Bordeaux Métropole : les déchets ménagers confiés à Veolia jusqu'à 2028

 |   |  574  mots
(Crédits : CC Pixabay by Hans)
C'est une délégation de service public qui porte sur près de huit ans pour un montant de 405 M€. Bordeaux Métropole confiera à l'entreprise Veolia le traitement et la valorisation des déchets ménagers de ses 770.000 habitants à compter du 20 février prochain. Des investissements sont prévus à l'incinérateur de Cenon et au centre de tri de Bègles qui sera robotisé.

Bordeaux Métropole Valorisation. Toute trace du mot "déchet" a été soigneusement effacée mais il s'agit pourtant bien du nom de la nouvelle filiale du groupe Veolia qui sera chargée, à compter du 20 février 2020 et jusqu'à la fin de l'année 2027, du traitement et de la valorisation des déchets ménagers et assimilés produits à Bordeaux Métropole. Après le contrat d'assainissement décroché début 2019, c'est à nouveau le groupe Veolia qui a été retenu par la Métropole pour cette délégation de service public (DSP), au détriment de son concurrent Suez, par les élus métropolitains le 12 juillet dernier.

Un contrat à 405 M€

"Les deux propositions étaient très proches sur les critères de la qualité technique, de la qualité environnementale et de la fiabilité de l'entreprise. La différence s'est faite sur le critère du prix puisque que la proposition de Veolia était moins chère de 16 M€ par rapport à celle de Suez", a expliqué Patrick Bobet, le président de Bordeaux Métropole, lors de la signature officielle ce jeudi 5 septembre.

Le contrat, qui porte sur 7 ans et 10 mois, s'élève à 405 M€, soit 51 € par tonne contre 80 € par tonne précédemment. Il porte sur l'ensemble des outils de valorisation et de recyclage de la métropole, à savoir le centre de tri de Bègles, qui traite environ 50.000 tonnes par an, l'incinérateur de Bègles (d'une capacité de 273.000 tonnes/an) ainsi que celui de Cenon (d'une capacité de 138.000 tonnes/an). La population de Bordeaux Métropole génère chaque année autour de 234.000 tonnes de déchets valorisables et 40.000 tonnes de déchets triés.

DSP Veolia

Antoine Frérot, PDG de Veolia, Patrick Bobet, président de Bordeaux Métropole, et Dominique Alcala, son adjoint en charge des déchets. (crédits photo : PC/La Tribune)

Extension des consignes de tri en 2022

Le contrat de délégation prévoit notamment 54 M€ d'investissements dans les infrastructures existantes dont 35 M€ pour le centre de tri de Bègles et le reliquat pour l'incinérateur de Cenon qui sera mis aux dernières normes de traitement des fumées et dont la fermeture ne fait donc plus partie des plans de la Métropole. "Le centre de tri de Bègles sera robotisé, automatisé et digitalisé : trois grands robots araignées aidés par de l'intelligence artificielle pourront reconnaître et trier les déchets", précise Antoine Frérot, le PDG de Veolia, qui promet que cette automatisation n'entraînera pas de suppressions d'emplois. "La chaleur issue des incinérateurs permettra de chauffer 34.000 habitants et d'alimenter en électricité 100.000 habitants supplémentaires", ajoute-t-il.

Des objectifs de valorisation et de tri sont fixés à Veolia avec des pénalités financières s'ils ne sont pas atteint et un bonus partagé avec la collectivité si c'est le cas. Si aujourd'hui le papier, le carton, le verre ou encore l'aluminium sont recyclés à 80 ou 90 % en France et à Bordeaux, les plastiques restent un point noir du secteur et plafonnent autour de 25 %. Les investissements prévus permettront notamment de pouvoir répondre fin 2021 à l'extension des consignes de tri aux pots de yaourts, sacs plastiques et films protecteurs divers prévue en 2022. Dans le cadre de son plan déchets 2016-2020, Bordeaux Métropole prévoit parallèlement de "limiter la progression des déchets à 24 % entre 2011 et 2030 pour une population augmentant de 33 % sur la même période".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/09/2019 à 11:18 :
Plus chers pour moins de services donc, le refrain habituel de la privatisation de secteurs économiques stratégiques on confie, en ces temps d'urgence climatique, la nature à des gens qui ont intérêt à ce qu’elle soit polluée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :