Logement intermédiaire : la nouvelle carte de Bordeaux Métropole

 |   |  454  mots
Le logement locatif intermédiaire doit permettre de fluidifier l'offre dans les zones tendues.
Le logement locatif intermédiaire doit permettre de fluidifier l'offre dans les zones tendues. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Alain Juppé (Bordeaux Métropole) et André Yché (groupe SNI) viennent de signer un accord de partenariat pour développer le logement locatif intermédiaire dans la métropole bordelaise.

Venu à la mairie de Bordeaux ce lundi 9 janvier à l'occasion de la présentation du nouveau projet urbain Bordeaux Brazza, où le groupe Caisse des dépôts est très impliqué, André Yché, président du directoire du groupe SNI (Société nationale immobilière-groupe Caisse des dépôts), a signé avec Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole, un protocole de partenariat qui va se concrétiser par la construction de 300 à 350 logements locatifs intermédiaires par an dans les zones immobilières les plus tendues de la métropole. Les logements dits intermédiaires existent depuis plusieurs décennies et répondaient essentiellement jusqu'ici à des paramètres socio-économiques permettant de les différencier du logement social.

La montée des prix de l'immobilier et le manque de logements disponibles ont fini par pousser le gouvernement à faire du logement intermédiaire un produit locatif défini par la loi de finance 2014.

"Le logement intermédiaire prend place entre le logement libre et le locatif social, qui représente obligatoirement 35 % de nos opérations, auxquels se rajoute l'accession à la propriété. C'est un nouveau produit que vous nous proposez, qui va permettre d'enrichir notre gamme, d'équilibrer notre parcours résidentiel. La onzième année il y a une possibilité d'accéder à la propriété et je suis très heureux de contracter avec vous", s'est réjoui Alain Juppé.

Du logement intermédiaire dans le social ?

Le président du directoire du groupe SNI a de son côté observé que le logement intermédiaire était en train de faire une véritable percée, car il correspond bien aux attentes des habitants des métropoles.

"Nous avons conclu 18.000 précommandes en logements intermédiaires l'an dernier, dont 50 % en Ile-de-France. Par rapport à la loi SRU (solidarité et renouvellement urbain), nous sommes dans du logement non HLM, mais qui est pourtant d'intérêt collectif. Il ne serait pas anormal qu'une quotité de logement intermédiaire, au moins 50 %, puisse passer en logement social", a plaidé Alain Yché.

Son appel sera-t-il entendu ?

Parmi les nombreux invités qui ont assisté à la signature du protocole de partenariat, se trouvaient Anne Fontagnères, directrice régionale du groupe Caisse des dépôts, à Bordeaux, et Jean-Baptiste Desanlis, directeur de SNI Sud-Ouest et directeur général de Coligny. SNI Sud-Ouest rayonne sur les départements d'Aquitaine, du Limousin, de Midi-Pyrénées, ainsi que Charente et Charente-Maritime. En septembre dernier, Jean-Baptiste Desanlis avait précisé à La Tribune que SNI Sud-Ouest était prêt à investir 100 M€ par an dans ce territoire pour développer le logement intermédiaire. Un engagement qui ne passera pas inaperçu sur ce segment de marché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/02/2017 à 11:27 :
Bonjour,
tout d'abords félicitations à M. Alain JUPPE pour la prise des engagements de la construction de logements en accords avec la SNI et l'Etat.
Suis veuve de militaire et moi même retraitée de l'Armée et suis à la recherche d'un petit App. HLM de 3 pièces à Bordeaux avec ma mini pension.
Suis prête à déménager tout de suite dans cette belle ville de Bordeaux.
J'habite la Haute Garonne ou je ne me suis jamais plu.
Par vôtre intermédiaire, pouvez lui faire passer ce message de demande urgente.
Vous remercie d'avance, dans l'attente de vôtre courrier.
Cordialement.
Christiane HAYET née MAURETTE 31600 MURET

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :