A Surgères les agriculteurs investissent 8,5 millions d'euros dans la méthanisation

La vingtaine d'agriculteurs réunie dans le groupement à l'origine de la création de la société charentaise-maritime Aunis Biogaz a bouclé l'an dernier un investissement exemplaire de 8,5 millions d'euros dans la création d'une importante unité de méthanisation. Cette dernière, capable de traiter près de 40.000 tonnes de biomasse par an, était inaugurée ce vendredi.

4 mn

Une unité de méthanisation.
Une unité de méthanisation. (Crédits : DR)

Ce vendredi 24 septembre Aunis Biogaz a pu inaugurer l'unité de méthanisation qu'elle avait mise en service en mai  2020 à Surgères (Charente-Maritime), au parc d'activité de la Combe. Soit un peu plus d'un an de décalage pour cause de pandémie de Covid-19. Une inauguration faite en grand puisqu'une première journée porte ouverte a été organisée ce vendredi pour les professionnels et que demain samedi 25 septembre le grand public est convié à découvrir l'installation.

Lire aussi 6 mnLa méthanisation ne suffira pas à décarboner l'agriculture

Le projet est d'autant plus exemplaire qu'il est porté depuis 2013 par un groupement d'une vingtaine d'éleveurs et de céréaliers déterminés à valoriser les sous-produits de leur activité. Des agriculteurs qui ont créé en 2016 la société par actions simplifiée (SAS) Aunis Biogaz, à Saint-Pierre-d'Amilly (17), présidée par Thierry Bouret, qui a permis de conduire cette initiative à son terme.

Un investissement aux nombreuses retombées positives

"L'agriculture est un secteur aujourd'hui fragile, notamment pour les éleveurs laitiers. La méthanisation peut être un coup de pouce bienvenu pour les exploitants actionnaires d'Aunis Biogaz : le biogaz produit et redistribué dans le réseau de ville est revendu à un fournisseur d'énergie. Mais la méthanisation ne produit pas que du gaz : le digestat sert à fertiliser les champs, sans épandre directement le lisier et le fumier. La plus-value est autant économique que logistique et environnementale" commente la direction d'Aunis Biogaz.

Lire aussi 5 mn14 M€ investis dans une usine de méthanisation agricole en Nouvelle-Aquitaine

Cette unité de méthanisation représente un investissement total de 8,5 millions d'euros, dont Aunis Biogaz couvre la bagatelle de 6,5 millions d'euros, soit 75 %.

La Région, services de l'Etat et collectivités au rendez-vous

Inscrite en pleine transition énergétique cette initiative est soutenue par la Région Nouvelle-Aquitaine, pour près de 1 million d'euros (992.159 euros), l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), pour 1 million d'euros, l'Agence de l'eau Adour Garonne (430.000 euros), sans compter la communauté de communes Aunis Sud, qui apporte un accompagnement technique à l'opération et qui a cédé le terrain de 2,7 hectares au tarif préférentiel de 6 euros (hors taxe) le mètre carré.

L'unité de méthanisation de Surgères va permettre de digérer 39.815 tonnes de biomasse, un ensemble composé de fumiers et lisiers, intercultures et paille, essentiellement générés par les vingt-et-unes exploitations agricoles des fondateurs d'Aunis Biogaz, de trois industries agroalimentaires locales et de deux coopératives agricoles situées dans un rayon maximum de 15 kilomètres.

Lire aussi 1 mnGPMB : le port de Bordeaux se lance dans le biométhane

Fertilisation, mobilité et énergie propre

Le digestat, produit de cette méthanisation, qui va s'élever à 36.000 tonnes par an doit permettre d'amender et de fertiliser des parcelles agricoles en substitution des engrais minéraux dans le cadre d'un plan d'épandage réglementé. L'unité va permettre de valoriser 1,8 million Nm3 (normo mètre cube : quantité de gaz correspondant au volume d'un mètre cube pour un gaz se trouvant dans des conditions normales de température et de pression -Ndlr) par an de biométhane renouvelable, représentant l'équivalent du chauffage de 2.484 maisons.

Par ailleurs, 1 % de ce biométhane est consacré au carburant (Bio GNV) pour le fonctionnement des camions d'Aunis Biogaz. Le gaz renouvelable sera revendu à un énergéticien dans le cadre d'un contrat de vente garanti sur 15 ans. L'unité de méthanisation va permettre en outre d'économiser annuellement 5.709 tonnes d'équivalent dioxine de carbone par substitution de gaz fossile.

Lire aussi 4 mnMéthanisation : l'étude qui révèle le gisement aquitain

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.