Emploi : une évolution globalement positive en Nouvelle-Aquitaine

 |   |  676  mots
Les recrutements ont augmenté en Nouvelle-Aquitaine mais pas pour toutes les classes d'âge.
Les recrutements ont augmenté en Nouvelle-Aquitaine mais pas pour toutes les classes d'âge. (Crédits : Reuters)
L’évolution du chômage (de catégorie A) est restée sur une pente descendante en janvier dernier dans la région Nouvelle-Aquitaine, confirmant une tendance annuelle positive. Résultat qui ne doit pas faire oublier la dégradation de la situation chez les 50 ans ou plus.

Après la hausse de +1,5 % en décembre dernier, le nombre de demandeurs d'emplois de catégorie A (sans emploi) en Nouvelle-Aquitaine (Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes) a baissé de 0,1 % sur un mois en janvier 2017, à 294.580 personnes. C'est ce que révèle la dernière analyse statistique conjointe de la Direccte Nouvelle-Aquitaine et de la direction régionale de Pôle emploi Nouvelle-Aquitaine. Consolidée à plus long terme la tendance reste bien orientée, avec une baisse de 0,3 % sur trois mois et de 2,8 % sur un an. En France métropolitaine la courbe des demandeurs d'emploi de catégorie A sur un mois reste plate en janvier 2017 (0 %). Cette tendance nationale reste également positive sur trois mois, avec une baisse de 0,3 % et sur un an, à -2,5 %. Dans l'ex-Aquitaine trois départements sont touchés par la hausse. Il s'agit des Landes, où la main d'œuvre industrielle est proportionnellement la plus importante (aéronautique, agroalimentaire, bois-papier, chimie...), qui voit cette courbe progresser de +0,7 %, les Pyrénées-Atlantiques, à +0,6 % et la Dordogne, à +0,3 %. Seuls la Gironde et le Lot-et-Garonne enregistrent une baisse du nombre de demandeurs d'emplois de catégorie A sur un mois, respectivement de -0,1 % et - 0,2 %.

Une baisse record dans les Deux-Sèvres

C'est dans l'ex-région Limousin que la plus forte hausse de cette courbe en Nouvelle-Aquitaine est enregistrée, précisément dans la Creuse, à +1,4 %. Dans les deux autres départements limousins la tendance est clairement à la baisse, avec une sorte de record en Corrèze, où la courbe est en recul de 1,3 %, loin devant la Haute-Vienne, à -0,3 %. Mais c'est dans l'ex-région Poitou-Charentes qu'est enregistrée la baisse la plus franche, avec un recul de 2 % dans les Deux-Sèvres! La Vienne voit quant à elle la courbe reculer de 1,3 %, devant la Charente, où la baisse est tout de même très significative, à -0,7 %.

La Charente-Maritime est le seul département picto-charentais où le chômage de catégorie A est en hausse, à +0,9 %. L'effectif des demandeurs d'emploi de catégorie A, B, C (actes positifs de recherche d'emploi) en Nouvelle-Aquitaine est en hausse de 0,4 % sur un mois en janvier 2017, à 498.210 personnes, de 0,5 % sur trois mois et de 0,9 % sur un an, marquant une évolution régionale très différente de la tendance en catégorie A. La hausse régionale sur un mois est identique à la tendance nationale. Il en va de même sur trois mois, alors que la moyenne en France métropolitaine progresse moins vite sur un an (+0,5 %) qu'en Nouvelle-Aquitaine.

Les femmes de 25-49 ans en meilleure posture

Dans la région le chômage en catégorie A, B, C n'est en baisse sur un mois que dans trois départements sur douze : la Vienne, à -0,4 %, la Corrèze (-0,2 %) et la Charente-Maritime (-01 %). C'est en Charente-Maritime qu'a lieu la plus forte hausse, à +1 %, devant trois départements aquitains : la Dordogne, à +0,9 %, les Landes (+0,7 %) et la Gironde (+0,6 %). Viennent ensuite la Haute-Vienne, à +0,5 %, les Pyrénées-Atlantiques (+0,3 %), la Creuse (+0,2 %), les Deux-Sèvres et le Lot-et-Garonne, à +0,1 % chacun.

L'évolution du chômage en catégorie A sur un mois est nettement plus favorable pour les hommes, avec un recul de -0,3 %, que pour les femmes, touchées par une hausse de +0,1 %. Une dynamique qui ne se retrouve pas chez les moins de 25 ans, où la part des hommes est en hausse de +0,4 % tandis que celle des femmes recule de -0,7 %. La tendance chez les 25-49 ans est quasiment à l'inverse, puisque la part des hommes recule de 0,7 %, quand celle des femmes augmente de 0,1 %. Les 50 ans ou plus continuent à filer un mauvais coton puisque suivant trajectoire de la part des hommes (+0,2 %) celle des femmes l'amplifie très fortement, à +0,6 %. Des chiffres encore plus nets sur un an. A cette échelle annuelle la part des moins de 25 ans recule ainsi fortement dans la région, à - 7,3 %, devant celle des 25-49 ans, à -3,9 %, alors que le segment des 50 ans ou plus est le seul en hausse, à +2,3 %...  Un contexte lourd qui fait que cette dernière classe d'âge ne peut être que fragilisée par la remise à plus tard de l'âge de la retraite.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :