Malgré son dynamisme, la Nouvelle-Aquitaine a besoin de contrats aidés

 |   |  418  mots
Le secteur sanitaire et social fait partie des urgences pour lesquelles des contrats aidés seront maintenus.
Le secteur sanitaire et social fait partie des urgences pour lesquelles des contrats aidés seront maintenus. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Lors de sa conférence de rentrée, ce jeudi matin, Pierre Dartout, préfet de la Gironde et de la région Nouvelle-Aquitaine, est en particulier revenu sur l’emploi.

Rappelant la forte attractivité démographique de la Gironde, mais aussi de la Charente-Maritime et des Landes, Pierre Dartout a précisé que le taux annuel de progression de l'emploi salarié est de +1,7 % en Nouvelle-Aquitaine. Une progression liée selon lui à la baisse du coût du travail, soit plus de 2 Md€ de réduction de charges dans la région au titre du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE).

"Le taux de chômage régional de 9 % est inférieur à la moyenne nationale. En Gironde il est de 9,5 % à cause de l'attractivité démographique du département. Il y a beaucoup de couples qui arrivent ici et ne trouvent qu'un seul emploi pour deux. Malgré cela le taux de chômage est stabilisé car la croissance est plus forte", décrypte Pierre Dartout.

L'annonce d'une baisse drastique du nombre de contrats aidés a provoqué un tollé dans les collectivités et conduit le gouvernement à adoucir cette potion amère.

16.000 CAE utilisés sur plus de 20.000 financés

Le préfet Pierre Dartout, après avoir réexpliqué la décision gouvernementale vis-à-vis "d'une politique vieille de plus de 33 ans, coûteuse, aux résultats insuffisants" et rappelé que la région était "porteuse en termes de créations d'emplois", a précisé que sur plus de 20.000 CAE (contrats d'accompagnement dans l'emploi) budgétés pour 2017 en Nouvelle-Aquitaine, 16.000 ont jusqu'ici été utilisés. Il en reste donc encore à créer.

"Il va falloir répartir les emplois aidés en fonction des priorités, avec l'Education nationale et ses personnels handicapés, les conseils départementaux et leurs conventions passées dans le cadre du RSA (revenu de solidarité active), et les emplois aidés des collectivités rurales" a égrené le préfet, qui a annoncé le lancement d'une évaluation des besoins dans toute la Nouvelle-Aquitaine, "pour voir les réponses à apporter". Ensuite Pierre Dartout entend jouer sur les taux d'intervention et la durée des contrats aidés pour gagner en efficacité.

Le préfet a prévenu qu'il faudrait trouver des solutions individuelles pour les personnes dont les contrats aidés arrivés à échéance ne seront pas renouvelés. Le recensement des besoins vient de démarrer et il n'a pas été possible d'avoir une évaluation du nombre de contrats qui ne seront pas renouvelés. Mais le préfet a rappelé les deux urgences en matière d'emplois aidés à sauvegarder : sanitaire et social, et espace rural.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/09/2017 à 13:22 :
Bonjour,
Je trouve cela très déplorable. pour une fois je suis d'accord avec le gouvernement, il faut mettre fin à l'esclavage des demandeurs d'emploi en situation de fin de droit.
La plupart des maires qui râlent sont socialistes ou soutiennent le gouvernement actuel : "Vous avez besoin de main d'oeuvre embauché avec un contrat de travail, vous avez le choix entre le CDD et le CDI et surtout respectés le code du travail" . Vous pouvez aussi réorganiser vos services.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :