Régionales : Alain Rousset sauve la mise

 |   |  604  mots
Vers 21 h 15, la liste d'Alain Rousset était créditée de 31,8 % des voix, contre 26,8 % pour celle de Virginie Calmels.
Vers 21 h 15, la liste d'Alain Rousset était créditée de 31,8 % des voix, contre 26,8 % pour celle de Virginie Calmels. (Crédits : Agence Appa)
La future "Grande Aquitaine" apparaît comme l’une des deux seules régions du pays où le PS arrive en tête au 1er tour des régionales.

Un des derniers sondages réalisés avant le 1er tour des élections régionales 2015 en Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes (ALPC) voyait la liste Les Républicains (LR), conduite par Virginie Calmels, virer en tête devant celle du candidat socialiste Alain Rousset, président sortant de la région Aquitaine, avec respectivement 32 % des suffrages pour la première et 26 % pour le second. Les premières estimations sur ces élections régionales à forts enjeux nationaux semblaient indiquer le contraire et, vers 21 h 15, la liste d'Alain Rousset était créditée de 31,8 % des voix, contre 26,8 % pour celle de Virginie Calmels. Un duel serré, comme on le voit, mais encore à l'avantage d'Alain Rousset. Le cadre a changé mais, comme le rappelait récemment le politologue Jean Petaux, enseignant chercheur à Sciences Po Bordeaux, l'Aquitaine est dominante dans la nouvelle grande région, y compris sur le plan politique : en nombre d'électeurs.

La stratégie Juppé a payé

Aussi, et malgré la différence de périmètre, la stratégie d'alliance menée par le maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole, Alain Juppé (LR), avec François Bayrou, leader du Modem (Mouvement Démocrate) semble bien avoir produit des effets. Ainsi l'ancien ministre Xavier Darcos, tête de liste UMP en Aquitaine aux régionales de 2010, avait fédéré 22,05 % des voix au 1er tour. Alors que Jean Lassalle, tête de liste du Modem, avait dans le même temps capté 10,43 % des suffrages. A l'échelle des trois régions ALPC, la droite avait totalisé 25,22 % des voix. Preuve que quelque chose a changé. Si la personnalité de Virginie Calmels a modifié la donne, la stratégie d'Alain Juppé, à l'origine de la candidature de l'ancienne dirigeante d'Endemol France, y est aussi pour quelque chose.

Alain Rousset N° 2 national

De son côté, Alain Rousset n'a pas pu réaliser d'alliance avec les Verts d'EELV, menés par Françoise Coutant, avant le scrutin. Ce qui ne l'a pas empêché de chasser avec succès sur les terres de CPNT (Chasse Pêche Nature Traditions), avec le ralliement d'Henri Sabarot, président de la Fédération des chasseurs de Gironde et figure historique de CPNT, et de présenter son programme en compagnie de plusieurs chefs d'entreprises. Souvent qualifié d'élu atypique par des membres national du PS, en raison de sa proximité revendiquée avec le monde de l'entreprise et celui de l'innovation, Alain Rousset a également menée une campagne de terrain, soulignant qu'il s'était rendu plus d'une fois à Guéret, le chef lieu de la Creuse. Si les estimations de début de soirée accordaient à Alain Rousset un score inférieur à celui de 2010 (37,63 %), le président sortant de la région Aquitaine peut se targuer de faire un des deux meilleurs scores nationaux du PS dans ces régionales.

Score historique du FN

Le Front National (FN), emmené par Jacques Colombier dans la nouvelle grande région, fait un gros score. S'il peut paraître modeste comparé au raz-de-marée du parti d'extrême droite dans les régions Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Provence-Alpes-Côtes-d'Azur, le FN, avec 22,1 % des voix, établit un score historique. A l'échelle des trois régions Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes il avait totalisé 7,91 % des voix en 2010. Ce résultat de 2010 signait un reflux par rapport aux régionales de 2004, où le FN avait obtenu 11,45 % des voix au 1er tour en Aquitaine, et une moyenne de 10,42 % à l'échelle des trois régions. L'heure des tractations entre les deux principales formations, le PS et LR, et leurs alliés potentiels en vue du 2e tour a sonné.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2015 à 15:56 :
Si cette région,reste à gauche,
La stature de M.Juppe,va être entachée pour son futur immédiat.
Comment convaincre les abstentionnistes de voter??
Il est vrai que seulement 32%de l'électorat,possède des notions économiques et financières ,
pourtant,ce sont leurs sous!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :