L’aéroport de Bordeaux continue sur une croissance à deux chiffres

 |   |  525  mots
Pascal Personne, directeur de l'aéroport de Bordeaux, à gauche, au côté de Paul Baccheta, directeur général France d'Easyjet .
Pascal Personne, directeur de l'aéroport de Bordeaux, à gauche, au côté de Paul Baccheta, directeur général France d'Easyjet . (Crédits : Mila Ta ninga)
La saison estivale 2018 n’a pas démenti la bonne santé presqu’insolente de l’aéroport international de Bordeaux Mérignac, qui accueillera Air Canada l’an prochain, et dont la hausse de trafic frôle les 12 % en septembre.

L'été finit en septembre et l'aéroport international de Bordeaux Mérignac a visiblement tiré tout le bénéfice possible du calendrier puisque la hausse de sa fréquentation a encore atteint les deux chiffres, à +11,8 %, à 662.000 passagers. Conformément à une tendance devenue dominante le trafic international tire très nettement la fréquentation. Ce dernier est ainsi en hausse de +19,2 % en septembre, avec 397.000 passagers, contre +2,3 % pour le trafic domestique, à 266.000 passagers.

A l'international, les Iles Britanniques se taillent plus qu'un succès d'estime, avec une hausse globale de +10,8 %, pour un total de 156.000 passagers. Belfast connait la plus forte hausse, à +71,6 %, sans doute parce que cette destination est en démarrage, avec 2.114 passagers. Sans surprise Londres reste la destination britannique la plus recherchée et enregistre en septembre un trafic en hausse de +4,2 %, pour 30.166 passagers. A noter les belles progressions de Dublin, à +28,5 % (8.717 passagers), Edimbourg (+20,8 % à 4.509), Bristol (+17 % à 6.778) et Liverpool (+15,6 % à 3.900).

Barcelone : 3e destination après Amsterdam

Malgré de petits tassements contenus dans l'épaisseur du trait, la place des villes nord -européenne et alpine d'Amsterdam (-0,3 % pour 29.076 passagers) et Genève (-0,2 %-19.140), respectivement deuxième, après Londres, et quatrième, reste inchangée. La cité helvète est elle-même talonnée par la plateforme aéroportuaire franco-suisse Bâle-Mulhouse, en progression de +3,6 % à 12.791 passagers. A noter que Bruxelles enregistre une hausse très dynamique du trafic en septembre, à +16 % (10.638 passagers).

Troisième ville européenne la plus importante pour l'aéroport de Bordeaux, Barcelone enregistre une forte hausse de +23,3 %, à 19.263 passagers. Lisbonne est la seule des autres grandes destinations de la péninsule Ibérique à connaître une petite baisse de régime, à -1,4 % (15.508 passagers). Palma grimpe fort, à +45,9 % (11.842 passagers), devant Madrid, qui reste bien orientée à +19,6 % (11.004). Mais c'est bien le trafic à destination de Faro, capitale de la région de l'Algarve à l'extrême sud du Portugal, qui explose, avec une hausse de +184,3 %, pour 5.134 passagers.

Paris : le plus gros trafic grignoté par la SNCF

Malgré un recul sensible, les deux destinations les plus importantes d'Afrique du Nord maintiennent leur avance, il s'agit de Casablanca, qui enregistre une baisse de 2 %, avec 7.993 passagers, et Marrakech, à -1,6 % (6.465 passagers). Alger accuse un recul marqué de -10,8 % (3.109 passagers), tandis que Tunis progresse de +12,2 % (2.917). A l'ouest d'Alger, Oran connait une forte progression de +22,2 % (1.553 passagers). Au Proche-Orient le trafic à destination de la ville d'Istanbul est en hausse de +11,1 %, avec 5.365 passagers. Enfin, en Amérique du Nord, Montréal, la capitale économique du Québec, dont Air Transat (Air Canada) assure la liaison directe avec Bordeaux, est en hausse de +15,2 %, à 5.780 passagers.

En France, la liaison aérienne avec Paris continue d'être grignotée par le TGV et recule de 13 % en septembre, tout en restant la plus importante de toutes, à 102.624 passagers. La plus forte progression est enregistrée à destination de Bastia, à +43 % (6.275 passagers), devant Lille, à +34,8 % (17.947), Nice (+25 % à 23.639) et Figari (Corse/ +18,3 % à 5.689). Les grosses locomotives métropolitaines, Lyon et Marseille restent bien orientées, avec respectivement des hausses de +7,7 % et +11,9 %, et des trafics de 49.793 et 29.226 passagers. Globalement, les vols à bas coût représentent 368.000 passagers et sont en hausse de +22,8 % : une toujours bonne nouvelle pour l'aéroport de Bordeaux-Mérignac, qui mise sur ce segment de marché pour assurer son développement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :