Ford Aquitaine Industries : les syndicats ont franchi le Rhin

 |   |  358  mots
Près de la banderole déployée ce matin par l'intersyndicale de FAI  on reconnait le logo triangulaire sur fond rouge du puissant syndicat IG Metal.
Près de la banderole déployée ce matin par l'intersyndicale de FAI on reconnait le logo triangulaire sur fond rouge du puissant syndicat IG Metal. (Crédits : CFTC -Ford Aquitaine Industries)
Une délégation de représentants des syndicats ouvriers de Ford Aquitaine Industries et d’élues de la Gironde sont à Cologne pour faire pression sur la direction européenne du constructeur automobile américain.

Les quatre syndicats ouvriers de Ford Aquitaine Industries (FAI), CGT, CFTC, CFDT et FO, ont envoyé 35 des leurs à Cologne pour manifester ce mercredi 20 juin devant le siège de Ford Europe. Le plan de charge de l'usine FAI, spécialisée dans la fabrication de boîtes de vitesses automatiques (plus de 800 salariés actifs) sera ramené à zéro l'an prochain et les derniers salariés seront rémunérés jusqu'à septembre 2019 dernier délai. Les syndicats, qui veulent maintenir les emplois, s'opposent au plan de sauvegarde de l'emploi annoncé par Ford Europe le 7 juin, et réclament un plan de reprise. Plusieurs représentants de l'intersyndicale partis à Cologne devaient être reçus à partir de 13 heures par la direction européenne.

Cette délégation de FAI, dans laquelle se trouvent notamment Philippe Poutou (CGT) et Jean-Luc Gassies (CFTC), a reçu le soutien du puissant syndicat allemand de la métallurgie IG Metal, comme en témoigne la photo prise ce matin à l'entrée de Ford Europe, que nous vous présentons et qui a été publiée dans la matinée sur le blog du syndicat CFTC de Ford Aquitaine Industries.

Par ailleurs, les syndicalistes de FAI sont partis en Allemagne en compagnie de deux élues PS : Christine Bost, première vice-présidente du Conseil départemental de la Gironde, conseillère départementale du canton de Blanquefort et maire d'Eysines, et Véronique Ferreira, maire de Blanquefort, qui devaient être reçues en milieu de journée par le vice-président de Ford Motor Company et président de Ford Europe, Steven Armstrong.

Tout en annonçant vouloir trouver un repreneur pour l'usine FAI de Blanquefort, Ford Europe a confirmé la mise en place d'un PSE, dont la première réunion doit avoir lieu le 26 juin. Contrairement aux syndicalistes, aux élus et aux services de l'Etat Ford ne trouve pas son initiative sur le PSE contraire à la reprise de l'usine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/06/2018 à 11:32 :
je suggere que les syndicats embauchent les gens qui vont finir au chomage......... avec tout le bon pognon qu'ils otn de la formation, ils en ont largement les moyens

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :