Darwin : voici ce qu'Evolution va faire des magasins généraux Sud à Bordeaux

 |   |  803  mots
Vue des futurs Magasins généreux imaginés par Evolution
Vue des futurs Magasins généreux imaginés par Evolution (Crédits : DR)
L'aménagement des magasins généraux Sud de l'ancienne caserne Niel, sur la rive droite de Bordeaux, a été confié hier par la Communauté urbaine de Bordeaux au groupe bordelais Evolution. Déjà auteur de la réhabilitation des magasins généraux Nord, devenus Darwin Ecosystème, Evolution s'est imposé devant une filiale de Vinci. Jean-Marc Gancille, cofondateur de Darwin et directeur de la transition écologique, lève le voile sur les détails du futur projet de "magasins généreux Sud" sur 7.000 m2, évoque les partenaires déjà mobilisés et annonce la relance de l'opération de financement participatif.

Oubliez le terme de magasins généraux Sud : il faudra désormais parler de "Magasins généreux". Le projet porté par le groupe Evolution a séduit la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB) à l'issue d'une procédure d'appel d'offres. Si Evolution a été choisi au détriment de sa concurrente, la filiale de Vinci Adim Sud-Ouest, ce n'est pas tant pour une question de prix : les deux acteurs proposaient environ 3 millions d'euros pour acquérir les terrains. "La différence s'est faite sur l'offre culturelle, l'originalité de la proposition d'Évolution", a souligné le président de la CUB Alain Juppé.

La transformation réussie des anciens magasins généraux Nord en Darwin Ecosystème a forcément pesé dans la balance : le projet porté par Evolution est aujourd'hui cité en exemple un peu partout en France et au-delà. Pôle d'activités économiques et culturelles responsables, Darwin est à la fois une pépinière d'entreprises affichant quasiment complet et un lieu d'expression de différentes cultures urbaines... Aujourd'hui, une centaine de sociétés et d'associations s'y sont installées, représentant près de 350 emplois.

Pola et les autres

Evolution met donc la main sur la seconde tranche de cette friche industrielle abandonnée par l'Armée. Le projet porté par le groupe s'articule autour d'un important volet culturel avec l'installation de la Fabrique pola, regroupement d'artistes et d'acteurs culturels professionnels de l'agglomération bordelaise qui veut y implanter un espace de diffusion artistique ouvert. Des logements sociaux et libres s'étendront sur 4.000 m2 en partenariat avec le bailleur social Aquitanis.

"Nous imaginons des lieux mutualisés, dans l'esprit des coopératives d'habitants, explique Jean-Marc Gancille, cofondateur de Darwin. Ce n'est pas fait, mais nous travaillons sur le sujet avec l'association L'Sud (qui porte un projet près de la clinique du Tondu, NDLR). Pourquoi pas une cuisine et une laverie collective, des animations autour de la restauration... Sur le front de Garonne, face au parc aux Angéliques, nous prévoyons de construire une auberge de jeunesse d'une centaine de lits, après avoir diagnostiqué un véritable manque d'hébergements de ce type à Bordeaux. Les Magasins généreux accueilleront également des ateliers, espaces de vente et de stockage pour des artisans, un plateau photo et vidéo, un espace de coworking autour des arts et de la création visuelle."

Divers partenaires

Se pose maintenant la question du financement. L'investissement sera porté par une structure restant à créer dont Evolution sera actionnaire majoritaire afin de rester décisionnaire. Evolution s'est déjà entouré de partenaires très divers : Nadau Lavergne et Chloé Bodart (agence Construire) pour le volet architectural, Aquitanis et Pola, la mairie de Bordeaux, Scintillo (impliqué notamment dans le théâtre de la Gaieté lyrique à Paris), Olivier Arnoux (propriétaire de l'hôtel restaurant La Ville d'hiver à Arcachon), Laurent Caillet (cofondateur de la marque DDP)... Des discussions sont en cours avec la société de production et de distribution MK2 fondée par Marin Karmitz, peut-être pour des opérations de cinéma éphémère. "Depuis l'annonce d'hier, d'autres acteurs se manifestent, indique Jean-Marc Gancille. Des banques encore non présentes sur Darwin se sont manifestées."

Evolution pourrait financer sa part en ayant recours à de la dette, avec des taux d'emprunt intéressants en ce moment, et grâce à l'opération de financement participatif lancée en juin dernier. Pour mémoire, la SAS Darwin Bastide, véhicule juridique de l'opération et qui porte notamment le volet foncier, s'est engagée dans l'ouverture de son capital. Le groupe Evolution, actionnaire majoritaire, cède 10 % de ses parts sociales à des petits porteurs via la plateforme de financement participatif bordelaise Happy Capital. A ce jour, 35.000 € ont été levés sur les 320.000 € espérés. Pas vraiment un succès, donc.

"Ca a été compliqué en interne, convient Jean-Marc Gancille. Nous avions des visions différentes, avec pour Philippe Barre (cofondateur de Darwin, NDLR) la crainte que l'opération attire des investisseurs cherchant une rentabilité à court terme. Il y a eu le temps du ratage, le temps de clarifier les choses. Nous n'avons rien fait pour promouvoir notre levée de fonds mais nous entrons maintenant dans une nouvelle phase, avec notamment la création d'un site pour la promouvoir. Une autre porte d'entrée pour soutenir le projet sera un fonds de dotation."

Dans ce dossier, Evolution veut aller vite. Parce que le chantier va forcément impacter la quiétude des Magasins généraux Nord, mais aussi "parce que les bâtiments ne sont pas hors d'eau et qu'il faut aller vite si on veut conserver le patrimoine bâti". Dans l'hypothèse d'un lancement des travaux l'an prochain, les clés pourraient être données aux acteurs début 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2014 à 21:37 :
350 000 € pour 10% du capital? A combien se portent les fonds propres de la SAS Darwin Bastide avant la vente des 10%? Merci
a écrit le 27/09/2014 à 19:50 :
Je suis allé voir Darwin et m'attendais à trouver un lieu assez bo-bo. J'ai été surpris par la mixité sociale et le mélange des genres (entreprises, parcs skate, vélo-polo, jardin bio...).
Prendre son temps comme le font les fondateurs (non, ce n'est pas Juppé) permet d'adapter le projet qui sera, à mon humble avis, mieux que ce qui se fait ailleurs sur la CUB. Darwinien, non ?
a écrit le 26/09/2014 à 22:03 :
Encore un moyen de fabriquer des Ghettos réservés à des gens vivant en "entre soi" et représentatifs de l'hyper narcissisme caractérisant notre époque.. Pauvre Juppe, et dire qu'il veut être président !
Réponse de le 26/09/2014 à 23:54 :
Vous êtes allé à Darwin ? J'en doute. Si c'était le cas, vous ne tiendriez pas le même discours. C'est un lieu de travail unique et agréable qui donne une nouvelle image des ensembles de bureaux. Une rénovation réussie que d'autres villes feraient mieux de copier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :