Des dirigeants de Ford Europe en Gironde ce jeudi

 |   |  357  mots
Lors d'un précédent comité de suivi pour Ford Aquitaine Industries près de la préfecture.
Lors d'un précédent comité de suivi pour Ford Aquitaine Industries près de la préfecture. (Crédits : J. Philippe Déjean)
L’annonce ce lundi de la tenue d’un comité d’entreprise à Ford Aquitaine Industries le 7 juin n’impressionne pas les syndicats, qui se réjouissent quand même que leur usine sorte de la léthargie.

Après l'annonce par la préfecture de la Gironde de la tenue d'un comité de suivi le 13 juin, les syndicats de Ford Aquitaine Industries (FAI), à Blanquefort (Gironde) ont appris ce lundi en fin de matinée qu'un comité d'entreprise extraordinaire aurait lieu cette semaine, jeudi 7 juin.

"L'ordre du jour est flou. Il s'agirait de parler de l'avenir de Ford Aquitaine Industries, sans plus de précisions, avec deux représentants de Ford Europe : Kieran Cahill, qui est le directeur industriel des usines fabriquant des moteurs et des transmissions en Europe, et Steve Evision, directeur des ressources humaine de Ford en Europe" recadre pour La Tribune Gilles Lambersend, secrétaire (CGT) du comité d'entreprise de FAI.

En plus de ses responsabilités européennes, Kieran Cahill est également le président de FAI. Pour Gilles Lambersend cette soudaine agitation dans les sphères dirigeantes de Ford Europe, après trois mois de silence, a une explication facile à comprendre.

Un effet de l'annonce d'une manifestation à Cologne ?

"Tout a commencé à bouger depuis que quatre syndicats ouvriers de FAI ont annoncé qu'ils allaient manifester à Cologne le 20 juin, devant la direction de Ford Europe. C'est ainsi que des représentants du groupe Punch, éventuel repreneurs de FAI sont venus. Nous ne les avons pas rencontré mais les comptes rendus qui ont été faits nous font plaisir. Les représentants de Punch étaient en effet très très contents que l'usine soit propre et les salariés calmes" commente non sans ironie le secrétaire du CE, qui ne veut toujours pas entendre parler de repreneur.

Gilles Lambersend ne compte pas qu'il y ait de grosse annonce lors du comité d'entreprise de ce jeudi 7 juin.

"Par contre le préfet, Didier Lallement, nous avait prévenu qu'il n'organiserait pas de nouveau comité de suivi pour FAI s'il ne devait pas déboucher sur une décision, souligne Gilles Lambersend. Nous voulions rencontrer le délégué aux restructurations d'entreprises Jean-Pierre Floris avant le comité de suivi mais ce n'était pas possible. Il nous accorde tout de même, poursuit-il, un entretien la veille du comité de suivi par visioconférence".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :