Darwin passe à table

 |   |  326  mots
La salle du Bistrot Réfectoire (ici en configuration repas de groupe) pourra accueillir 140 couverts
La salle du Bistrot Réfectoire (ici en configuration repas de groupe) pourra accueillir 140 couverts (Crédits : DR)
Connu pour être un des endroits les plus innovants de Bordeaux, l’Écosytème Darwin, qui réunit dans un même lieu - l’ancien site de la caserne Niel - entreprises, start-up, associations sportives et culturelles, s’apprête à ouvrir un lieu innovant, dédié à la gastronomie. Un investissement d'1,4 M€ a été mobilisé pour le créer.

L'écosystème Darwin, piloté par Philippe Barre et sa société Evolution, n'en finit pas de surprendre. Ceux qui ne croyaient pas à la possibilité d'inventer un lieu d'entrepreneuriat et de créativité dans les anciens hangars de la caserne Niel, rive droite de la Garonne à Bordeaux, d'abord. Même ceux qui ont été parmi les premiers à tenter le coup d'une aventure entrepreneuriale originale où se mêlent entrepreneuriat durable, militantisme écolo et envie de faire sérieux tout en restant fun.

Certains de ses pionniers avouent qu'ils imaginaient mal, à leur arrivée, ce qu'allait devenir ce lieu qui se veut avant tout un lieu de vie. De fait, aujourd'hui, Darwin c'est plus de 100 structures ou associations présentes et plusieurs centaines de personnes qui travaillent sur un site qui n'en fini pas de croitre. Dans quelques jours, Darwin, qui dispose depuis peu de la "Manufacture", site de 2.000 m2 dédié à l'évènementiel, ouvrira (une fois que la commission de sécurité sera passée, soit début ou mi-juin environ) les portes de son "bistrot-réfectoire". En clair, un concept associant bistrot (décoré façon vintage par l'architecte intérieur présent à Darwin : Bureau Baroque) et épicerie bio vendant des produits essentiellement locaux ouverte au public, bien sûr, mais surtout fournisseur officiel du "bistrot-réfectoire".

Les sociétés Évolution et Bilbo (holding bordelaise) se sont associées pour investir 1,4 M€ dans ce projet qui a déjà recruté ses équipes, soit 18 personnes à ce jour. La partie restauration (140 couverts à l'intérieur, 60 en terrasse) a bénéficié des conseils d'Olivier Arnoux, restaurateur arcachonnais (Hôtel restaurant Ville d'hiver, Club Plage Pereire). C'est un ancien du restaurant étoilé de Bouliac, le Saint -James, qui a pris les commandes de ses cuisines. Au moment du café, l'originalité du lieu est encore au menu : le "petit noir" est torréfié sur place, à coté du zinc, par la société l'Alchimiste créée par Arthur Audibert.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2014 à 18:17 :
Bonjour Pascal,

Merci pour cet article, juste une petite précision: Darwin, c'est plus 100 structures (entreprises et associations de tous poils) et plus de 350 personnes qui travaillent sur site.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :