Les petites villes de France veulent être au coeur de la reprise

Quelle relance économique pour les petites villes ? A l’occasion de ses assises organisées les 9 et 10 septembre à Cenon, près de Bordeaux, l’Association des petites villes de France (APVF), a rappelé leur rôle fondamental mais aussi leur fragilité budgétaire. Les maires des villes de moins de 20.000 habitants insistent sur la nécessité de flécher un certain nombre de financements pérennes et négociés à l’avance. Sur place, ce vendredi, Jean Castex, a promis 350 millions d’euros supplémentaires pour la dotation 2022 de soutien à l’investissement local.

5 mn

Le ministre Olivier Dussopt, à Cenon près de Bordeaux le 9 septembre 2021, a participé à la table ronde sur la relance économique.
Le ministre Olivier Dussopt, à Cenon près de Bordeaux le 9 septembre 2021, a participé à la table ronde sur la relance économique. (Crédits : APVF)

70 % des emplois industriels en France sont localisés dans les villes de moins de 20.000 habitants. Cette donnée a été rappelée, à maintes reprises, à l'occasion des assises de l'Association des petites villes de France (APVF) qui se sont tenues les 9 et 10 septembre à Cenon, dans la métropole bordelaise. Alors, quand en ouverture d'une table-ronde sur la relance économique des petites villes, Paul Hermelin, ancien patron de Capgemini et auteur du rapport de l'Institut Montaigne "Rééquilibrer le développement de nos territoires", a plaidé en faveur d'un arrêt de la métropolisation en insistant sur l'importance de penser maillage territorial pour ce qui est de l'effort à faire en économie, il a été plutôt bien accueilli.

Lire aussi 7 mn« La contractualisation reste importante pour territorialiser la relance » (Caroline Cayeux, ANCT)

Les petites villes sont un échelon majeur ont rappelé plusieurs maires. "L'activité et les perspectives en année 2 sont plutôt bonnes grâce aux élus locaux plus qu'au plan de relance", a d'ailleurs déclaré Bruno Cavagné, président de la fédération nationale des travaux publics.

Mais si globalement l'optimisme était de rigueur, les messages d'alerte n'ont pas manqué :

"Nous n'avons jamais vu autant de projets de développement industriel et si la croissance a chuté en 2020, la reprise est vigoureuse ! En revanche, nous risquons de plafonner à cause de la main d'œuvre. Il faut rapprocher la carte des formations de la carte des emplois. Il doit y avoir une impulsion politique majeure sans laquelle la base productive du pays ne sera pas suffisamment irriguée. C'est un enjeu majeur", a ainsi insisté Harold Huwart, maire de Nogent-le-Rotrou en Eure-et-Loire et vice-président de l'Association de petites villes de France (APVF).

Pour le reste, pas de surprise, la mobilité et le numérique restent indispensables pour rendre une ville attractive. "Le réseau est le socle indispensable pour la relance et 80 % des petites villes sont d'ores et déjà couvertes par la fibre", a annoncé Cyril Luneau, directeur des relations avec les collectivités locales du groupe Orange.

Lire aussi 7 mnImmobilier : les villes moyennes ont-elles vraiment le vent en poupe autour de Bordeaux?

Des finances fragiles

Mais dans un contexte de relance, c'est la question des finances des petites collectivités qui a été au centre des débats. "Nous sommes la strate de collectivité dont les finances sont les plus fragiles", a déclaré Harold Huwart qui a rappelé l'immense dépendance de ces petites villes aux subventions de l'Etat, des départements et des régions. "IIs répondent présents" a d'ailleurs ajouté Laurence Porte, maire de Montbard, en Côte d'Or. "Mais il faut impérativement flécher un certain nombre de financements pérennes et négociés à l'avance, et non attribués années après années au coup par coup", a déclaré Harold Huwart. "Il faut une vraie contractualisation de fonds qui donne de la visibilité sur quelques années et permettent de débloquer des marges d'investissement sans lesquelles nous ne pourrons par réaliser les projets envisagés."

C'est tout l'objet des Contrats de relance et de transition écologique (CRTE), la nouvelle génération de contrats territoriaux que l'Etat propose aux collectivités pour les accompagner dans leurs projets.

"Les CRTE ne sont pas signés à l'échelle des deux ans du plan de relance mais de sept ans", a insisté le ministre délégué en charge des comptes publics Olivier Dussopt présent, ce jeudi, à Cenon.

A ce stade, 850 territoires ont été identifiés et 250 accords signés avec des intercommunalités, dont Bordeaux Métropole, a-t il rappelé avant de dérouler une série de chiffres : "Deux principaux outils ont été mis en place pour les collectivités : un outil d'aide à l'investissement avec 2,6 milliards d'euros d'aide et un outil de garantie des recettes avec 4,2 milliards d'euros de compensations des pertes de recettes des collectivités. Une dotation a également été annoncée pour compenser les pertes des régies locales. Cela ne veut pas dire que tout est réglé. Nous continuons avec les fonds friches par exemple."

Le premier ministre Jean Castex, en déplacement à Cenon ce vendredi matin, a pour sa part promis 350 millions d'euros supplémentaires pour la dotation 2022 de soutien à l'investissement local (DSIL).

Une problématique de calendrier

Il reste que, pour l'heure, plusieurs maires de petites villes signalent une problématique de calendrier des autres partenaires que l'Etat en matière de co-financement sur certains projets d'investissement.

"Nous attendons des financements des départements et des régions qui, en raison du cycle électoral, sont en train de travailler sur leurs modalités de contractualisation avec les collectivités. Cela signifie que nous mettons en attente des projets qui pourraient complètement s'inscrire dans le plan de relance. Nous sommes coupés dans notre élan de contribution", a ainsi regretté Marc Andreu Sabater, maire de Vire Normandie dans le Calvados.

Le budget de l'Etat 2022 sera officiellement présenté en Conseil des ministres le 22 septembre.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.