Le port de Bordeaux touché et bientôt coulé ?

 |   |  1225  mots
Contrairement à Bordeaux, le terminal à conteneurs du Grand port maritime de Marseille (notre photo) fonctionne sans problème.
Contrairement à Bordeaux, le terminal à conteneurs du Grand port maritime de Marseille (notre photo) fonctionne sans problème. (Crédits : iStock)
En décidant de ne plus faire transiter ses marchandises par Bordeaux, le géant mondial du transport maritime de conteneurs, la compagnie MSC, vient de porter un coup très dur à l’activité portuaire bordelaise. Les entreprises portuaires en appellent aux collectivités pour sauver le port.

"Depuis un moment déjà, quand nous évoquions le sujet des terminaux de conteneurs nous étions d'accord pour dire que le pire qui pourrait arriver au port de Bordeaux soit que l'une des deux compagnies qui assurent localement ce trafic, MSC et CMA CGM, voire les deux, quitte Bordeaux. Et c'est ce qui vient d'arriver !", s'alarme le patron de cette importante entreprise de fret maritime, qui préfère pour le moment rester discret.

La friture sur la ligne entre le monde économique bordelais et la direction du port ne date pas d'aujourd'hui mais l'annonce de MSC, qui va détourner dans les jours qui viennent son fret maritime par le train, semble donner la mesure de la gravité de la situation. Cette information, dévoilée hier mercredi par le site web de l'hebdomadaire "Le Marin", fait à juste titre l'effet d'une bombe dans le monde portuaire bordelais. La compagnie MSC, un des deux leaders mondiaux du transport de conteneurs, génère à elle seule 50 % du trafic de conteneurs du port de Bordeaux. Le port a officiellement traité 65.000 conteneurs l'an dernier, qui ont représenté 7,58 % du trafic portuaire (7,2 millions de tonnes pour un chiffre d'affaires de 46 M€).

Lire aussi : Le Ceser au chevet des ports de Nouvelle-Aquitaine

L'appel lancé à la mobilisation des collectivités

Autrement-dit 550.674 tonnes de marchandises ont escalé en 2017 au port de Bordeaux par le biais de conteneurs, que la direction du port qualifie de « trafic à très forte valeur ajoutée ». En se retirant de cette activité maritime à Bordeaux, MSC devrait ainsi faire perdre un peu moins de 280.000 tonnes de trafic au port, dont l'activité a déjà reculé de 7 % l'an dernier.

"C'est une annonce très dure pour l'ensemble de l'activité portuaire, pour les pilotes, les manutentionnaires, les lamaneurs, les chargeurs, c'est très fâcheux. Ce que nous pouvons espérer c'est une prise de conscience des collectivités, de Bordeaux Métropole et de la Région Nouvelle-Aquitaine, qui doivent bien comprendre que le port est un outil important pour le développement économique et qui doivent se l'approprier", martèle Julien Bas (In Vivo), coprésident de l'Union maritime et portuaire de Bordeaux (UMPB), syndicat patronal qui regroupe toutes les entreprises et groupes concernés par l'activité portuaire bordelaise (armateurs, manutentionnaires, chargeurs, logisticiens, etc.).

Des marchandises qui pourraient aussi prendre la route

Très impliqué dans la vie du port Julien Bas refuse de parler de départ.

"La compagnie MSC ne part pas puisqu'elle garde son agence à Bordeaux. Elle ne part pas : elle change de mode logistique, elle passe du bateau au train et sûrement aussi à la route, car j'ai du mal à croire qu'elle puisse caser tous son trafic de conteneurs dans des trains... Le plus probable c'est que les camions soient également mis à contribution", jauge Julien Bas.

Et de fait écouler plus de 250.000 tonnes de marchandises par le seul train ne sera pas une mince affaire. La décision de MSC dévoilée par "Le Marin" est connue depuis une dizaine de jours déjà par les professionnels du port. Et ce coup de tonnerre semble bien ne pas avoir fait jusque-là beaucoup de vagues à la direction du port.

A en croire cet élu, qui souhaite conserver l'anonymat, Christophe Masson, président du directoire du Grand port maritime de Bordeaux, est en Chine et à ce jour le conseil de surveillance du port n'aurait pas été officiellement mis au courant de la situation. Il semble bien que l'échec de lancement du terminal de conteneurs du Verdon (Terminal à conteneurs du Sud-Ouest), infrastructure sur laquelle MSC comptait depuis des années s'appuyer, a pesé lourd, parmi d'autres considérations, dans le choix de la compagnie.

Le terminal du Verdon relancé cette année ?

Certains diraient que le projet déterminant du Verdon à fait naufrage mais, comme il le fait désormais régulièrement, Pascal Lefèvre, président du conseil de surveillance du Grand port maritime de Bordeaux, qui n'a pu répondre à nos questions, défend le bilan. Dans les colonnes de "Mer et Marine" daté du 6 février dernier, il déroulait ainsi son analyse dans le cadre du projet stratégique du GPMB.

"Il n'est pas question de dire ou laisser penser que tout va bien puisque c'est encore insuffisant pour redresser les trafics. Par exemple, le terminal à conteneurs du Sud-Ouest/TCSO, capital pour le développement du port qui, suite à de multiples entraves extérieures n'est malheureusement toujours pas en service malgré l'énergie déployée et les investissements réalisés. Mais à l'heure où toujours plus de marchandises voyagent en conteneurs, il est établi que le potentiel de développement de cette filière se situe bien au-delà des 65 000 conteneurs actuels et un positionnement au Verdon rend possible un développement des trafics. Aussi le port confirme son objectif de tout mettre en œuvre pour un démarrage effectif cette année" : tout espoir n'est donc pas perdu.

Remettre l'économie en tête de la gouvernance

Comme l'avait souligné Henri-Vincent Amouroux, directeur de l'Union maritime et portuaire de Bordeaux, qui a été remplacé par Maud Guillerme, lors de son discours de départ à la retraite, citant le poète Friedrich Hölderlin, qui a séjourné à Bordeaux : "Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve". Une pensée que ne dément pas Julien Bas, qui veut croire que la prise de conscience l'emporte.

"J'ai le sentiment d'être dans ce type de situation classique où tout a tellement empiré, de façon si évidente, que l'on se demande enfin ce qu'il va falloir faire. Le port de Bordeaux est un bel outil, de taille régionale, et il faut le mettre en tête de gondole. L'UMPB en appelle à une réaction des élus et des responsables économiques. La priorité désormais c'est d'investir à Bassens pour garder CMA CGM (un des deux leaders mondiaux du transport de conteneurs -NDLR), pour ne pas leur laisser penser que ça leur coûterait moins cher de faire comme MSC. Il faut absolument faciliter l'accès des camions au port de Bassens et élargir de deux mètres la Côte de la Garonne, par où ils arrivent, au lieu d'y installer une piste cyclable. Parce que c'est peut-être le prix pour garder CMA CGM", expose Julien Bas.

Ce coprésident de l'UMPB se méfie de la mission d'audit qui va se pencher sur la gouvernance du GPMB parce que selon lui les enjeux ne se résument pas à ce type de considération.

"Il faut remettre l'économie en tête des préoccupations portuaires. L'UMPB en a assez d'occuper un strapontin dans la gouvernance du port au lieu d'être à la première place. Nous n'avons pas besoin de grand machin institutionnel mais d'un outil agile fonctionnant en bonne intelligence avec la Métropole et la Région. Le modèle actuel de port n'est pas tourné vers ses fondamentaux et néglige l'économie. L'Etat, qui est majoritaire au sein du GPMB, ne se comporte pas comme un actionnaire responsable, il ne fait pas son job d'animation portuaire", assène Julien Bas.

Le degré de mobilisation des collectivités, mais aussi des milieux d'affaires bordelais et de la direction du port vont rapidement donner le ton de cette crise potentiellement mortelle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/07/2018 à 15:32 :
La notion "d'entraves extérieures" concernant le Verdon est assez amusante. Le port s'est enferré tout seul, comme un grand, dans un bourbier juridique dont il est le principal responsable en laissant entrer le loup dans la bergerie. C'est un secret de polichinelle sur la place portuaire.

Quand est-ce que ses cadres devront-ils rendre compte de leurs actions ?
a écrit le 06/07/2018 à 13:17 :
Ne laissons pas mourir notre port de Bordeaux !!!
Faire comme Marseille : rejoindre la dynamique des "Nouvelles Routes de la Soie".
Il faut également développer le multimodal qui pêche un peu : faire une voie de fret dédié depuis le Verdon.
Refaisons un plan Freycinet pour nos ports !
https://www.solidariteetprogres.org/documents-de-fond-7/economie/Plan-Freycinet-grands-travaux.html
a écrit le 06/07/2018 à 12:27 :
LES PORTS RESTENT DES VOIES ABORDABLE POURS BEAUCOUP D ACTIVITES INPORT EXPORT ET MEME TOURISTISQUE ?NE VENDONS PAS NOS PORTS LES CHINOIS EN SONT FRIENT ET LES ACHETENT A TOURS DE BRAS POUR NOUS INONDE DE PRODUITS BAS DE GAME QUE NOUS NE PRODUISONS PLUS ET QUI A FERME CERTAINE USINES DE FABRICATION FRANCAIS SURTOUS LES JOUETS ET LES PETIT PRODUITS DE TOUS LES JOURS EN CUISINE ET EN HYGIENE EN PLASTIQUE MEME LES VETEMENTS???///NOUS AURONS LE DESTIN QUE NOUS AVONS MERITE///ALBERT EINSTEIN///
a écrit le 06/07/2018 à 9:41 :
L'Etat n'investit plus au point d'entraver le commerce, tout en prélevant toujours plus de ressources au nom du socialisme. Signe certain de l'avancée du "despotisme et de la superstition".
a écrit le 06/07/2018 à 9:35 :
"qui va détourner dans les jours qui viennent son fret maritime par le train"

Deux bonnes nouvelles donc, moins de pollution via les cargos, qui polluent énormément, ce serait bien de signaler le coût pour la planète des différents domaines d'activité et une économie du train qui se renforce. Mais qui sont donc ces dirigeants intelligents !? Ça fait plaisir en tout cas, bravo.

Par ailleurs le port de bordeaux peut rediriger son activité vers le tourisme, partie de région très fréquentée, le sud ouest étant une destination touristique prisée. Les murs de la ville qui ont connu un rafraichissement salutaire il y a une vingtaine d'années commencent à noircir de nouveau, à un moment le principe de la suppression de la pollution commence à se poser réellement.
a écrit le 06/07/2018 à 6:40 :
Choisir entre une piste cyclable de deux metres d'empietement sur la chaussee ou elargir pour faciliter le traffic des poids lourds !
Venez voir comment "ils" font en Asie, vous pourrez tjrs importer le concept.
Port de Marseille, 47 eme position du classement des grands ports mondiaux avec Dunkerque a la 91ieme. France, 5 ieme puissance vous avez dit ?
a écrit le 05/07/2018 à 16:41 :
La CGT manutention a gagné : le port de bordeaux n'existera plus dans quelques années, étouffant la métropole, où tout viendra et partira du Havre ou de Rotterdam.
Ford, le Port, à qui le suivant : Sanofi, Dassault, Thalès.
Réponse de le 10/07/2018 à 15:35 :
La CGT n'a rien à voir là-dedans, ça fait longtemps qu'elle n'est plus un frein au projet.
https://objectifaquitaine.latribune.fr/business/2016-02-26/le-verdon-le-terminal-conteneurs-a-nouveau-sous-la-menace.html
Le port et l'opérateur ont réussi cet exploit par eux-mêmes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :