Forces spéciales : C2E, fournisseur bon pour le service

 |   |  902  mots
Fournisseur des Forces spéciales françaises, mais aussi, depuis le Sofins 2015, étrangères, la société bayonnaise C2E a mis en place un stratégique de conquête qui commence à s'avérer gagnante
Fournisseur des Forces spéciales françaises, mais aussi, depuis le Sofins 2015, étrangères, la société bayonnaise C2E a mis en place un stratégique de conquête qui commence à s'avérer gagnante (Crédits : C2E)
Créée il y a onze ans à Bayonne par un ancien acteur des unités spéciales françaises au sein du RPIMA, la société C2E (Concept étude équipement) s’est spécialisée dans le développement, la conception, la réalisation et la distribution d’équipements techniques (vêtements, accessoires…) innovants au service des forces spéciales. Le credo de son fondateur : mettre le confort et l’ergonomie au service de l’efficacité. En clair : prendre part, en les équipant au mieux, à la réussite des actions des forces spéciales.

"On ne va pas se mentir : beaucoup des gars des forces spéciales qui sont sur le terrain actuellement, je les ai vu arriver, j'ai même parfois participé à leur formation. Ce sont mes gamins en quelque sorte. Mon rôle, aujourd'hui, c'est de leur proposer les équipements qui vont favoriser leur travail et donc optimiser leurs chances de revenir à la maison."

En première ligne du salon dédié aux équipements des forces spéciales, le Sofins, qui s'achève cet après-midi, Eric Casbas n'est pas du genre à déserter le stand de sa société bayonnaise, C2E (Concept étude équipement), quand les acheteurs des forces spéciales le prennent d'assaut ou le soumettent à un feu nourri de questions. Il n'est d'ailleurs pas du genre à déserter tout court. Ancien militaire du Régiment parachutiste d'infanterie de marine (RPIMA) de Bayonne, acteur, à ce titre, des unités spéciales françaises, Eric Casbas n'a pas vraiment rompu les rangs puisque depuis son départ à la retraite, c'est au service des forces spéciales qu'il consacre toujours sa vie... d'entrepreneur.

Des innovations compatibles avec les équipements existants

"J'ai créé C2E à partir de mon expérience professionnelle. Je pensais, et c'est bien sûr toujours le cas aujourd'hui, que nos forces doivent pouvoir trouver, en France, les accessoires et vêtements dont elles ont besoin et qu'elle ont, par le passé, eu tendance à aller chercher aux Etats-Unis. C2E est ma réponse, avant tout, un bureau de réflexion. Comme j'ai pu le faire en tant que militaire au sein de la cellule étude et équipement, nous partons d'une demande, d'un besoin des unités spéciales pour proposer un vêtement, un accessoire étudié pour optimiser l'efficacité des personnels utilisateurs. Surtout, j'insiste là-dessus, nos innovations sont totalement compatibles, tant sur le plan de l'utilisation que de l'ergonomie, avec les équipements existants, utilisés par les personnels. Tout est pensé : poids, ergonomie, compacité, pour limiter la fatigue des hommes et femmes qui s'en servent. J'ai trop souvent vu des nouveaux équipements qui ne s'adaptaient pas aux accessoires déjà utilisés et qui, donc, fatiguaient les acteurs du terrain..."

Produits testés... et approuvés

C'est pour éviter cela que chacun des prototypes des nouveaux produits de la marque "Ligne - TACTIC" sortis du bureau de C2E passe par une évaluation en condition réelle. Ce test fait l'objet d'un rapport de la cellule étude équipement, "qui valide, totalement ou partiellement le produit, demande des modifications, voire, parfois, repousse totalement le produit."

Parmi les produits C2E qui n'ont pas été repoussés, bien au contraire, on peut citer, la trousse de santé individuelle du combattant, distribué à 120.000 exemplaires, ou encore une tenue grand froid, pouvant permettre de résister à une température minimale de - 54°C, ou même un duvet développé en interne et réalisé par la société landaise Pyrenex.

"Plus récemment, nous avons mis au point un tapis de sol athermique, qui permet à un tireur d'élite de rester posté de longues heures totalement isolé de la température du sol."

Le vêtement technique Kerdier (St-Malo) à la relance

C2E compte, depuis trois ans, une autre entité dans son périmètre, à savoir Kerdier, marque ressuscitée de vêtements produits à Saint-Malo.

"La société qui exploitait la marque Kercréation a fait l'objet d'une reprise. J'en suis devenu le principal actionnaire. La marque Kerdier était tombée en désuétude et a été relancée à ma demande car elle a toujours incarné l'excellence en matière de vêtements", explique Eric Casbas.

Une excellence renforcée par l'innovation qui a été elle aussi relancée après le rachat. Sous la marque "Ligne TACTIC By Kervier", la production de vêtements fait la part belle aux matières techniques, comme le Gore Tex par exemple.
L'entreprise, désormais, compte 16 salariés entre Bayonne, où se trouvent son siège, son show-room et une boutique consacrée aux sports de montagne, et Saint-Malo. Tous les vêtements sont produits en France.

C2E


Forces spéciales françaises : VRP de luxe ?

"Nous bénéficions, sans aucun doute, en tant qu'équipementier, de l'excellence des forces spéciales françaises. En termes d'image, de sérieux, les réussites de nos unités rejaillissent sur nos équipements qui intéressent les forces spéciales étrangères qui regardent leurs homologues françaises avec admiration !"

Des retombées qui se traduisent par des chiffres. Après deux années difficiles de tensions sur les budgets des armées, l'année 2014 s'est traduite par un doublement du chiffre d'affaires de C2E.

"Nous avons réalisé près de 2 M€ de chiffre d'affaires. Cette année, nous allons sans doute faire mieux car, dès ce mois d'avril, nous avons engrangé pour 1 M€ de commandes, et le Sofins qui s'achève ce soir a été bon pour nous..."

Dans les faits, à quelques heures de la clôture du Sofins 2015 organisé au sein du Camp de Souge à Martignas près de Bordeaux, C2E peut se targuer d'avoir signé deux importants contrats pour la fourniture de sangles innovantes pour des personnels héliportés. Deux ventes réalisées à l'export.

"Jusque-là, notre CA à l'export était vraiment marginal, mais l'on sent un frémissement positif. Nous sommes en train de prendre des positions à l'étranger."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :