Novag lève 1,5 M€ pour doubler sa production

 |   |  345  mots
Un semoir de semis en cours d'assemblage chez Novag
Un semoir de semis en cours d'assemblage chez Novag (Crédits : Novag)
Pour conforter sa position sur le marché du semoir de semis direct haut de gamme, Novag, dans les Deux-Sèvres, vient de lever 1,5 M€, avec l’aide de plusieurs partenaires. Un investissement de bon augure pour le machinisme agricole en Poitou-Charentes.

La société Novag, à Celles-sur-Belle (Deux-Sèvres), qui conçoit et fabrique des semoirs de semis directs, dont elle est devenue un des leaders en France dans le haut de gamme, annonce la levée de près de 1,5 M€. Levée de fonds qui va lui permettre de construire un nouvel atelier de production de 2.000 m2 à Fressines, non du loin du siège de l'entreprise.

Pour la constitution de ce tour de table, l'entreprise poitevine, fondée en 2011 par Lofti Frikha et son fils Ramzi (0,8 M€ de CA en 2016 et 8 salariés), a été accompagnée par Alienor Partners. L'entreprise a bénéficié de la confiance de ses investisseurs historiques que sont Poitou-Charentes Innovation, mais aussi du Fonds de co-investissement de la région Poitou-Charentes et des Business angels déjà présents à son capital. Expanso Capital fait son entrée dans l'entreprise, également soutenue par la BPACA (Banque populaire Aquitaine Centre Atlantique) et Bpifrance.

Des semoirs de semis de 3 à 8 mètres de large

"Pour franchir un nouveau palier et démarrer celui de la production industrielle, nous avons confié à Alienor Partners cette mission de recherche de partenaires financiers, qui nous donnent les moyens de nos ambitions, expliquent Lofti et Ramzi Frikha. Alienor Partners nous a accompagnés et s'est chargé, poursuivent-ils, de l'ensemble des opérations et des négociations pendant que nous restions focalisés sur le développement de la société...".

Comme le souligne l'entreprise, le semis direct permet des gains de temps mais aussi d'énergie, tout en diminuant l'usage des engrais et fertilisants, autrement dit de réduire les investissements. Accroché à l'avant du tracteur, le semoir de semis développe une envergure de 3 à 8 mètres de large. Lofti Frikha précise pour La Tribune que la capacité de production de Novag va doubler pour atteindre une machine par semaine, et que le nouveau bâtiment dédié à cette montée en puissance de la production sera livré début 2018. Plus respectueux de l'environnement mais aussi plus efficace, l'emploi de ces machines ouvre littéralement un nouveau marché

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :