Insuffisance cardiaque : FineHeart valide sa charge par induction et vise l'étude clinique

 |  | 803 mots
Lecture 4 min.
L'équipe de FineHeart est composée de 35 salariés entre Pessac et Tours.
L'équipe de FineHeart est composée de 35 salariés entre Pessac et Tours. (Crédits : FineHeart)
La startup FineHeart vient de valider le fonctionnement de son dispositif de recharge sans fil de sa pompe cardiaque miniaturisée Icoms. C'est une nouvelle étape importante avant la phase d'étude clinique prévue pour 2022. FineHeart, qui prépare une troisième levée de fonds, vise toujours un lancement sur les marchés américain et européen en 2025.

Basées à Pessac et Tours, les équipes de la startup FineHeart travaillent depuis déjà dix ans sur une pompe cardiaque miniaturisée baptisée Icoms et visant à traiter les dizaines de milliers de patients atteints des formes les plus sévères d'insuffisance cardiaque chaque année. Protégé par plusieurs dizaines de brevets et ayant validé sa phase pré-clinique, Icoms suit un chemin différent des pompes cardiaques classiques. "Contrairement aux autres pompes qui cherchent à remplacer le fonctionnement du cœur, nous venons le soutenir. C'est-à-dire qu'Icoms se synchronise avec les pulsations cardiaques naturelles et vient les assister", révèle Arnaud Mascarell, le CEO de FineHeart.

Lire aussi : Insuffisance cardiaque : FineHeart lève 5,44 M€ pour préindustrialiser son dispositif

Une différence qui est loin d'être anodine parce qu'elle permet de réduire drastiquement la consommation d'énergie d'Icoms par rapport aux dispositifs actuellement sur le marché et donc d'envisager une...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :