Dronisos change de modèle pour se démultiplier

 |   |  937  mots
Depuis sa création en 2016, Dronisos a participé à plus 10.000 shows dans 20 pays.
Depuis sa création en 2016, Dronisos a participé à plus 10.000 shows dans 20 pays. (Crédits : Dronisos)
Dronisos, spécialisée dans les spectacles de drones, poursuit sa conquête de l’international selon un modèle bien défini. La startup bordelaise qui vient de mettre un premier pied aux Etats-Unis prévoit la création de bases commerciales et logistiques dans des zones géographiques pertinentes où seront formés des partenaires certifiés, à savoir des franchisés. Objectif : se démultiplier. Une levée de fonds est en préparation.

Les Parisiens ont pu découvrir, il y a quelques jours, un spectacle aérien inédit dans le ciel au-dessus du parc de Saint-Cloud à l'occasion de la présentation de la nouvelle 208 de Peugeot. La chorégraphie des 200 drones dessinant logos, silhouette du véhicule...


Un show particulièrement réussi mené par Dronisos, active en France mais aussi à l'international. La startup bordelaise spécialisée avait déjà travaillé avec Peugeot pour la dernière publicité pour la 508 SW. Dronisos a mis au point une technologie permettant aux drones lumineux d'être programmés et d'évoluer de manière totalement automatisée, donc sans pilote. En France, elle a l'autorisation d'utiliser jusqu'à 400 drones sur son terrain d'entrainement à quelques kilomètres de Bordeaux, mais elle peut pousser le curseur plus loin dans d'autres pays comme les Etats-Unis et a la capacité technique d'atteindre les 1.000 drones. Ces derniers se repèrent selon les conditions soit via un marquage au sol, soit via un système GPS amélioré offrant une précision de l'ordre de 30 cm. Dronisos a séduit des acteurs tels que le Futuroscope et plusieurs autres parcs d'attraction, Airbus, le cirque Arlette Gruss, les Jeux asiatiques à Kuala Lumpur, la Golf Cup à Koweït City... ou plus récemment encore, opéré lors du festival du film de Giffoni, en Italie, pour le lancement du dernier film de la franchise Men in black. Désormais, elle entend se démultiplier, particulièrement à l'international.

"L'idée était de trouver comment démocratiser les shows de drone, et en l'occurrence, c'est en s'appuyant sur des tiers que l'on pourra faire baisser les prix. En résumé, nous avons une technologie que nous voulons diffuser mais, au lieu de vouloir tout contrôler, nous donnons les clés du système à des tiers qui répondront à la demande locale et en feront un business. Nous ne pouvons pas envoyer des collaborateurs partout. C'est le modèle le plus simple et le plus efficace", explique Laurent Perchais, directeur général de Dronisos.

Dronisos

Crédit photo Dronisos

Un partenaire pivot et des franchisés

Première étape : la société a ainsi ouvert, en août dernier, un bureau à Orlando aux États-Unis. "Nous avons détecté une forte demande en Amérique du nord. Accompagnés par Business France, nous avons réalisé un voyage d'études pendant deux semaines, fin mai, ce qui a permis de déterminer la somme d'argent nécessaire pour entrer aux Etats-Unis. Il s'avère qu'il va falloir y aller avec de gros moyens, mais en attendant d'envoyer une équipe, nous avons signé un partenariat avec une entreprise sur place, Aerial Wayz. Ce partenaire assurera le stockage, sera chargé d'obtenir les autorisations de vol et dispensera de la formation", explique Laurent Perchais.

Dronisos, qui formait jusqu'à présent des opérateurs de spectacles de drones, va donc désormais s'appuyer sur des franchisés, appelés partenaires certifiés, qui suivront une formation intensive d'une semaine.

"C'est le gros changement de modèle que l'on va initier. Au lieu de vendre des spectacle, on va vendre des outils qui permettent à d'autres de faire des spectacles."

Aux Etats-Unis, la formation aura lieu dans le Kentucky et l'objectif est de former une quinzaine de partenaires certifiés d'ici fin 2020. "Nous en formerons aussi une quinzaine à Bordeaux pour la partie Europe et Moyen-Orient, en attendant la création d'un autre voire de deux autres hubs à l'international, comme aux Etats-Unis en suivant les mêmes étapes, pas à pas", précise Laurent Perchais. L'idée est bien de construire un maillage mondial.

"Plus on développera de chiffre d'affaires dans une zone, plus notre partenaire sera rémunéré. Les franchisés paieront, quant à eux, une licence d'utilisation du produit Dronisos pour vendre et opérer des spectacles de drones en notre nom. Ils exploiteront notre catalogue."

L'ouverture à des créateurs

Et ce catalogue qui compte à ce jour une dizaine de spectacles devrait s'allonger. Dronisos entend, pour cela, s'ouvrir à de nouveaux créateurs de spectacles en partageant son outil. "On le fait de manière officieuse, il s'agit maintenant de l'industrialiser."

"Le modèle ultime, ce sont d'un côté des créatifs qui proposent des spectacles, de l'autre des partenaires qui savent les vendre avec ensuite un cercle vertueux qui veut que, plus ils en vendent, plus les créatifs sont rémunérés. Mais les spectacles n'ont de la valeur que parce qu'ils utilisent notre système. Nous sommes au milieu", assure Laurent Perchais.

20 à 30 recrutements en 2020

Dronisos, qui a fait le choix de se focaliser sur le marché de l'événementiel, et non sur celui de l'inspection, prépare actuellement une levée de fonds pour mener à bien tous ces projets. Elle est attendue pour le début d'année prochaine. L'année 2020 sera aussi une année d'embauches, avec entre 20 et 30 recrutements, commerciaux et ingénieurs notamment. "Dronisos se consacrera à la création de grands spectacles pour travailler notre marque et notre R&D. Nous avons d'ailleurs un projet de création d'une filiale de production."

La société bordelaise entend s'imposer en tant qu'alternative aux feux d'artifice qui représentent un potentiel de 2 milliards d'euros à l'échelle mondiale. "Mais nous allons au-delà, en proposant des spectacles dans des parcs d'attraction, et, en cela, mettre un pied à Orlando est stratégique. C'est là-bas que sont implantées les maisons mères des grands parcs."

Depuis sa création en 2016, Dronisos, qui emploie actuellement 24 personnes à Bordeaux et réalise 50 % de son chiffre d'affaires à l'étranger, a participé à plus 10.000 shows dans 20 pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :