Immobilier, succession, transports... ce que prévoit Alain Juppé

 |   |  818  mots
Alain Juppé entretient le mystère sur ce qu'il prévoit de faire à l'issue de son actuel mandat (photo archives ML)
Alain Juppé entretient le mystère sur ce qu'il prévoit de faire à l'issue de son actuel mandat (photo archives ML) (Crédits : Objectif Aquitaine / Mikaël Lozano)
Forcément attendu au tournant lors de son allocution de rentrée, Alain Juppé s'est bien gardé d'en dire trop sur ce qu'il prévoyait de faire à l'issue de son mandat de maire de Bordeaux. Alors que les prix de l'immobilier flambent, il a martelé sa volonté de "construire, construire, construire" et précisé ses priorités.

> Transports

C'est le premier objectif cité par Alain Juppé ce matin, lors de son point presse de rentrée. Le maire (LR) de Bordeaux et président de la métropole est parfaitement conscient que "malgré les investissements passés, l'agglomération reste congestionnée, même si elle n'est pas la seule dans ce cas". Il a listé quelques projets d'amélioration, comme le rétrécissement au droit du pont Mitterrand à résorber et des efforts à mener sur la desserte des grandes zones d'emploi, les travaux relatifs à l'extension de la ligne C du tramway et la construction de la ligne D, sa volonté de consacrer 75 M€ sur la période 2017 / 2020 à un plan vélo. Sur l'exclusion des automobiles du pont de Pierre franchissant la Garonne, le maire indique qu'au vu des premières tendances, "les raisons de s'en réjouir sont bien plus nombreuse que les critiques". Un comité de pilotage, à la fin du mois, devrait se prononcer pour une prolongation de l'expérimentation, qui inquiétait beaucoup de monde.

Alain Juppé estime également que "le covoiturage ne marche pas bien. Il nous faut trouver des moyens de l'encourager. Nous ne renoncerons pas mais beaucoup d'efforts restent à faire." Le stationnement résidentiel reste une vraie préoccupation, d'autant plus quand on sait que près d'un tiers des bouchons bordelais seraient liés au manège des véhicules qui tournent pour trouver une place !

> Immobilier

C'est le 2e objectif d'Alain Juppé : "Construire, construire, construire !" Le maire de Bordeaux espère convaincre le gouvernement de placer Bordeaux dans la liste des zones en tension, aux côtés de Paris, Lyon ou Marseille, afin de déclencher un panel de mesures. Le rythme actuel de production de logements, plus de 7.000 livrés chaque année, est jugé "satisfaisant" mais il faut encore le maintenir. Alain Juppé a balayé l'argument des promoteurs qui peineraient à trouver des terrains à construire ("S'ils faisaient moins de surenchère, ça nous aiderait", dit-il) et listé les opérations qui avancent : Bastide Niel, Bassins à flot, Euratlantique, opération 50.000 logements à l'échelle de la métropole).

Alain Juppé a également eu un mot pour Darwin, en conflit avec l'aménageur Bordeaux Métropole Aménagement sur le devenir des terrains qui entourent voire qu'occupe le célèbre écosystème. La réponse est sèche et ferme : "Pour Darwin, qui n'existerait pas si nous l'avions pas aidé, je n'ai que de la bienveillance et de l'intérêt. Sauf qu'aucune opération ne peut s'exonérer des règles de sécurité. (...) La médiation va se poursuivre."

Lire aussi : Darwin : Omnes Capital signe un partenariat avec Evolution et investit 10 M€

Le président de la métropole a également fait part de son inquiétude après la demande du gouvernement de baisser les loyers dans le parc social : "Si les bailleurs sociaux baissent les loyers, ils auront de moins bons résultats et dont leurs capacités d'investissement vont diminuer."

> Emploi

Rien de concret n'a été annoncé sur ce sujet hormis "une volonté d'appuyer les grands acteurs structurants", le maire citant "Bordeaux Technowest, French Tech, le pôle Alpha Route des lasers", le projet de "mettre pleinement en œuvre la nouvelle marque Magnetic Bordeaux", et un travail mené sur la création d'un schéma d'accueil des entreprises. En matière de tourisme, Alain Juppé a "bien l'intention de continuer à promouvoir l'attractivité de Bordeaux", poursuit sur sa volonté d'encadrer le développement d'Airbnb dans la ville "pour éviter que cette activité évince le logement classique des quartiers" et balaie les critiques faites à l'encontre des paquebots de croisière qui font escale, jugés par certains responsables d'une pollution importante : "En 2016 Bordeaux c'est 50 paquebots, 33.000 personnes. Marseille c'est 150 escales, 1,6 million de passagers. Comparer Bordeaux à Marseille ou Barcelone est une aimable farce." Une étude sur la qualité de l'air respiré par les riverains sera néanmoins lancée prochainement.

Alain Juppé a aussi annoncé deux prochains temps forts : une conférence des maires de la métropole en novembre pour réfléchir au financement des collectivités locales, et un "remue-méninges général en 2018", apolitique et mixte, pour "penser au Bordeaux de 2030 voire de 2050". Doit-on y voir les premières bases d'un prochain programme municipal ? Le maire sourit, et dément. Relancé sur son avenir à l'issue de l'actuel mandat, il repousse encore une fois la question à l'après-2019. Qui pour sa succession ? Lui-même ? "C'est une hypothèse." Quelqu'un d'autre ? "Le jeu est ouvert. Ce qui va vous permettre de spéculer librement !» Quid de Virginie Calmels, qu'Alain Juppé avait installé comme sa dauphine mais que d'insistantes rumeurs disent en porte-à-faux depuis son ralliement à Laurent Wauquiez dans la course à la présidence des Républicains ? "J'en profite pour lui renouveler ma confiance dans son rôle de vice-présidente de Bordeaux Métropole et d'adjointe au maire."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :