Micro-crédit : comment l'Adie veut limiter la casse chez ses entrepreneurs

 |   |  567  mots
(Crédits : CC Pixabay by Klimkin)
Comme les autres acteurs économiques, les entrepreneurs accompagnés par l'Adie (Association pour le droit à l'initiative économique) rencontrent d'intenses difficultés avec le confinement. La structure se mobilise en conservant un contact étroit, en décalant les échéances de remboursement des micro-crédits et en proposant des prêts de secours.

Au sein des équipes de l'Adie en Nouvelle-Aquitaine, l'heure est à la mobilisation générale face à la crise économique qui ne cesse de prendre de l'ampleur. La quarantaine de salariés et les 80 bénévoles ont déjà réussi à contacter par téléphone 3.500 entrepreneurs de la région en seulement quinze jours. "Nous avons opté pour une démarche pro-active qui est très appréciée. Cela nous permet de prendre le pouls des entrepreneurs et de voir avec eux ce que l'on peut faire", explique Jean-Marc Ewald, le directeur de l'Adie en Nouvelle-Aquitaine.

Déjà 1.560 prêts rééchelonnés

Et les difficultés sont bien réelles parmi les 4.500 entrepreneurs et micro-entrepreneurs et le millier de salariés accompagnés par l'Adie dans la région avec des prêts moyens de 4.500 € :

"Les témoignages que l'on a font ressortir deux problématiques qui, souvent, se cumulent. La première c'est la faible maîtrise des outils numériques qui entrave fortement les démarches pour accéder aux différentes aides mises en places. La seconde c'est la tension sur la trésorerie avec deux cas de figures : ceux pour qui le confinement correspond à de l'activité différée, comme le BTP, et ceux pour qui c'est de l'activité définitivement perdue, comme la restauration ou les vendeurs ambulants sur les marchés de plein air. Pour ceux là, c'est vraiment inquiétant", développe Jean-Marc Ewald.

Lire aussi : Micro-crédit : l'Adie a créé 2.415 emplois en Nouvelle-Aquitaine en 2019

Pour le seul mois de mars 2020, l'Adie régionale a ainsi procédé à 1.560 rééchelonnements pour des échéances de remboursement dont le montant oscille entre 120 et 150 €. "Nous ne proposons qu'un décalage d'un mois sans frais mais renouvelable autant de fois que demandé pendant la crise. Cela nous permet de garder un contact étroit pour faire le point sur la situation chaque mois. Naturellement, on s'attend à mettre en place beaucoup plus de rééchelonnements au mois d'avril qu'en mars", poursuit le directeur régional.

L'Adie fragilisée elle-aussi

En complément, l'association propose aussi un fonds d'urgence d'un million d'euros au plan national pour octroyer des prêts de secours d'un millier d'euros maximum à taux très faible et assortis d'un gros différé. Malgré tout, l'Adie s'attend à une hausse mécanique du nombre de défauts de remboursement en 2020 par rapport aux niveaux habituels de l'ordre qui tournent autour de 95 %.

L'association a-t-elle les reins suffisamment solides pour encaisse le choc ? "Nous pourrons tenir la distance même si cela va clairement fragiliser nos comptes d'exploitation. L'enjeu, selon moi, ce sont plutôt les moyens dont nous aurons besoin pour amorcer et accompagner la relance : des prêts à taux zéro, des subventions, des primes, etc... Et là on n'aura pas la trésorerie pour financer tout cela dont il va falloir la trouver !", répond Jean-Marc Ewald. "Notre rôle sera d'aider ceux qui n'ont pas accès aux dispositifs bancaires et qui passent entre les mailles des filets de l'Etat et des régions. La durée de la crise reste la principale incertitude aujourd'hui mais je constate que les entrepreneurs que nous avons au téléphone ne sont ni dans le catastrophisme, ni dans le défaitisme. Il y a de l'inquiétude mais aussi une certaine confiance dans l'avenir", conclut le directeur de l'Adie en Nouvelle-Aquitaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/04/2020 à 13:16 :
Les pauvres chatons... Tant que, sous prétexte d’initiative économique, leurs prêts ne seront pas à taux zéro, j'aurai du mal à verser ma petite larme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :