobilier en évoluant dans plusieurs métiers de l'immobilier parce que pour durer il faut savoir s'adapter, les choses ne sont jamais immuables."

L'évolution récente de Bordeaux

"L'évolution récente de Bordeaux est, de fait, assez incroyable quand on regarde un peu en arrière. La réactivation de la ville est tout à fait remarquable sous l'impulsion d'Alain Juppé. Bordeaux témoigne d'un doux équilibre entre l'action publique et l'action privée : le public ne peut rien faire sans le privé et, inversement, le privé peut peu de choses sans l'impulsion du public. Depuis une vingtaine d'années, il y a un alignement des planètes avec la croissance de l'activité économique qui a permis à Bordeaux de rattraper son retard, sur Toulouse notamment, en créant de nouveaux quartiers, en valorisant le patrimoine et en dessinant une ville du 21e siècle."

Le métier de promoteur

"Le monde du bâtiment reste une des premières industries du pays et une des rares activités économiques où la place et le rôle des hommes et des femmes reste centrale. Je ne me définis pas comme un promoteur parce que j'aime la variété et la diversité de mes activités : immeubles neufs, immeubles anciens, rénovation de châteaux, valorisation du bâti historique, etc. La réhabilitation d'immeubles est une part importante de mon activité."

La protection et la valorisation du patrimoine

"La défense du patrimoine n'est pas que l'affaire des collectivités locales ou de l'Etat. Toutes les initiatives pour sauvegarder le patrimoine, qu'il soit grand ou petit, sont les bienvenues. Le patrimoine historique français est envié dans le monde entier et constitue le cœur de notre attractivité touristique mais un patrimoine ça s'entretient, ça coûte, ça se mérite. Tout le monde doit donc y participer : les acteurs privés et l'ensemble de la population. C'est un combat qui ne s'arrête jamais ! D'autant qu'on ne peut rien faire de bien sans connaître le passé. C'est un principe qui est valable dans tous les domaines d'activité."

Norbert Fradin Petit Déjeuner

Le public est venu nombreux (Agence Appa).

Le quartier des Bassins à flot

"Dans le quartier des Bassins à flot, nous construisons, sur deux hectares, environ 400 logements, des commerces, une école de design et des locaux d'activité. Il y aura aussi deux tours de 35 mètres de haut un peu atypiques réalisées par les architectes Bernard Bühler et Emmanuel Combarel et dont les travaux débuteront fin 2019."

Le Musée de la mer et de la marine

 "C'est un bâtiment de 13.000 m2 de surfaces de plancher dont 6.500 m2 d'espaces d'exposition et 3.000 m2 de jardins suspendus. Il a été un peu conçu à quatre mains avec l'architecte bordelais Olivier Brochet, qui a notamment réalisé le musée Fabre de Montpellier, le musée de l'Orangerie et le musée de l'Homme à Paris. C'est une technique de construction originale qui vise à limiter le plus possible les murs porteurs. Les trois niveaux d'exposition et l'atrium sont ainsi d'un seul tenant. Nous avons aussi voulu un lieu très ouvert sur l'extérieur avec des allers-retours permanents entre le dedans et le dehors pour permettre des respirations entre les expositions et apporter une liberté au visiteur en fonction de ses propres centres d'intérêt. Telle une ziggourat, le jardin s'enroule autour du bâtiment. On en est au stade des finitions et l'ouverture se fera en deux temps : l'exposition temporaire le 15 juin 2018 et l'exposition permanente en fin d'année. Une annexe est prévue à Blaye, au cœur de la Citadelle, à l'horizon fin 2019."

"Ce musée, un terme auquel je tiens, se concentrera sur l'histoire de la navigation de la préhistoire au XXIe siècle et sur l'histoire de la mer et des océans. L'objectif est de raconter des histoires à travers des objets originaux - dont le manuscrit original de « 20.000 lieues sous les mers » de Jules Verne - et des reproductions, notamment virtuelles. Nous avons un comité scientifique avec les universités de Bordeaux, de La Rochelle et de la Sorbonne, l'Ifremer, National geographic et le laboratoire bordelais Epoc, pour donner un sens à ces objets. Le musée permettra à ces historiens et scientifiques de partager leurs connaissances avec les visiteurs. Pour chaque période abordée, nous proposerons de faire le point sur l'état de l'art à l'époque."

L'aquarium rive droite

 "Il s'agit d'un lieu qui sera dédié à la faune marine avec des bassins pour certaines espèces pour lesquelles il y a des problématiques de sauvegarde et de reproduction. Mais il n'y aura aucun mammifère marin en bassin. La société évolue très rapidement dans les états d'esprit et on ne peut pas concevoir un aquarium aujourd'hui comme il y a 10 ou 30 ans. On ne peut plus montrer certains animaux mais il y a en revanche des solutions visuelles et virtuelles à notre disposition. En ce sens, il s'agira un peu d'un aquarium d'images avec des poissons numériques, comme celui du National geographic à New York. C'est comme cela que j'ai convaincu les 55.000 signataires de la pétition contre l'aquarium. Le bâtiment sera situé rive droite en bord de Garonne sur le périmètre de Bordeaux Euratlantique et on souhaite avancer le plus vite possible d'ici 2021."

L'ancien siège de la Caisse d'épargne

 "Ce bâtiment situé à Mériadeck, on l'aime ou on le déteste. C'est un des rares exemples en Europe d'architecture humaniste et brutaliste. C'est un immeuble d'une grande complexité. De l'extérieur on manque de recul pour l'apprécier mais, quand on est à l'intérieur, c'est magique ! C'est un immeuble apaisant et clair avec 2.000 m2 de terrasses. Il va être classé prochainement aux Monuments historiques. Notre projet comportera des bureaux pour équilibrer le budget mais le rez-de-chaussée, le 1er étage, la salle des coffres et l'auditorium accueilleront des expositions. Nous espérons l'ouvrir au public courant ou fin 2019."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :