Bordeaux : le campus Thales atteint son rythme de croisière

 |   |  779  mots
Le nouveau campus technologique de Thales à Mérignac, ensemble immobilier ultra-moderne et de haute qualité environnementale, accueille aujourd'hui 2.300 collaborateurs.
Le nouveau campus technologique de Thales à Mérignac, ensemble immobilier ultra-moderne et de haute qualité environnementale, accueille aujourd'hui 2.300 collaborateurs. (Crédits : Thales)
Le nouveau site de Thales qui a officiellement ouvert ses portes à Mérignac le 1er octobre 2016 a permis, à ce jour, de regrouper 2.300 salariés, essentiellement des ingénieurs et des cadres. Il s'agit d'un espace immobilier ultra-moderne où l'innovation a toute sa place. Elle constitue d'ailleurs un axe stratégique majeur du groupe.

Le premier salarié de Thales s'est installé dans les nouveaux locaux du groupe à Mérignac le 1er octobre 2016. Six mois plus tard, l'effectif attendu sur ce nouveau campus est quasiment au complet. 2.300 collaborateurs y travaillent quotidiennement. Ils seront 2.600 en avril prochain : 2.000 salariés en provenance des anciens sites de Thales de la région bordelaise (Pessac et Le Haillan) ainsi que quelques centaines de salariés de la région parisienne.

200 millions d'euros d'investissement

Pour désigner ce nouveau campus technologique de 60.000 m2, Pierre-Emmanuel Raux insiste sur trois maîtres-mots : l'innovation, l'accueil client et la qualité de vie au travail.

"Ce n'est pas seulement un environnement dédié à un poste de travail. On parle davantage de lieu de vie avec des restaurants, de la restauration rapide pour ceux qui souhaitent faire du sport entre midi et 14 h, un restaurant de type brasserie ainsi qu'un restaurant d'entreprise"n détaille Pierre-Emmanuel Raux.

L'investissement total s'élève à 200 millions d'euros. "C'est l'investissement industriel le plus important dans la région bordelaise depuis 40 ans", explique Pierre-Emmanuel Raux, directeur de projet du campus de Mérignac.

Grâce à cet investissement d'envergure sur le long terme, le campus a vocation à devenir un acteur de premier rang mondial dans le domaine de l'aéronautique et une entreprise emblématique de la région. A Mérignac, Thales développe des systèmes aéroportés de défense et des systèmes avioniques. Il s'agit d'un site de R&D essentiellement. 75 % de l'effectif est composé d'ingénieurs et de cadres.

L'activité radar à la pointe

Parmi les activités phares du site : le radar. Thales est notamment un acteur majeur dans les radars de conduite de tir pour avions de combat. Le groupe a conçu et commercialise depuis 2013 un radar à balayage mécanique à antenne active : le RBE2 AESA, un radar de nouvelle génération qui se trouve dans le nez du Rafale de Dassault Aviation. Dans les forces françaises, une trentaine de Rafales sont équipés de ce radar. Il y en a 6 en Egypte. 60 autres radars ont été commandés pour l'export, 28 seront produits pour la France en 2020. Le cahier des charges prévoit la production de 22 radars AESA par an. Si la fabrication se fait à Etrelles (35), à Mérignac, c'est le fonctionnement du radar qui est testé avant la livraison. La phase de tests et de contrôles dure 5 mois.

Rafale équipé de radar

Parmi les autres radars conçus par Thales, le radar de surveillance searchmaster est actuellement en production. Le 1er radar de série sortira le mois prochain.

"C'est le premier radar au monde dans cette gamme de produits, c'est-à-dire 80 kilos, pour une utilisation maritime et terrestre. Nous espérons faire un saut de génération dans les radars de surveillance", explique Jean-Marie Trouche, responsable des offres drones et surveillance à Thales.

Searchmaster répond à 5 types de missions : la lutte anti-navire, la lutte anti-sous-marine, la surveillance maritime, la surveillance terrestre et la cartographie et enfin la surveillance aérienne. Le coût moyen d'un radar de ce type est de l'ordre de 2 millions d'euros.

L'innovation au cœur de la stratégie de Thales

Pour rester à la pointe de la technologie et envisager l'avenir, Thales mise sur l'innovation et à Mérignac, un espace de 1.500 m2 lui est dédié : l'innovation hub est ouvert depuis le mois de janvier.

"Cet espace réunit des équipes multidisciplinaires, des salariés du militaire et du civil, qui imaginent et conçoivent ensemble les produits, systèmes et services de demain. Ce laboratoire dédié à l'innovation regroupe des espaces futuristes et stimulants (fab lab, salle de design thinking, espaces de prototypage, salles de démonstration, espaces collaboratifs) pour permettre à Thales de travailler en étroite coopération avec ses clients et partenaires industriels et académiques pour co-innover et valider les concepts et produits du futur. C'est ainsi qu'a été développé un cockpit tactile et connecté qui propose une expérience utilisateur plus performante pour le pilote", explique Denis Bonnet, directeur innovation sur le site.

Simulateur Thales

Plus généralement, c'est dans tout le campus de Mérignac qu'ont été conçus des espaces de travail innovants : des espaces ouverts pour stimuler les partages de savoir.

L'innovation fait clairement partie de la stratégie du groupe. Thales emploie dans le monde plus de 25.000 chercheurs et ingénieurs et a consacré en 2015 plus de 700 millions d'euros à la Recherche & Développement autofinancée. Dans tous les pays où il est implanté industriellement, le groupe cherche à nouer des partenariats au sein des écosystèmes d'innovation, avec des académiques, des centres de design, des entreprises innovantes pour inventer ensemble sur les usages, les business models et les technologies.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2017 à 10:21 :
De 80 à 94, j'ai souvent visité les sites de Pessac et du Haillan, (et même l'antenne de CIMSA, le site de la Division des TEX et le mini centre de Gradignan et ses bouées)

A Gradignan j'aimais bien les panneaux syndicaux utilisés pour promouvoir les vins du Médoc...
A Pessac, le nez d'un radar né à Malakoff rappelait à chaque arrivée, que le passé commandait l'avenir...et que rien de nouveau ne sort du néant
Au Haillan, l'arboretum historique était un plaisir des yeux et des senteurs,

Le nouveau dispositif est certainement plus fonctionnel et adapté aux temps d'aujourd'hui, mais attention à ne pas se gargariser des termes à la mode:
écomachin durable et responsable et renouvelable etc
Un centre de recherche, une usine, c'est un moyen de faire avancer la science et de produire au meilleur coût, pas un séjour de loisir

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :