Bordeaux : Pierre Hurmic dénonce une "dette grise" et "des investissements somptuaires"

 |  | 1141 mots
Lecture 6 min.
Claudine Bichet, adjointe au maire en charge des finances, et Pierre Hurmic, maire de Bordeaux, le 8 février 2021.
Claudine Bichet, adjointe au maire en charge des finances, et Pierre Hurmic, maire de Bordeaux, le 8 février 2021. (Crédits : PC / La Tribune)
Le maire de Bordeaux a présenté les conclusions de l'audit des finances de la ville. La nouvelle majorité écologiste salue "une bonne santé financière apparente" avant de sortir les griffes en dénonçant "une gestion opportuniste", "des investissements somptuaires" et une "dette grise". Résultat, Claudine Bichet, l'adjointe aux finances, s'engage à ne pas alourdir des impôts locaux déjà très élevés et juge qu'il faudra trier dans les investissements.

Alain Juppé a-t-il "totalement cramé la caisse" comme l'affirmait il y a trois ans Laurent Wauqiez, l'actuel président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes ? C'est pour répondre à cette question mais surtout pour connaître ses réelles marges de manœuvres budgétaires, que le nouveau maire écologiste de Bordeaux, Pierre Hurmic, a commandé, à l'instar de Bordeaux Métropole, un audit au cabinet spécialisé Michel Klopfer en septembre 2020. Ce dernier, qui accompagnait déjà la précédente majorité, a passé au scanner les finances municipales du dernier mandat au cours duquel Bordeaux a connu deux maires : Alain Juppé (2014-2019) et Nicolas Florian (2019-2020), qui était auparavant 1er adjoint en charge des finances. A l'heure des comptes, qu'en est-il vraiment à l'aune de ce document d'une cinquantaine de pages ?

"Nous héritons a priori d'une situation qui paraît bonne avec des indicateurs classiques de gestion qui sont d'un bon niveau en termes d'épargne et d'endettement", reconnaît Claudine Bichet, la 1ere adjointe au maire en charge des finances, du défi climatique et de l'égalité entre les femmes et les hommes, avant de nuancer aussitôt ce satisfecit de façade : "Mais cette situation saine en apparence est-elle le fruit d'une gestion rigoureuse ou opportuniste ?"

Les gros équipements pèsent lourd dans le bilan

Et l'ancienne cadre du privé de distribuer les bons...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :