Le Comptoir des cybermonnaies a ouvert à Bordeaux

 |   |  1854  mots
François Miquel et Baptiste Lac, cofondateurs du Comptoir des cybermonnaies
François Miquel et Baptiste Lac, cofondateurs du Comptoir des cybermonnaies (Crédits : Agence Appa)
Première boutique du genre en Nouvelle-Aquitaine, le Comptoir des cybermonnaies a ouvert ses portes en plein centre de Bordeaux. Les deux fondateurs, Baptiste Lac et François Miquel, estiment que les cryptomonnaies, et particulièrement le Bitcoin, portent les germes d'une révolution de masse telle que l'a été l'irruption d'internet, mais qu'il manque encore des lieux physiques pour aborder sereinement cet univers à l'image sulfureuse. Le Comptoir se positionne donc à la fois comme un tiers de confiance dans les opérations de change et comme un lieu de formation.

Baptiste Lac et François Miquel se frottent à l'univers des cryptomonnaies depuis quelques années maintenant. Le duo, amis par ailleurs, a commencé par faire ses propres recherches sur le sujet et ses propres expériences, avant de conseiller ses amis... et de vouloir passer à l'étape supérieure en ouvrant une boutique physique destinée à démystifier cet univers et à guider ceux qui s'y aventurent. Le premier cofondateur est issu de l'univers du web et s'est intéressé à Bitcoin, étendard des cryptomonnaies, dès 2013. Il a entraîné dans cette passion naissante François Miquel, qui a quant à lui passé 14 ans au sein d'acteurs bancaires, notamment sur les aspects réglementaires, les dispositifs de sécurité en salle de marché... "Il m'a inoculé le virus", sourit François Miquel. Tous deux, comme nombre de passionnés des cryptos, assument pourtant un vocabulaire plus religieux que biologique au moment d'aborder le sujet. Et se positionnent volontiers comme des évangélisateurs.

Dès qu'on touche du doigt le monde des cryptomonnaies, il devient difficile de désentrelacer la technique de la philosophie générale. Les promoteurs de l'écosystème parlent ainsi des ferments d'un monde plus décentralisé où les tiers de confiance disparaîtraient au profit de transactions de pair à pair, sans risques pour qui que ce soit. Pour mémoire, ces actifs numériques sont sécurisés par des techniques de cryptographie permettant des échanges et paiements entre utilisateurs, de pair à pair et donc sans intermédiaire. Le G20 dénie aux cryptomonnaies le rôle de monnaies à part entière. Bitcoin est la première inventée et la plus célèbre, mais il en existe beaucoup d'autres. La Banque de France donne la définition suivante aux cryptomonnaies : "Tout instrument contenant sous forme numérique des unités de valeur non monétaire pouvant être conservées ou être transférées dans le but d'acquérir un bien ou un service, mais ne représentant pas de créance sur l'émetteur". La blockchain, elle, est un type de technologie de registres distribués sur lequel s'appuient les cryptomonnaies pour fonctionner. Cette imbrication de registres virtuels est censée être infalsifiable. Enfin, les token sont des actifs numériques au cœur du système (lire la définition ici), "jetons" numériques dont la valeur repose sur l'usage et pouvant représenter un droit, un moyen de paiement... Le bitcoin est donc un token, le premier de l'histoire, dédié au paiement sur le web.

Lire aussi : LGO Exchange, le très discret spécialiste bordelais des cryptomonnaies

Bitcoin, un ovni

Baptiste Lac et François Miquel reconnaissent volontiers que "Bitcoin est au final un ovni technique et économique" et évoquent rien de moins qu'une explosion cambrienne le concernant, du nom de cette phase de l'Histoire qui a donné d'innombrables ramifications dans le genre animal :

"Comme cette cybermonnaie est open source, elle peut se copier pour en créer de nouvelles sortes. Personne ne peut évincer un scénario qui conférerait à une nouvelle cybermonnaie une utilité plus forte que Bitcoin. Mais une cryptomonnaie, ce n'est pas qu'une technologie, c'est une communauté composée de quatre typologies d'acteurs : les développeurs, les mineurs (qui effectuent avec leur matériel informatique les gourmands calculs nécessaires pour que l'ensemble fonctionne, NDLR), les utilisateurs et les services associés. Cette communauté a un intérêt commun : le fait que la cryptomonnaie ne perde pas sa valeur. Plus la communauté est grande, plus les usages sont nombreux, plus la sécurisation est importante. Et c'est Bitcoin qui, au regard de ces paramètres, est la plus robuste. Contrairement à d'autres, sa conception-même fait qu'elle n'a pas de leader, de personne identifiable qui pourrait faire la pluie et le beau temps. Nous pensons qu'elle va s'imposer naturellement. Très peu d'autres cryptomonnaies apportent une valeur d'usage : la plupart ne sont que des prétextes pour lever des fonds différemment."

Impossible toutefois d'éviter les critiques systématiquement associées à l'univers cryptomonnaies. Bitcoin en particulier a montré son extrême volatilité, victime de massifs mouvements de spéculation. Plusieurs plateformes ont été débusquées comme théâtre d'arnaques en série, où les utilisateurs n'ont jamais vu les bitcoins achetés. Il y a quelques jours encore, le décès brutal du fondateur d'une plateforme a bloqué les 150 millions de dollars de milliers d'utilisateurs, après avoir emporté les mots de passe de leurs portefeuilles électroniques dans sa tombe.

Lire aussi : Le Bitcoin a 10 ans : après la correction, le rebond ?


Les deux dirigeants n'éludent pas ces écueils. Au contraire, ils en font même une des pierres angulaires de leur discours :

"Même pour les gens qui connaissent bien les outils technologiques, c'est un univers ardu qui demande un temps incompressible pour s'y familiariser. Qui plus est, sur le net, c'est la jungle avec des plateformes peu regardantes ou repères d'escrocs. Compte tenu de la méconnaissance et de la complexité du sujet, nombreuses sont les offres frauduleuses : de la fausse plateforme de change en ligne aux démarchages téléphoniques, les risques et les pièges sont nombreux. Education, pédagogie et accompagnement sont nécessaires pour appréhender ce nouveau concept technologique et économique. Il existe une forte demande au sein du grand public pour rencontrer physiquement des interlocuteurs compétents et de confiance sur ce domaine et les offres sont peu nombreuses sur le territoire français, et même inexistantes en Nouvelle Aquitaine. Avec le Comptoir des cybermonnaies, nous voulons justement jouer ce rôle."

A la recherche de nouveaux usages

Volatilité extrême, arnaques : pourquoi alors investir dans du Bitcoin ? "Si on s'y met pour financer les études du petit dernier dans un ou deux ans, ce n'est pas adapté, évalue Baptiste Lac. Il faut viser le long terme... et ne pas se mentir à soi-même. La première chose que l'on dit aux personnes qui passent la porte, c'est : le Bitcoin ce n'est pas forcément lucratif, c'est très chronophage et il ne faut surtout pas investir plus que ce que l'on peut se permettre de perdre. Ce dernier point est extrêmement important. C'est un actif hyper risqué, le régulateur le dit et on le dit aussi. Le Bitcoin reste un objet expérimental. Il faut y aller prudemment et fractionner ses achats." Mais les deux fondateurs insistent sur deux points en particulier :

"La volatilité est liée à la taille d'un marché. Plus ce dernier est grand et plus la volatilité est réduite. On peut donc raisonnablement penser qu'elle ira en déclinant dans les prochaines années. Par ailleurs, nous pensons que Bitcoin aujourd'hui, c'est Internet en 1994. Pour l'instant, l'usage est limité, comme à l'époque. Vous aviez une adresse mail à cette période ? Pas les autres. Mais le web a explosé et les usages se sont multipliés. Qui aurait pu l'imaginer ? Aujourd'hui le Bitcoin est au plus bas. Mais son concept reste une infrastructure alternative et indépendante dont personne ne peut prendre le contrôle. On fait le pari que des usages vont aussi émerger et que son prix s'appréciera en conséquence. On peut en imaginer de nombreux, allant de la possibilité à envoyer de l'argent à l'autre bout du monde à un ami ou à un membre de sa famille sans passer par les bureaux type Western union donc sans commissions, au fait de procéder à des micro-paiements ou à la protection des commerçants contre la fraude."

Une des rares structures physiques en France

Le Comptoir n'est pas le premier à mettre un pied dans le monde physique : la Maison du Bitcoin à Paris, puis "d'autres structures à Lyon, Versailles et Caen", ont vu le jour. Le Comptoir des cybermonnaies aborde quant à lui plusieurs aspects :

"Faire de la pédagogie et faciliter les transactions en accompagnant les clients sur des plateformes sûres. On les aide notamment lors de la phase d'inscription, qui peut s'avérer très complexe, puis lors de leurs opérations. Mais on ne fait pas à leur place, on les accompagne, on les aide dans le choix d'un type de portefeuille électronique. Nous prenons une commission sur ces opérations de change mais le conseil n'est pas facturé. De la même manière, nous ne faisons pas non plus de conseil en investissement. Nous allons également rapidement proposer des formations, pour le grand public comme pour les entreprises. A terme, nous aimerions devenir également un lieu de rencontre favorisant l'émergence de nouveaux projets autour des cybermonnaies."

Jusqu'à présent, le plus gros challenge pour l'entreprise a été... de réussir à ouvrir un compte bancaire. "Les acteurs de l'écosystème sont très ouverts et dans une logique de partage d'informations. Le seul secret que chacun garde, c'est l'identité de son partenaire bancaire. On a été confronté au problème. Une première banque nous a permis d'ouvrir notre compte professionnel avant de faire volte-face au bout de quelques jours et de le clore. Il nous a fallu nous tourner vers un autre acteur européen possédant une succursale en France. Et l'on parle juste d'ouvrir un compte, on ne demandait pas le moindre crédit ! Tous les fonds de départ ont été pris sur nos économies personnelles", relève Baptiste Lac. "Nous sommes assujettis au Code monétaire et financier, ajoute François Miquel. L'Autorité des marchés financiers a été désignée pour réguler ce secteur d'activité mais ne délivre pas encore d'agréments. Nous sommes les 2es à l'avoir rencontrée, après Coinhouse."

Le duo est bien conscient que l'image sulfureuse du domaine a tendance à jouer en sa défaveur.

"D'où l'intérêt d'avoir pignon sur rue : ça rassure. On explique aussi que le siège social de l'entreprise est en France, pas aux Bahamas, avec tout ce que ça implique. Autre garantie : quand un client achète des Bitcoins, on n'en est jamais dépositaire. On fournit un service, un appui à la transaction, mais on ne les conserve pas."

Quels garde-fous ?

La boutique a pour l'heure accueilli "tous types de profils, de 20 à 65 ans : un habitué qui préférait passer par une boutique physique pour changer une somme importante en bitcoins, des néophytes qui s'étaient renseignés mais ne savaient pas comment passer à la pratique, et même quelqu'un qui en avait ras-le-bol du système bancaire." Le Comptoir des cybermonnaies dit avoir instauré des garde-fous pour éviter le blanchiment d'argent ou le financement du terrorisme, souvent accolés aux cybermonnaies. Ses fondateurs refusent ainsi le cash et les chèques ainsi que les cryptomonnaies anonymes, ils évoquent également un outil de suivi client qui alerte en cas de mouvements suspects, et une demande systématique de justificatifs sur l'origine des fonds dès que ces derniers sont importants. Un second outil leur permet aussi de tracer l'origine des Bitcoins et leur passif.

-----

Pour en savoir plus : lire ici le rapport "L'âge du web décentralisé", dédié à la blockchain et aux cryptoactifs

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2019 à 15:38 :
C'est bien cousin !!!!!! Le début de la fortune !!!!😁
a écrit le 07/02/2019 à 14:44 :
Les médias ont fait peur avec le bitcoin c'est vrai mais comme tout ce qui vient d’internet les médias de masse le tacle systématiquement du coup il nous est impossible de nous faire une idée même approximative du concept puisque dorénavant les mensonges des médias de masse passent parfaitement sans que qui que ce soit ne s'offusque, du moins en personne publique bien entendu puisque tous profitent de cette association médiatiques de malfaiteurs.

LE mieux étant vous autres de vous fonder sur de la véritable information comme celle du déclin européen et français, vous maitrisez l'outil internet et pouvez donc parfaitement le démontrer, afin de mettre en avant le sérieux d'internet puisque au final ce n'est pas vraiment le bitcoin qui est diffamé mais tout ce qui vient d'internet aux yeux de nos fanatiques des médias de masse, est à jeter ou au mieux à douter.

Donc expliquer que internet c'est 90% de m... en effet mais que les 10% restant sont un milliard de fois plus passionnant que ce que nous proposent nos outils de production médiatiques habituelles marche bien, je l'ai essayé plusieurs fois et en quelques mots on fait passer un message convaincant parce que solide et facilement assimilable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :