Bordeaux : le fonctionnement économique de Darwin reste inchangé

Alain Juppé a récemment demandé le départ de 40 associations de l’écosystème Darwin. Elles sont en effet installées sur le périmètre de la ZAC Bastide-Niel où des projets immobiliers doivent être lancés. Darwin espère une issue positive et défend, en attendant, son modèle tout en rassurant les entreprises présentes sur le site.
(Crédits : Objectif Aquitaine)

Le torchon brûle entre la mairie de Bordeaux et Darwin. Les responsables de l'écosystème de la caserne Niel rappellent les faits dans une tribune Facebook publiée le 17 janvier :

"Le 12 janvier dernier, les élus et les services de Bordeaux concernés par le développement de la ZAC Bastide Niel, ont souhaité "recadrer" le développement de Darwin (...) il a été décidé de mettre un terme "sans délai" à l'occupation des activités associatives à l'exception du SkatePark."

40 associations sont ainsi concernées, soit 5.000 adhérents et 15.000 usagers hebdomadaires. Elles seront délocalisées car situées sur le périmètre de la ZAC Bastide Niel où l'aménageur Bordeaux Métropole Aménagement (BMA) doit lancer plusieurs projets immobiliers.
Concrètement, l'écosystème Darwin va perdre la jouissance d'une partie de ses espaces utilisés via des autorisations d'occupation temporaire dont certaines arrivent à terme. La pépinière d'entreprises de Darwin, le Campement, n'est pas concernée, ni l'espace de co-working ou encore le restaurant.
Darwin prend acte de cette décision et indique "poursuivre son travail avec les autorités locales pour améliorer les conditions de sécurité dans lesquelles se déroulent les événements participant au rayonnement de Darwin et du territoire. Darwin continuera à défendre ses convictions en faveur de ces modèles de résilience urbaine. La frénésie du béton et de la spéculation ne sauraient enrayer la dynamique collective qui est née à la Caserne Niel avec Darwin."

230 entreprises, plus de 600 emplois

A court terme, les associations, réunies sous l'appellation "La 58e", traiteront en direct avec les autorités. Darwin a pris le parti de se retirer mais souhaite un prolongement de l'installation des associations sur place et surveille :

"Si cette procédure devait aller à son terme, notre modèle qui articule entrepreneuriat et milieu associatif serait amputé d'un pied. Ce serait dramatique en terme de symbole mais pas en terme de fonctionnement économique. Les entreprises n'ont absolument aucun soucis à se faire sur la pérennité de Darwin, assure Jean-Marc Gancille, cofondateur du projet Darwin.

La pépinière d'entreprises accueille une vingtaine de startups, mais en tout ce sont 230 entreprises qui sont installées à Darwin, plus de 600 emplois. "Notre écosystème génère de l'emploi, de l'attractivité et crée du lien social", insiste Jean-Marc Gancille qui en profite pour annoncer la publication fin mars d'une étude sur l'impact économique de Darwin sur le territoire.

Pas de coup d'arrêt pour les Magasins généreux

Par ailleurs, le projet des Magasins Généreux suit son cours. "La validation politique a bel et bien eu lieu. Il reste des points techniques à régler mais les travaux vont commencer", assure Jean-Marc Gancille. Ce projet prévoit d'accueillir sur 9.000 m2 une auberge de jeunesse, un espace de co-working, ou encore un lieu de performance artistique. Le coût : 20 millions d'euros. Les Magasins Généreux seront opérationnels à partir de fin 2018.

En fin de journée ce mercredi, la mairie de Bordeaux a réagi par voix de communiqué :

"Au cours de cette rencontre le maire de Bordeaux n'a, contrairement aux propos qui lui sont prêtés depuis, en aucune façon demandé le départ d'associations « sans délai ». Il a, en revanche, enjoint les représentants de Darwin de se mettre au plus vite en conformité avec les règles de sécurité propres à toutes les structures accueillant du public, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Un certain nombre d'activités de Darwin se développent sur des terrains appartenant à Bordeaux Métropole et gérés par BMA. Alain Juppé a donc demandé aux responsables de Darwin de se conformer aux règles d'occupation du domaine public ainsi qu'aux autorisations d'urbanisme nécessaires à toute activité. Afin que ces questions puissent être abordées en concertation et sereinement il a chargé Elizabeth Touton, adjointe à l'urbanisme, de constituer et présider un groupe restreint qui mettra en place un planning et une méthodologie pour travailler sur tous les éléments de ce dossier. Composé de représentants de la Ville, de Bordeaux Métropole, de BMA et de Darwin, il devrait se réunir dans les tous prochains jours."

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.