Plus de 60 % de l'encours de crédit néo-aquitain va aux groupes et à l'immobilier

 |   |  761  mots
L'immobilier est la première destination des crédits, en Nouvelle-Aquitaine comme dans l'ensemble du pays.
L'immobilier est la première destination des crédits, en Nouvelle-Aquitaine comme dans l'ensemble du pays. (Crédits : DR)
Lors de son dernier point d'information, le bureau régional de la Banque de France de Nouvelle-Aquitaine, dirigé par Patrick Berger, a mis en exergue la bonne santé des entreprises et du crédit dans la région. Avec un encours de crédit qui a un gros penchant pour la trésorerie des groupes et surtout l'immobilier.

Si la Mission du crédit, créée pour faire face aux conséquences de la crise financière américaine de 2007, existe toujours, son activité devient de plus en plus résiduelle. Les incidents de paiement continuent à reculer, tant au plan national que régional. La Banque de France a ainsi comptabilisé pour 1.127 M€ d'incidents de paiement en mai 2018 au plan national, contre 1.215 M€ en mai 2017, soit un recul de 7,3 % sur un an. En Nouvelle-Aquitaine le montant de ces incidents de paiement est passé de 124 M€ en mai 2017 à 115 M€ en mai 2018, soit un recul de 7,2 %. Sachant que chacun de ces montants mensuels représente un cumul glissant sur 60 semaines.

Pour illustrer cette situation, il n'est pas inutile de préciser qu'en mai 2015 les chefs d'entreprises de Nouvelle-Aquitaine avaient déposé 200 dossiers à la Médiation du crédit, contre 13 en mai 2018. C'est dans le commerce que le reflux des incidents de paiement est le plus marqué (-9,4 % en Nouvelle-Aquitaine, -9 % au plan national), devant la construction (-5,8 %, -4 %). La situation dans l'industrie est très différente puisque le nombre d'incidents de paiement ne bouge presque pas en Nouvelle-Aquitaine, où il connaît un très léger retrait de -0,5 %, alors qu'il recule franchement pour l'ensemble de la France, à -7,8 %.

41,4 Md€ dans l'immobilier et les groupes

Lors de la présentation de ces chiffres, le directeur du bureau régional de la Banque de France a en particulier tenu à souligner, comme tous les autres banquiers de la place, que l'évolution des crédits était tout à fait positive. Entre avril 2017 et avril 2018 l'encours de crédits destinés aux entreprises a progressé de +6,5 % en Nouvelle-Aquitaine, à 64,3 Md€ (contre +5,2 % au niveau national pour 934,4 Md€). Il n'en reste pas moins que cette hausse de l'encours de crédits s'est d'abord concentrée dans la région sur les groupes et les sociétés holdings, à +10,5 % pour un montant de 14,8 Md€.

Sachant que pendant la même période l'immobilier (promotion comprise) voyait son enveloppe grimper de +6,9 %, à 26,5 Md€ ! Comme on le voit, à elles seules ces deux lignes représentent 41.446 M€, soit 64,3 % de l'encours global des crédits aux entreprises. Pendant la même période l'encours de crédits aux PME de Nouvelle-Aquitaine a progressé de +4 %, à 13,4 Md€, devant celui des très petites entreprises, qui gagne +3 %, à 9,4 Md€.

A lui seul le département de la Gironde capte 37,2 % (à 23,9 Md€) de l'encours des crédits de Nouvelle-Aquitaine, très loin devant la Creuse, qui occupe la dernière place régionale avec un encours de 780 M€. Déjà élevé en Nouvelle-Aquitaine, l'encours de crédit capté par l'immobilier et les groupes est carrément énorme à l'échelle nationale, avec 719,1 Md€ (sur 934,4 Md€) soit 76,9 % de l'ensemble des encours de crédit!

La Creuse en tête pour le recul des défaillances

Le nombre de défaillances d'entreprises est lui aussi très nettement à la baisse. C'est ainsi que 4.936 défaillances ont été recensées en Nouvelle-Aquitaine en avril 2017 contre 4.348 en avril 2018, soit un recul de -11,9 % (contre -6,3 % dans l'ensemble de la France).

C'est dans le département de la Creuse qu'a eu lieu la plus forte baisse, avec un recul de -52,6 %, ce qui représente 50 défaillances d'entreprises de moins (pour un total final de 45) : soit la cinquième place des plus importantes baisses en nombre dans la région ! La Charente-Maritime s'empare de la seconde place, avec un recul de -20 % des défaillances, ce qui représente 114 défaillances d'entreprises de moins (pour un total final de 454) : soit la première place des baisses en nombre dans la région (la seconde place étant occupée par la Gironde). Le troisième recul le plus fort, à -17,9 %, est enregistré en Dordogne, avec 74 défaillances de moins (pour un total de 339). Ce qui représente la troisième place pour les baisses en nombre dans la région.

Avec un recul de 17,6 % la Vienne est très proche. Ce département évite 53 défaillances (pour un total de 247) : soit la quatrième place régionale pour les baisses en nombre. Suivent le Lot-et-Garonne avec un recul de -16,2 %, soit 48 défaillances évitées (total : 247), les Landes (-13,7 % pour 46 défaillances évitées, total : 288), la Charente (-12,7 % pour 37 défaillances évitées, total : 253), la Haute-Vienne (-9,1 % pour 31 défaillances évitées, total : 309), la Corrèze (-8,3 % pour 16 défaillances évitées, total : 175), la Gironde (-7,4 % pour 102 défaillances évitées, total : 1.275), les Pyrénées-Atlantiques (-2,7 % pour 14 défaillances évitées, total : 499) et les Deux-Sèvres (-1,3 % pour 3 défaillances évitées, un total : 217).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :