Mérignac : la nouvelle DG d'Acteon dévoile sa stratégie mondiale

 |  | 915 mots
Lecture 4 min.
Dans un mois tout juste, Acteon fera un lancement mondial de trois nouveaux produits dont ce PSPIX, scanner mobile à destination des dentistes
Dans un mois tout juste, Acteon fera un lancement mondial de trois nouveaux produits dont ce PSPIX, scanner mobile à destination des dentistes (Crédits : Acteon)
Propriété depuis l’été dernier du fonds d’investissement Bridgepoint, le groupe girondin Acteon, spécialiste des équipements et produits de santé dentaire, déploie une stratégie qui vise à lui faire reprendre le chemin de la croissance. Directrice générale depuis octobre dernier, Marie-Laure Pochon a accepté d’en présenter les grandes lignes.

Forte d'une expérience professionnelle jalonnée de missions réussies dans les grands groupes pharmaceutiques où elle a occupé des postes de patronne de filiales françaises, de filiales européennes ou même d'opérations mondiales, Marie-Laure Pochon l'avoue elle-même : "Ma seule obsession, c'est de faire grandir les boîtes. J'ai horreur des secteurs qui décroissent." Autant dire que placée, depuis octobre 2014, à la direction générale d'un groupe Acteon (5 sociétés en France, six filiales commerciales, 3 sites de production et 7 bureaux commerciaux, un peu moins de 140 M€ de chiffres d'affaires en 2014) en panne de croissance depuis trois ans, Marie-Laure Pochon entend relancer la machine sans tarder.

Distribution : Mérignac plutôt que Roissy

"La force d'Acteon, c'est qu'il a été brillamment piloté entre 1991 et 2010, au moment où le groupe est passé de PME à multinationale. Une fois atteint cet objectif, il faut reconnaître que le groupe a eu plus de mal à s'organiser en tant que multinationale. Ce défaut d'organisation explique le trou d'air, mais il faut aussi reconnaître qu'intrinsèquement, le groupe a tout ce qu'il faut pour connaître à nouveau la croissance."

La nouvelle DG estime par exemple que le groupe, s'il regorge de compétences, a trop cloisonné les différentes entités, voire services qui le composent.

"Il n'est pas concevable aujourd'hui de disposer de 11 lieux de stockage et de distribution en Europe. Nous avons pris la décision de centraliser notre distribution à Mérignac. Nous sommes tout proches de l'aéroport et ce site fait partie de l'histoire du groupe. Bien sûr, on nous a proposé des sites à Roissy, qui étaient économiquement plus intéressants, mais j'ai arbitré en faveur de Mérignac et je ne le regrette pas. La distribution fait partie d'Acteon et je préfère l'avoir à 500 m plutôt qu'à 500 km !"

La relance d'Acteon passe donc en premier lieu par la réorganisation du groupe.

"C'est un travail lourd, mais finalement simple, voire facile car je n'ai eu aucun mal à convaincre les salariés et le comité de direction, qui n'a presque pas changé et qui est très compétent, de la pertinence de cette mission. Mieux, il y avait de la part des collaborateurs du groupe une vraie attente car il y avait une vraie conscience des dysfonctionnements !"

3 nouveaux produits et 1 département marketing

La stratégie de reconquête commerciale passera, elle, dès le 9 mars par le lancement de trois nouveaux produits qui devraient trouver rapidement leur clientèle.

"Ces lancements, PSPIX, un scanner individuel et portable pour dentiste, Trium X Mind un appareil lourd d'imagerie médicale et Expazen, un produit dentaire, sont extrêmement innovants et témoignent de la capacité de notre R&D. Une capacité que nous allons développer encore car jusque-là chez Acteon, il y a avait une tradition industrielle très forte, nous renforçons sa R&D. La sortie de ces produits sera accompagnée par une vraie campagne de lancement qui sera pilotée par un nouveau département marketing. Un département tout juste créé dont j'assume la direction. Jusque-là, Acteon avait une tradition commerciale forte, mais le marketing était un peu négligé. Sans rien changer aux fondamentaux du groupe, nous renforçons ce que nous avons identifié comme étant des axes d'amélioration."

Priorités commerciales : USA , Europe, Chine et Japon

L'actionnaire majoritaire du groupe, Bridgepoint entend multiplier par 2,5 son chiffre d'affaires dans les années qui viennent. "Le marché existe, notre image est bonne et nous avons les produits pour cela. Dès 2015, nous renouerons avec une croissance à deux chiffres."

Une croissance qui passe notamment par l'export. "Nous réalisons 20 M€ de CA aux USA, nous allons faire beaucoup mieux sur ce marché porteur. Nous y avons planté notre drapeau. Désormais, on va se doter de la force commerciale qui va développer notre activité aux Etats-Unis. A l'image de ce que nous allons faire aux USA, nous allons booster toutes nos grandes filiales. Nos priorités commerciales sont clairement les USA,  l'Europe la Chine et le Japon ! S'il n'est pas pertinent de faire des efforts pour des petites filiales, nous réorienterons nos moyens. On peut se demander, par exemple, s'il est pertinent de maintenir notre filiale en Thaïlande..."

Mérignac et La Ciotat restent les sites forts

Menée à grand train depuis octobre, la réorganisation passe par la montée en puissance de certains sites. En France, Mérignac et La Ciotat font partie du lot. "Ce sont deux sites stratégiques qui ont vocation à monter en puissance."
Dans un premier temps néanmoins, cette montée en puissance se traduit par la disparition de 60 emplois sur les 771 que compte le groupe. 40 concernent la France.

"C'est injuste par rapport aux efforts de tous, mais il est clair qu'en fermant 10 centres de distribution, nous ne pouvions pas éviter cela... Par contre, nous allons créer 10 postes supplémentaires à Mérignac du fait de la centralisation de la distribution qui va occuper un grand bâtiment dont nous disposons déjà. Nous allons consacrer aussi plus de place à la production... Au total, nous allons investir 2,5 M€ sur le site de Mérignac."

La marche accélérée que s'impose la nouvelle direction générale pour réorganiser s'explique par un timing serré : "Le 1er septembre au plus tard, tout Acteon doit être en ordre de marche pour la reconquête" assure Marie-Laure Pochon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2015 à 9:45 :
Comme a chaque fois pour faire une "montée en puissance" il faut licensier, d'abord la majorite des haut cadres, ceux qui comme il est ecrit ont fait de cette société ce qu'elle est.2.5 millions d'investissement pris sur le dos des salariés, quel progres. Le personnel n'a pas confiance dans vos discours, car un autre plan peut toujours etre mis en place avec de nouveaux depart. La motivation n'existe que par la peur d'etre le prochain et vu le CV de la DG cela semble plus que probable.
a écrit le 11/04/2015 à 12:26 :
Mme Pochon: Acteon... Le combat de trop ?
a écrit le 13/02/2015 à 15:39 :
Le 8 janvier, vous annonciez 8 millions d'investissement... Aujourd'hui, 2.5 millions.... Qu'en sera t-il en mars prochain ? Faut-il croire le management d' Acteon?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :