Charcuterie bordelaise : le préfet impose l'arrêt d'activités

 |   |  401  mots
Charcuterie bordelaise est installée à Villenave-d'Ornon.
Charcuterie bordelaise est installée à Villenave-d'Ornon. (Crédits : Pascal Rabiller)
Le préfet de Gironde a décidé de faire stopper la production et la distribution de plusieurs produits de l'entreprise Charcuterie bordelaise, à Villenave-d'Ornon. L'inspection réalisée après la découverte de présence de listeria dans des rillettes de porc et du pâté landais révèle, selon la préfecture, "des manquements graves".

Le préfet Pierre Dartout a décidé par arrêté préfectoral "l'arrêt immédiat des activités de production et de distribution des produits à base de viande prêts à être consommés de l'établissement Charcuterie Bordelaise à Villenave d'Ornon, à l'exception des jambons cuits et des jambons cuits à l'ancienne". Et le communiqué de la préfecture de Gironde n'y va pas par 4 chemins :

"Suite à la mise en évidence de présence de Listeria monocytogenes dans des rillettes de canard au stade de la distribution en grandes surfaces, les constatations administratives effectuées en inspectant l'établissement ont révélé des manquements graves à la réglementation relative à la sécurité des denrées alimentaires auxquels il doit impérativement être remédié. Des prélèvements ont également fait apparaître la présence de ce germe dans du pâté landais au piment d'Espelette et une très forte contamination d'un lot de rillettes pur porc. Les non-conformités constatées concernent notamment des manquements dans l'application du plan de maîtrise sanitaire qui devrait permettre de garantir la salubrité des produits qui sont mis sur le marché, sous la responsabilité du gérant de l'entreprise."

La direction marketing et communication de l'entreprise n'était pas joignable au moment d'écrire ces lignes. La préfecture de Gironde indique que toute reprise des activités suspendues ne pourra avoir lieu qu'après nouvelle inspection des agents de la Direction de la protection des populations.

Mercredi soir, Charcuterie bordelaise annonçait le retrait de huit produits vendus en grande distribution, dont ses rillettes, pâtés et grattons, après la découverte de la redoutée bactérie (renseignements au 05 56 85 87 11). Dans un communiqué, elle fait part de son "incompréhension totale", arguant que ses propres analyses n'ont pas trouvé trace de listeria, "à l'exception d'une rillette de porc non commercialisée en France et d'un pâté au piment d'Espelette faisant l'objet d'une procédure proposée et validée par les services vétérinaires".

Pour l'entreprise, c'est un nouvel épisode qui vient ternir une histoire déjà entachée d'une première alerte à la listeria en décembre 2015, qui faisait elle-même suite à des difficultés économiques la poussant au redressement judiciaire. Charcuterie bordelaise, fondée et dirigée par Arnaud Chedhomme, emploie une cinquantaine de personnes.

Lire aussi : Charcuterie bordelaise : quelle vie après la listeria ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :