Pont Simone-Veil : Bouygues redémarre le chantier pour une livraison en 2024

 |  | 411 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Bordeaux Métropole)
Après la rupture du marché avec Fayat, c'est à un groupement d'entreprises piloté par Bouygues TP Régions France et Profond que Bordeaux Métropole vient de confier le chantier de construction du pont Simone Veil pour enjamber la Garonne. Un nouveau marché de 47,2 millions d'euros qui doit permettre de redémarrer les travaux en vue d'une ouverture espérée pour début 2024. Avec quatre ans de retard.

Tout juste un an après la décision de la Cour administrative d'appel de Bordeaux de valider l'accord conclu en mars 2019 entre Bordeaux Métropole et le groupement d'entreprise mené par Fayat, un nouveau groupement vient d'être désigné pour achever la construction du pont Simone Veil sur la Garonne.

"Bordeaux Métropole vient de notifier le marché du pont Simone Veil au groupement d'entreprises Bouygues TP Régions France et son co-traitant Profond pour un montant d'environ 47,2 millions d'euros. Cette consultation, relancée dès le mois de janvier 2019, sous la forme d'une procédure avec négociation, vient donc de s'achever après plusieurs contretemps liés à la crise sanitaire", a indiqué la Métropole ce 11 décembre.

De quoi permettre de sortir de l'ornière ce chantier interrompu depuis l'été 2018 à la suite d'un différend technique et financier conséquent entre la Métropole et Fayat qui se traduisait par un surcoût de 18,5 M€ HT, soit plus de 26 % du montant initial, et un retard de 21 mois. De quoi inciter les deux parties à signer un accord transactionnel amiable au printemps 2019 pour mettre fin à leur collaboration et relancer un marché qui devait initialement aboutir en juin dernier.

34 mois de travaux à partir de janvier 2021

C'est désormais chose faite. "La solution proposée par le groupement [mené par Bouygues TP Régions France] pour les fondations prévoit de faire reposer chaque pile du pont sur une file de quatre gros pieux de 2.500 mm de diamètre au lieu de dix pieux de 1.500 mm. Ce procédé permet de s'exonérer de la réalisation de batardeaux provisoires dans la Garonne qui avaient été à la source du différend avec Razel, le précédent groupement attributaire", précise la Métropole. Le nouveau marché d'un montant de 47,2 millions d'euros prévoit des travaux pendant 34 mois entre janvier 2021 et début 2024.

Le futur franchissement sur la Garonne, dessiné par l'Agence OMA de Rem Koolhaas, mesurera 459 m de long et 44 m de large entre Bègles et Floirac, au sud de Bordeaux. Ce pont prévoit aussi de servir d'espace public au-dessus de l'eau grâce à un élargissement de plus de 20 m de l'espace affecté aux piétons et deux roues. Il accueillera également une voie par sens dédiée à un transport en commun en site propre, deux voies par sens affectées aux véhicules légers et aux poids lourds et une piste cyclable bidirectionnelle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :