Comment le Smicval compte réduire les déchets avec un budget maîtrisé

 |   |  516  mots
Le Smicval Market a mis en place une signalétique ludique et colorée qui guide les habitants vers les bons gestes.
Le Smicval Market a mis en place une signalétique ludique et colorée qui guide les habitants vers les bons gestes. (Crédits : Smicval)
Le Syndicat mixte intercommunal de collecte et de valorisation des déchets du Libournais (33) a fait parler de lui dès 2017 en ouvrant un supermarché inversé pour remplacer une déchèterie obsolète. Il s'agit du premier équipement emblématique proposé à l'échelle communale pour réduire les déchets tout en maîtrisant la fiscalité. Focus sur les résultats enregistrés.

"Le Smicval, qui regroupe 138 communes de 210.000 habitants, est la première collectivité de collecte et de traitement des déchets à s'être déclarée adhérente au mouvement international Zero waste." Nicolas Sénéchau, directeur général des services du Syndicat mixte intercommunal de collecte et de valorisation des déchets du Libournais Haute-Gironde, annonce la couleur. Mais, derrière, les ambitions sont claires. "Plutôt que de traiter les conséquences, et donc le traitement des déchets de façon très technique, nous investissons dans le changement de comportements pour réduire la production de déchets. Et pour y parvenir, nous proposons localement des outils, des alternatives", explique-t-il. "Nous faisons un pari en disant que le bon échelon, c'est la commune", ajoute Sylvain Guinaudie, président du syndicat mixte et maire délégué d'Aubie-et-Espessas.

C'est ainsi qu'a été créé un Smicval Market qui restera comme la première réalisation emblématique. Pour remplacer une déchèterie devenue obsolète, c'est une déchèterie d'un nouveau genre qui a vu le jour à Vayres, à une trentaine de kilomètres de Bordeaux, en avril 2017 : un supermarché inversé, pensé par des designers. "L'espace est très beau, ce qui permet de changer le regard sur le déchet", insiste Nicolas Sénéchau. A l'intérieur du site, des caddies sont mis à la disposition des habitants qui peuvent apporter mais aussi récupérer des objets et des matériaux. "1.000 tonnes par an ne font désormais que transiter, analyse Nicolas Sénéchau. Par rapport à l'ancien site, nous obtenons 30 % de déchets en moins et, dans la mesure où cet équipement a été conçu pour pouvoir recycler au maximum, les déchets destinés à l'enfouissement ont baissé d'environ 60 %."

Smicval

Le supermarché inversé a été pensé par des designers (crédit photo Smicval)

Coût fiscal équivalent

Montant de l'investissement : 2 M€ hors foncier. "L'investissement a augmenté de 20 % par rapport à une déchèterie classique et les coûts de fonctionnement sont plus importants. Le coût à la tonne est donc en hausse mais puisque nous avons réduit les déchets, le coût fiscal est équivalent pour un service plus important", explique Nicolas Sénéchau. "L'idée est d'imaginer des modèles économiques qui fonctionnent dans le cadre d'une maîtrise de la fiscalité", insiste Sylvain Guinaudie. "On nous présente l'incitativité comme étant la solution miracle, mais en associant le déchet à du positif, nous arrivons au même résultat sans dose d'incitativité."

Le syndicat mixte annonce d'ores et déjà un autre Smicval Market, de plus grande ampleur, à Libourne en 2022. "L'idée sera de proposer des activités autour de la ressource, de la réparation, et du changement de modèle de consommation. Donc, une galerie marchande avec des services différents : des échoppes permettant d'acheter des objets réparés, certainement une maison zéro déchet témoin ou encore un incubateur dédié à l'économie circulaire", annonce Nicolas Sénéchau. Le Smicval dispose d'un budget de 40 M€ par an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2019 à 6:07 :
Le problème c’est qu’il est impossible d’apporter de grosses quantités quand on vide une maison exemple : 200/250 bouteilles donc trop pour les enfiles par les trous on me les fait mettre au tout venant ! 5m3 de vetements et tissus donc trop pour les « tiroirs » des conteners : on me les fait mettre au tout venant ! Il devrait y avoir une solution ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :