Brazeco veut flamber dans le bois énergie

La PME de Soulac-sur-Mer (Gironde) négocie la levée de 650.000 € pour s’imposer comme leader du marché bois énergie pour les particuliers.
Ligne de fabrication des bûches compressées de Brazeco
Ligne de fabrication des bûches compressées de Brazeco (Crédits : DR)

Quand ils créent la société Brazeco, en 2009, les deux associés, Xavier Mahieu et Benjamin Dubourg, veulent vendre un produit rare : la bûche compressée.

"Cette bûche est fabriquée uniquement à partir de sciure compressée de chêne ou de hêtre, dans notre cas. C'est un produit parfaitement sec et à très haut pouvoir calorifique. J'ai découvert ces bûches lors d'un séjour en Belgique. Quand je suis revenu en France, où l'on n'en trouvait pas, j'ai décidé avec Benjamin Dubourg de me lancer dans la fabrication et la vente de bûches compressées par Internet", résume Xavier Mahieu.

Non content de se lancer dans la vente d'un produit nouveau, les deux associés font le pari de rapprocher la population habituée aux bonnes flambées d'antan avec l'univers du commerce en ligne.

6.000 tonnes l'an dernier

Brazeco se définit comme un "pure player de la vente de bois de chauffage", autrement-dit, et selon Xavier Mahieu, "nous commercialisons nos bûches compressées uniquement par Internet : en 2010 nous en avons vendu 500 tonnes, volume qui est passé à 6.000 tonnes en 2014", précise le dirigeant. L'an dernier Brazeco a réalisé un chiffre d'affaires de 1,4 M€ avec cinq salariés. Issu de la grande distribution et propriétaire de deux campings dans le Médoc depuis le début des années 2000, le patron de la PME médocaine, âgé de 39 ans, a fait une première fois appel en 2012 à un fonds de capital-développement, Newfund (à Paris), à hauteur de 300.000 €.

"Avant l'intervention de Newfund, Brazeco réalisait 450.000 € de chiffre d'affaires",  rappelle le cofondateur et dirigeant de la PME. La nouvelle levée de fonds qu'il vient de déclencher est à double détente et doit financer un ambitieux plan de développement.

Brazeco

Attaquer 100 % du marché

"Newfund va participer à ce second tour de table à hauteur de 50.000 €. La totalité de cette deuxième levée de fonds de 150.000 € passe par la plateforme de financement participatif Raizers (installée à Paris, NDLR), qui comprend l'apport de Newfund. Une fois que cette levée sera achevée, d'autres financements  permettront un apport supplémentaire en fonds propres à Brazeco à hauteur de 500.000 €", détaille Xavier Mahieu.

Cette injection de capitaux doit permettre à Brazeco de passer sur un plus gros braquet. En plus des bûches compressées, un produit haut de gamme qui, selon le dirigeant, représente 10 % du marché du bois de chauffage, la PME médocaine, qui s'appuie sur un très astucieux modèle de production et de distribution, veut proposer tout type de bois énergie et communiquer en conséquence pour s'imposer comme la référence sur ce marché.

Fabrication délocalisée en Charente

Après avoir investi dans l'acquisition de la ligne de production de bûches compressées à Saumos, tout près de Lacanau (Gironde), lors de la création de Brazeco, Xavier Mahieu et Benjamin Dubourg se sont aperçu que cette organisation les obligeait à faire circuler des camions pour aller chercher la sciure puis assurer la distribution.

"En plus des camions, la ligne de production nécessitait quatre salariés. Nous avons donc décidé d'installer la ligne de production chez notre fournisseur de sciure, en Charente. Les salariés qui travaillent sur cette unité sont payés par notre fournisseur. Côté distribution, nous disposons aujourd'hui de 120 points relais dans toute la France, grâce à l'accord que nous avons négocié avec un logisticien qui dispose de plateformes d'éclatement dans tout le pays", révèle Xavier Mahieu, qui ne veut pas donner plus de détails.


30 M€ de CA d'ici cinq ans


Le client qui commande sa palette de bûches compressées, représentant l'équivalent de cinq stères de bois, peut être livré chez lui ou aller récupérer son bois dans le point relais. Mais le patron de Brazeco, qui revendique plus de 12.000 clients, avec un taux de fidélisation de 43 %, ne limite pas sa nouvelle offensive sur les types de bois proposés ou la création d'une troisième version de son portail web, qu'il veut transformer en une véritable place de marché dédiée. Xavier Mahieu veut apporter de nouveaux services selon lui déterminants.

"Une palette de bois ça fait une dépense importante et nous proposons depuis l'an dernier à nos clients, qui sont à 90 % des particuliers, d'être mensualisés à 29 € par mois pour cinq stères. Notre objectif est de porter le chiffre d'affaires à 30 M€ d'ici quatre ou cinq ans. Fin 2015, nous devrions le porter à 2 M€, contre 1 M€ en 2013", pronostique Xavier Mahieu, convaincu de pouvoir relever cet énorme défi à condition de garder la tête froide.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.