Innoveox a un besoin urgent de capitaux

 |   |  511  mots
L'unité de dépollution OHTS à énergie positive dans le bassin industriel de Lacq.
L'unité de dépollution OHTS à énergie positive dans le bassin industriel de Lacq. (Crédits : Bpifrance)
Etranglé par les difficultés rencontrées pour développer commercialement son brevet sur la dépollution des sites industriels et des collectivités, le groupe Innoveox vient d’entrer dans une phase critique.

Le groupe Innoveox, dont le siège est à Paris, le centre de recherche et développement et la production à Mérignac, en Gironde, vient de faire un point sur la situation de sa trésorerie et les développements de sa filiale Syneox. Coté en Bourse, le groupe Innoveox détient et développe des brevets très innovants dans la dépollution. C'est en particulier le cas avec l'oxydation hydrothermale en milieu super critique (OHTS) à énergie positive développée dans l'agglomération bordelaise. L'OHTS à énergie positive permet de transformer les déchets organiques liquides, qu'il s'agisse de solvants ou encore de résidus pétroliers, en eau propre (non potable) et en énergie.

Utilisé à partir d'une unité de traitement mobile, l'OHTS à énergie positive a déjà fait la preuve de son efficacité, notamment dans la zone industrielle de Lacq, en Béarn. Sa mise en œuvre par des collectivités territoriales ayant de sérieux problèmes de traitement des déchets, comme dans le département d'outre-mer de La Réunion, se fait néanmoins au prix de contraintes administratives lourdes et le process exige des réglages complexes avant d'être pleinement opérationnel. Des obstacles qui pèsent lourdement sur un groupe très innovant aux technologies prometteuses.

950.000 euros en passif

Cette difficulté à commercialiser le traitement des déchets par OHTS à énergie positive explique qu'aujourd'hui Innoveox soit en difficulté financière. Dans son dernier communiqué, la direction du groupe, dirigé par Jean-Christophe Lépine, annonce ainsi qu'au 28 février 2017, Innoveox est dans une situation difficile.

"Le groupe dispose d'une trésorerie positive de 1 million d'euros contre 1,5 millions d'euros au 31 décembre 2016, avec une dépense mensuelle de cash d'environ 300 K€. La société attend en parallèle un crédit impôt recherche de l'ordre de 450 K€. Elle dispose d'un total de passif à date de 950 K€", expose ainsi le groupe.

La tension financière est telle qu'elle met désormais le groupe dans une situation qui devient clairement critique. "La société poursuit ses démarches auprès d'industriels et/ou financiers en vue de disposer de moyens de financement complémentaires", annonce ainsi Innoveox. Confirmant que cette faiblesse de la trésorerie ralentit le développement commercial et la finalisation de contrats, la direction d'Innoveox indique poursuivre "plus particulièrement ses négociations commerciales sur son modèle de vente de matériels, notamment en Chine et en France".

En plus de l'OHTS à énergie positive, le groupe Innoveox détient, avec sa filiale Syneox, une véritable pépite innovante, notamment pour le démantèlement des centrales nucléaires mais plus largement pour des prestations dans le domaine de l'énergie. La filiale a ainsi développé toute une gamme de robots (SX) capables par exemple de cartographier en temps réel les foyers de radioactivité dans un site nucléaire. Les brevets du groupe sont porteurs de technologies environnementales plus que prometteuses qui pourtant n'arrivent pas encore à trouver leurs marchés. Quitteront-elles la France par manque de capitaux et de débouchés ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :