Bordeaux City Life : des arbres pour contrôler le climat des villes

 |   |  909  mots
Anne Durand et Julien Dossier
Anne Durand et Julien Dossier (Crédits : Agence Appa)
Entre le désir de planter de mini forêts en ville d’Anne Durand, architecte et urbaniste, et les 24 chantiers de la feuille de route de Julien Dossier, inspirés par une fresque italienne du XIVe siècle sur le bon gouvernement, la table ronde "Climat, un autre regard sur la ville" a tenu ses promesses lors du Forum Bordeaux City Life.

La table ronde "Climat, un autre regard sur la ville", qui s'est tenue pendant le forum Bordeaux City Life (vie de la cité), qui prend la suite de Smart City (ville intelligente), organisé à la mairie de Bordeaux par La Tribune, en partenariat avec Bordeaux Métropole, a réuni Anne Durand, architecte et urbaniste (Atelier Urbain Anne Durand), et Julien Dossier, fondateur de Quattrolibri, cabinet conseil en neutralité carbone, auteur de "Renaissance Ecologique - 24 chantiers pour le monde de demain" (Domaine du possible/Actes Sud).

"Je suis contente que la notion de vie ait pris le pas dans l'intitulé du forum sur le smart. Je suis architecte et urbaniste et j'ai recours à la construction bois depuis 2009. Nous arrivons à la fin d'un modèle, celui des projets imposés aux territoires, de la planification. J'appartiens au comité scientifique des ateliers de Cergy et la dimension qui se dégage est celle de l'incertitude du futur. Ce qui compte c'est d'être dans une logique d'accueil, d'inventer des règles. Il faut accepter l'incertitude, mettre en réseau des initiatives locales" a déroulé Anne Durand pour fixer les idées sur sa démarche.

Anthropocène, ce n'est pas encore gagné

Voir la ville par le prisme du climat modifie les enjeux, sans pour autant gommer l'urgence de prendre les bonnes décisions. C'est ainsi que Julien Dossier situe cette relecture urbaine dans le cadre de l'ère de l'Anthropocène, ère géologique où l'espèce humaine joue le rôle principal dans les transformations qui affectent la planète. Devenue très populaire, cette approche, soutenue par un collectif de chercheurs, n'a pourtant pas encore convaincu le juge de paix des appellations sur les ères géologiques : la Commission internationale de stratigraphie (ICS).

Cette dernière a refusé en 2018 de valider ce concept d'Anthropocène, décrivant la période actuelle comme étant celle de la troisième étape de l'Holocène, qui a débuté après la dernière ère glaciaire, il y a 10.000 ans. S'il ne se réduit pas à la controverse entre partisans du réchauffement climatique provoqué par l'Homme et climatosceptiques, dont la plupart estime que le réchauffement actuel est lié à l'activité solaire, le refus de consacrer l'Anthropocène semble faire écho à cette querelle, qui se poursuit à très basse intensité dans l'arène publique.

La neutralité carbone : pas si facile

Toujours est-il que Julien Dossier a décidé de tirer la sonnette d'alarme.

"Renaissance écologique, l'ouvrage que je viens de publier est une feuille de route. Ce que l'on voit d'ores et déjà c'est la brutalité de l'exercice qui est devant nous. Ce n'est pas +2° C de température que nous voulons éviter, mais +1,5° C. Comme le précise le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) nous ne devons pas émettre plus de gaz à effet de serre que nous ne pouvons en stocker. La différence de hausse de température entre +1,5° C et +2° C ce sont des millions de morts ! Nous avons 138 mois et 1 jour devant nous pour changer la donne. Une fois que l'on a dit ça, on a besoin de respirer" s'est amusé ce spécialiste de la neutralité carbone qui donne des cours à HEC.

La neutralité carbone est un objectif accessible mais "Renaissance écologique" montre qu'il s'agit d'un exercice complexe a souligné l'orateur. Le titre de cet ouvrage vient du parti pris très original de Julien Dossier, qui a décidé de s'appuyer sur la toile d'un peintre italien de la Renaissance (1338), Ambrogio Lorenzetti, titrée "Allégorie des effets du bon et du mauvais gouvernement".

Une construction bois créatrice d'emplois

Cette fresque Renaissance de 2 m x 3,50 commandée par le Conseil des Neuf, qui gouvernait Sienne, montre, dans un but pédagogique, une représentation du bon gouvernement face au risque d'une tyrannie destructrice des ressources. Une allégorie dans laquelle Julien Dossier voit tous les éléments clés pour décrypter la crise d'aujourd'hui, de la finance à l'industrie en passant par l'agriculture, la sécurité, les eaux et les forêts, etc. Sans réduire à un slogan la démarche de Julien Dossier, qui a confié à Johann Bertrand d'Hy, artiste nantais, la réalisation réactualisée de l'allégorie pour son livre, ce dernier a toutefois insisté sur un fait. "Il faut planter des arbres en ville, c'est une urgence !". Anne Durand a de son côté temporisé même si Julien Dossier n'a jamais semblé perdre son calme. "Je ne suis pas toujours dans l'urgence", a-t-elle ainsi rebondi. L'architecte et urbaniste préfère prêcher pour son savoir-faire.

"J'ai commencé à concevoir des maisons en bois en 2009. C'était encore nouveau et il a fallu combattre de nombreux clichés sur le fait que le bois ça brûle, etc." a-t-elle éclairé.
Puis Anne Durand a souligné que la construction bois permettait de recréer des emplois et qu'il faudrait penser à créer de petites forêts urbaines, en plantant des arbres par exemple à la place de six places de parking. Tout en n'hésitant pas installer dans les maisons des QR codes permettant de revenir à la forêt dont les arbres ont servi à faire la maison. Impliquée dans le développement de l'habitat participatif, Anne Durand n'a pas caché que, malgré les avantages pour les habitants, ce type de logement a commencé à décliner en 2011 et que cela restait toujours difficile à mettre en place.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :