Le fonds de commerce du Crédit agricole d'Aquitaine augmente plus vite que la population

 |   |  1006  mots
Jack Bouin, directeur général du Crédit agricole d'Aquitaine
Jack Bouin, directeur général du Crédit agricole d'Aquitaine (Crédits : Agence Appa)
Le Crédit Agricole d’Aquitaine, dont Jack Bouin est le directeur général, a présenté ce mardi matin son bilan semestriel ainsi que la feuille de route stratégique baptisée Défis Aquitaine. Au centre de cette démarche : la satisfaction client, que la banque sait mesurer.

De janvier à juin 2017 le Crédit agricole d'Aquitaine, qui emploie 2.600 salariés dans son périmètre Aquitaine : Gironde, Landes, Lot-et-Garonne, a réalisé un produit net bancaire de 281,1 M€ pour un résultat net qui n'a pas vraiment bougé, à 85,6 M€, par rapport à la même période en 2016. Comme les autres banques coopératives de la région, le Crédit agricole d'Aquitaine doit s'adapter à la montée de la digitalisation des métiers bancaires. Une transition historique au cœur de sa feuille de route, qui s'appuie sur un modèle de banque structuré à l'échelle nationale.

"Le Crédit agricole est d'abord une banque universelle de proximité. Nous sommes présents sur tous les marchés de la banque, de l'assurance... Nous devons être leaders sur tous les métiers de la banque en France, où nous sommes désormais le premier assureur, depuis 2016. Et puis nous avons le plus grand réseau d'agences" rappelle Jack Bouin avant de détailler les deux autres niveaux de ce modèle.

Le directeur général précise ainsi que le Crédit agricole est d'une part une banque multicanal, avec des points d'entrée qui se déploient de l'agence bancaire jusqu'à la relation purement digitalisée, avec quasiment toutes les combinaisons possibles entre les deux dimensions. Avec une grande attention accordée à la mobilité des clients et aux services hébergés sur smartphones, jusqu'au paiement dématérialisé. La troisième dimension de la banque se marie naturellement avec la politique de proximité.

Un indice qui vaut son pesant d'or

"Nous sommes les partenaires de nos clients, l'objectif n'est pas simplement la vente de produits mais plutôt de fournir autant d'informations que nécessaire pour assurer à notre clientèle la satisfaction de ses besoins" éclaire Jack Bouin. C'est ainsi que le directeur général épluche avec attention l'indice de satisfaction de sa clientèle. Cet indice est atteint quand un client recommande la banque à un prospect.

"L'indice est à -5 dans l'ensemble des caisses régionales de Crédit Agricole mais à +2 au Crédit agricole d'Aquitaine" se félicite Jack Bouin.

Au premier semestre le Crédit agricole d'Aquitaine a recruté 10.075 nouveaux clients.

Pour gagner en efficacité la banque régionale, qui déploie 200 agences sur son territoire plus 34 antennes, reconfigure son organisation. C'est ainsi qu'elle dispose désormais de 18 espaces professionnels et de banque privée et de 4 espaces entreprises (un dans chaque département plus un pour Bordeaux Métropole), qui couvrent la clientèle des PME (moins de 5 M€ de chiffre d'affaires). A ce dispositif s'ajoute 5 espaces grandes entreprises spécialisées (5 M€ de CA et plus) : 1 pour les ETI (entreprises de taille intermédiaire), 1 pour les collectivités et institutionnels, 1 pour les grandes entreprises agricoles, 2 pour les grandes entreprises vitivinicoles, à Bordeaux et Libourne.

500 points relais d'ici fin 2018

Le Crédit agricole d'Aquitaine vient de recruter Alain Brault, qui arrive du Crédit agricole du Finistère, et qui va diriger l'activité des marchés spécialisés. Un Crédit agricole du Finistère que Jack Bouin connaît bien puisqu'il l'a dirigé avant de prendre la tête de celui d'Aquitaine. Le DG estime l'investissement nécessaire à la modernisation de toutes les agences à 15 ou 16 M€ par an pendant deux ou trois ans, dans le cadre d'un investissement global annuel de 20 M€.

Dans les communes rurales où le Crédit agricole d'Aquitaine n'est plus présent la stratégie consiste à développer des points relais chez les commerçants où les clients du peuvent aller retirer de l'argent et réaliser des opérations simples.

"Il y en avait une une centaine en début de l'année, nous en sommes aujourd'hui à 200 et devrions atteindre la barre des 500 d'ici fin 2018" précise Jack Bouin.

Plus de 24 Md€ collectés

Le bilan d'activité de ce premier semestre reste quant à lui bien orienté.

"Notre total de collecte a franchi la barre des 24 Md€ pendant ce premier semestre, soit une hausse près de 6 % par rapport au premier semestre 2016. Notre encours de crédit a progressé de plus de 7 % et dépassé la barre des 18 Md€, avec des réalisations en progression de +30 %, à plus de 2 Md€, éclaire Jack Bouin. Notre fonds de commerce, poursuit-il, a quant à lui augmenté de +11,5 % entre 2012 et 2016, quand la population de Gironde, Landes et Lot-et-Garonne progressait de +4,4 %. Autrement-dit, notre fonds de commerce s'est développé 2,5 fois plus vite que la population".

C'est la courbe de l'encours de crédit à la consommation qui a progressé le plus, à 672 M€ au premier semestre, soit +10 %. Mais cette hausse est relativisée par les ordres de grandeur du marché. Avec sa progression de +9 % c'est ainsi le crédit à l'habitat qui s'impose comme la référence puisqu'il affiche un encours de 10,2 Md€... L'habitat est suivi par les crédits d'équipement dont l'encours se redresse grâce à une progression franche de +4,8 %, à 5 Md€.

52 % de taux de pénétration dans les ETI

Le marché des entreprises en tant que tel est une cible de choix pour la banque régionale qui affiche un taux de pénétration de 38 % sur les sociétés réalisant plus de 5 M€ de chiffre d'affaires, et de 52 % dans les entreprises de taille intermédiaires (ETI). Au cours du premier semestre 2017 l'encours de collecte sur le marché des entreprises a atteint 1,8 Md€, soit deux fois plus qu'il y a quatre ans, avec une hausse de +11 % en tendance sur un an, pour 384 M€ de crédits réalisés.

Le Crédit agricole d'Aquitaine est très impliqué dans l'agriculture et a soutenu l'installation de 34 jeunes agriculteurs pendant le premier semestre, soit une part de marché de 89,5 %, et réalisé pour 99,1 M€ de crédits d'équipement. Très présente dans la viticulture, la banque régionale a lancé un plan de soutien pour permettre aux chefs d'exploitations touchés par le gel d'anticiper sur les accompagnements possibles. Elle a réalisé 151 M€ de crédit dans ce secteur d'activité, soit 45 M€ de plus qu'en juin 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :