Bordeaux, comment Tehtris traque virus et espions 4.0

 |   |  1090  mots
Laurent Oudot cofondateur de l'entreprise
Laurent Oudot cofondateur de l'entreprise (Crédits : J. Philippe Déjean)
La méthode innovante développée par Laurent Oudot, ingénieur bordelais, pour protéger les réseaux informatiques est à la base du logiciel eGambit, qui sonne l’alarme quand virus ou logiciels espions essaient de s’infiltrer. eGambit les reconnaît à leur comportement.

Alors que les hackers n'hésitent plus à s'infiltrer dans les systèmes informatiques des entreprises pour les prendre en otage avant de les libérer contre rançon, l'une des sociétés les plus en pointe au monde dans l'expertise sécurité et la défense active contre les intrusions informatiques est implantée en Gironde et assez peu connue. Il s'agit de Tehtri-Security.

Si le siège de cette entreprise cofondée par un Bordelais est à Paris, son pool recherche et développement se situe à Pessac (Bordeaux Métropole), à la Cité de la photonique. Tehtri-Security est plus connue sous la marque Tehtris. Diplômé de l'Enseirb-Matmeca (Ecole nationale supérieure d'électronique, informatique, télécommunications, mathématiques et mécanique de Bordeaux), Laurent Oudot a créé cette entreprise en 2010, avec Elena Poincet.

Tehtris a développé eGambit, une application innovante dans la détection et la parade des menaces cybernétiques dont l'efficacité a valu à l'entreprise d'être couronnée lauréat de l'Innovation 2015, dans la catégorie sécurité, lors de l'IT Innovation Forums (centré sur les solutions de rupture d'usages et de technologies), organisé en avril 2015 par le Crip (Club des responsables d'infrastructures et de production).
Tehtris a également été labélisé "France Cybersecurity" en octobre 2015, aux côtés d'autres petites entreprises mais aussi de géants comme Airbus, Orange ou Thales.

Adopté par Vallourec

Parfois décrit comme un arsenal de défense anti-sabotage et anti-intrusion, eGambit a séduit plusieurs multinationales.

"La sécurité informatique est une vraie problématique pour nous, étant donné les quantités colossales d'informations que nous avons à trier pour identifier le moindre cas douteux voire dangereux. Nous avons plusieurs milliards d'éléments à l'entrée de notre système, mais il ne nous en reste plus que quelques dizaines à vérifier après filtrage avec eGambit. Le logiciel de Tehtris est sur un segment de marché où il y a de la concurrence, d'autres produits. Si eGambit a moins de notoriété il est vraiment très efficace, avec un meilleur rapport qualité/prix que les autres", analyse Patrick Anglard directeur des systèmes d'information (DSI) de Vallourec (3,8 Md€ de CA, 20.000 salariés) leader mondial de la production de structures tubulaires (du pipe line aux échangeurs thermiques).

espionnage / informatique / cybersécurité / données / piratage

Le dispositif de sécurité est relié à un centre de contrôle (DR)

Patrick Anglard souligne aussi qu'un autre avantage vient du fait que Tehtris surveille la sécurité des sites clients en continu depuis son siège social. "Cette organisation permet d'aller très vite : ils nous avertissent dès qu'ils identifient un comportement suspect" éclaire le DSI de Vallourec.

Une réaction ultra rapide

Et Patrick Anglard enfonce le clou.

"Dès son installation eGambit produit des résultats. Tehtris est une petite entreprise dont les membres sont très réactifs. Il y a des ajouts très significatifs d'une version à l'autre. C'est un peu spécial puisque Tehtris se place à l'endroit du réseau où tous les flux sont visibles. eGambit s'accompagne d'une solution installée sur les postes de travail. C'est très utile car il existe des infections capables de frapper instantanément, indique Patrick Anglard.
"Les antivirus traitent des menaces connues, poursuit-il, qu'elles soient véhiculées par des mails entrants, des spams... Mais il y a de plus en plus de menaces inconnues, très nuisibles, qui prolifèrent et s'infiltrent. eGambit les identifie par une analyse heuristique (c'est-à-dire ciblée sur le comportement d'un programme pour déterminer s'il s'agit ou non d'une menace -NDR). C'est ainsi que les solutions de Tehtris peuvent détecter des menaces non répertoriées".

Ex-agent de la DGSE

Cette précision dans la défense en continu des systèmes clients vis-à-vis des virus informatiques, Laurent Oudot a eu le temps de la peaufiner dans des environnements hostiles. Car l'ingénieur diplômé de l'Enseirb-Matmeca est aussi, malgré son jeune âge, un ancien des services de renseignements.

NOUVELLES RÉVÉLATIONS DU GUARDIAN SUR L'ESPIONNAGE DE LA NSA
La cyberguerre, les deux associés connaissent (DR)

"Si nous avons développé eGambit, avec Elena, c'est que nous connaissons parfaitement les techniques défensives et offensives liées à la cyber sphère. Après avoir passé mon diplôme d'ingénieur à l'Enseirb, en 1998, j'ai fait mon Service national et je suis entré au service de l'Etat, plus précisément au CEA (Commissariat à l'énergie atomique). Puis j'ai intégré la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure -NDR), jusqu'à 2010. Elena et moi sommes sommes des ex-agents de terrain à l'étranger, rompus à la cyberguerre" dévoile Laurent Oudot.

Autrement-dit un hacker tricolore, ce qui ne semble pas l'avoir handicapé lors du lancement de l'entreprise.

Innovation sur fonds propres

"En plus du développement d'eGambit, nous avons deux activités importantes. Nous faisons tout d'abord de la simulation de cyber-espionnage sur des réseaux gouvernementaux ou de grandes entreprises : on attaque et on teste la défense. L'autre activité concerne la formation à l'étranger. De 2010 à 2012, nous avons aussi bien formé des gens de chez Google que de l'armée américaine, du gouvernement d'Arabie Saoudite ou de l'ONU. Nous sommes aussi en contact avec l'Etat chinois, ce qui explique notre présence à Hongkong, car les Chinois ont eux aussi des problèmes de cyber-sécurité" détaille Laurent Oudot, qui considère eGambit comme un des meilleurs systèmes d'alarme au monde.

Cette innovation a été développée sur fonds propres, sans la moindre aide publique. Diplômé de l'Enseirb-Matmeca, Laurent Oudot en est resté très proche et recrute la plupart de ses ingénieurs, au nombre de huit, dans cette école.

"Nous travaillons avec eux, c'est une petite entreprise qui a gardé des liens très forts avec l'école. En informatique et télécoms Laurent Oudot nous prend des stagiaires en troisième année, il embauche aussi. Trois anciens élèves passés par la spécialisation sécurité réseaux informatiques, ont été pris par Tehtris et Laurent Oudot intervient aussi en tant que professionnel dans certains cours. C'est bien parce qu'on s'aperçoit qu'il y a une véritable prise des consciences sur les enjeux de sécurité dans les entreprises" résume Marc Phalippou, directeur de l'Enseirb-Matmeca.

Cette école, qui s'intéresse aussi bien aux télécommunications qu'à l'informatique a l'air d'être sur un créneau porteur qui n'a pas échappé à Laurent Oudot. Car les connexions wifi et la multiplication des smartphones dopent les attaques informatiques par téléphone.


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :