Pourquoi Evollis croit en la location longue durée

 |   |  1319  mots
Jérôme Beillevaire, Anita Cailleteau et Xavier Pinse
Jérôme Beillevaire, Anita Cailleteau et Xavier Pinse (Crédits : Agence Appa)
Spécialisée dans les offres de location, Evollis vient de s'installer dans des locaux deux fois plus spacieux à proximité de la Garonne. La société bordelaise, en forte croissance, compte explorer de nouveaux univers produits cette année, notamment autour de la mobilité, de la puériculture et de la musique, et fait part de solides ambitions. Elle s'attend à une croissance à trois chiffres, prévoit une vingtaine de recrutements à Bordeaux dans les prochaines semaines, et entend jouer un rôle dans la structuration du marché.

De 400 à 800 m2 : Evollis a vu double au moment de changer de locaux. L'entreprise s'est implantée dans un des immeubles emblématiques qui font face aux Hangars, face à la Garonne. Le déménagement, en décembre dernier, s'avérait nécessaire : "En six mois, Evollis est passée de de 36 à 53 salariés, sans compter une vingtaine de prestataires externes", précise Anita Cailleteau, secrétaire générale de la société. Le cadre de travail devait donc évoluer, notamment pour fidéliser les profils numériques que l'on sait très chassés sur le marché bordelais. L'entreprise a par exemple mis à la disposition de ses salariés des trottinettes électriques et un coach sportif.

Evollis est née en 2011 d'un constat : la location devenait une véritable réponse à l'évolution du comportement des consommateurs, une tendance de fond repérée dans le secteur automobile en particulier. A titre d'exemple, 80 % des immatriculations de voitures se font aujourd'hui par le biais d'une location, de longue durée, avec ou sans option d'achat. Devant cet effritement de la propriété, Evollis propose ses solutions de gestion d'offres de location à des acteurs de la distribution et des banques, mais s'adresse aussi directement aux consommateurs sous sa marque et sa plateforme web Uz'it. Depuis plusieurs partenariats structurants ont été noués avec la Fnac, le Crédit Agricole Consumer Finances, BNP Personal Finance et ses filiales dans plusieurs pays, ou encore Samsung pour qui Evollis a construit une offre spécifique de location de smartphone déployée en France et à l'international.

La micro-mobilité en ligne de mire

Evollis a initialement bâti sa proposition principalement sur les produits techniques high tech. Elle compte désormais étendre son offre en insistant notamment sur le sujet de la mobilité individuelle électrique : vélos et trottinettes en premier lieu, mais aussi scooters et voiturettes.

"Le succès de Lime et de Bird [acteurs qui propose de géolocaliser la trottinette électrique la plus proche et de l'emprunter le temps de son trajet, NDLR] montrent que le marché de la mobilité électrique est une vraie évolution de fond et pas juste une mode, estime Jérôme Beillevaire, directeur commercial et marketing d'Evollis. Mais en l'état, leur équation économique n'est pas solide. En revanche un vrai modèle économique du locatif existe, avec une performance économique au rendez-vous et les avantages d'une disponibilité permanente du matériel, d'autant plus que l'on est sur des produits à hautes évolutions technologiques.

La société regarde également de près le marché de la puériculture. Jérôme Beillevaire, directeur commercial et marketing d'Evollis, repère "une vraie appétence des distributeurs pour le sujet de la location longue durée" :

"La problématique est connue : souvent, les acheteurs revendent sur Le Bon Coin ou eBay un an ou deux après leur acquisition. Pour le consommateur, le prix rapporté au temps d'usage n'est généralement pas intéressant. La location longue durée répond à la fois à la question du budget et de l'usage. Pour les distributeurs non plus, la situation actuelle n'est pas satisfaisante : ils comprennent qu'ils n'ont pas intérêt à inonder le marché de produits neufs car ce modèle touche ses limites. Ces industriels et distributeurs voient l'occasion de se réapproprier le marché de la seconde main, aujourd'hui dans les mains des plateformes web notamment."

Le service prime sur le reste

Depuis août, Evollis propose également de louer des instruments de musique. Des partenariats ont été noués avec la plateforme Woodbrass et la marque d'instruments Yamaha. Rassurant quand on connaît le prix d'un piano et que le petit dernier de la famille a envie de s'y mettre, sans certitude qu'il ne lâche pas l'activité au bout de quelques mois... Les dirigeants d'Evollis évoquent la même logique "pour le sport passion. Par exemple, qui achète ses skis pour quelques jours d'utilisation dans l'année dans le meilleur des cas ? La location longue durée peut aussi s'appliquer à un sport comme le golf : les évolutions technologiques comme celles de la morphologie, de la puissance... de l'amateur peuvent rendre un matériel onéreux obsolète en quelques années."

"Face à l'obsolescence et à l'investissement de départ, aujourd'hui c'est le service qui prime, affirme Xavier Pinse, CEO et fondateur d'Evollis. Dans le marché de la puériculture comme dans la musique, nous sommes sur des produits techniques qui ne perdent pas de valeur dans le temps." Xavier Pinse et Jérôme Beillevaire poursuit sa démonstration en évoquant "trois leviers" dans l'esprit du consommateur : "La maîtrise budgétaire, le confort d'usage et une surcouche de consommation responsable", susceptibles de l'amener vers la location longue durée éventuellement doublée par une option d'achat en fin de contrat. Pour tous les cas précités, "les marchés ne sont pas consolidés et restent à consolider. Nous avons vocation à structurer certains pans", ambitionne Xavier Pinse. Le défi, notamment logistique, devra être relevé car il nécessite d'être capable de récupérer les produits, les remettre à niveau via des ateliers industriels par exemple dans le cas des vélos électriques, puis les mettre à nouveau sur le marché.

Une vingtaine d'embauches cette année

Parallèlement, Evollis s'efforce depuis plusieurs mois d'internaliser de nouvelles fonctions, ce qui explique les recrutements déjà menés depuis juillet dernier et qui se prolongeront par une vingtaine de nouvelles embauches cette année. "Deux-tiers concerneront des profils orientés business, marketing digital et fonctions commerciales grands comptes et animation terrain notamment, et un tiers des profils informatiques, notamment UX et UI designer (user experience et user interface, NDLR)", détaille Anita Cailleteau.

Travaillant déjà en marque blanche pour différents acteurs, pour qui elle conçoit des offres de location longue durée et met à disposition sa plateforme, la société compte accélérer dans le développement de son activité en propre sous la marque Uz'it, dont la gamme de produits gagne en profondeur.

"C'est un axe de développement fort qui nous permet davantage d'autonomie, dans notre modèle économique mais aussi dans le choix des produits proposés en direct aux consommateurs, précise Xavier Pinse. Nous avons la possibilité de capitaliser sur nos acquis liés à notre activité BtoB : mise en place d'outils de financement, notation des dossiers, modèles prédictifs de risque grâce au machine learning (technique d'intelligence artificielle, NDLR)... Uz'it est un laboratoire qui nous permet de tester des offres, de les éprouver, de vérifier leur élasticité et leur robustesse avant de les présenter aux banques, plutôt frileuses. Elles peuvent ensuite aller voir les industriels avec des offres dont la preuve de marché a été validée. Avec notre activité en propre nous ne sommes pas en concurrence avec les acteurs bancaires qui proposent aussi de la location par notre intermédiaire : on se nourrit les uns les autres."

Le dernier challenge pour Evollis sera de réussir à scaler, autrement dit à travailler à plus grande échelle sans rupture. L'entreprise a vécu un épisode compliqué l'été dernier avec de nombreux mécontentements de clients après une promotion lancée par Samsung France. La leçon semble avoir été retenue car elle a donné suite "à une réorganisation et à une professionnalisation des équipes : nous avons mis la qualité de service et la capacité à scaler au centre de l'entreprise. Pour apprendre à gérer le consommateur en direct, nous avons structuré la société en ce sens, nous nous sommes dotés d'outils pour être capables de mieux anticiper les fluctuations d'activité, et nous continuons à densifier l'ensemble des métiers de la relation client", certifie Xavier Pinse. Le CEO garde secret le chiffre d'affaires d'Evollis mais anticipe "une croissance à trois chiffres en 2019, grâce à l'international" principalement, et aux fruits d'un développement commercial fort.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2019 à 10:52 :
Bonjour, et merci pour ce brillant article.

Avez vous l'adresse mail du service recrutement ?

Merci bien, David

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :