Innoveox toujours dans l'attente

 |   |  676  mots
Innoveox propose des solutions innovantes de traitement définitif et de valorisation des déchets industriels toxiques.
Innoveox propose des solutions innovantes de traitement définitif et de valorisation des déchets industriels toxiques. (Crédits : DR)
Spécialiste des solutions de traitement définitif et de valorisation des déchets industriels toxiques, Innoveox est dans l'attente sur plusieurs sujets, alors que sa trésorerie se réduit fortement.

Dans son dernier communiqué, le groupe Innoveox, coté sur le marché Alternext, annonce qu'il disposait au 31 décembre dernier d'une trésorerie positive de 1,5 M€, sans en dévoiler plus. Début décembre 2016, elle affichait 9,5 M€ de capitaux propres, contre 8,8 M€ au 31 décembre 2015, et une situation de trésorerie nette positive de 2,9 M€.

Lire aussi : Innoveox joue la carte de la radioactivité

Cette entreprise innovante, présidée par Jean-Christophe Lépine et dont le siège est à Paris, concentre l'essentiel de sa trentaine de salariés en Gironde et détient la licence exclusive d'exploitation d'une innovation développée dans l'agglomération bordelaise : l'oxydation hydrothermale en milieu super critique (OHTS) à énergie positive. L'OHTS à énergie positive permet de transformer les déchets organiques liquides, qu'il s'agisse de solvants ou encore de résidus pétroliers, en eau propre (non potable) et en énergie. Syneox, une pépite qui détient plusieurs brevets dans le désamiantage et la dépollution nucléaire, est une filiale du groupe.

Devant le tribunal administratif à La Réunion

Très innovantes, toutes deux peinent encore à concrétiser pour de bon. Innoveox indique poursuivre des discussions concernant :

  • Un contrat de vente d'une machine à Shandong Lukang Pharmaceutical Co. Ltd
  • Un contrat de vente d'une machine de 1300L/h sur un site industriel à Tianjin
  • Un partenariat avec un groupe de premier ordre présent dans le domaine de l'environnement et du nucléaire dans le cadre d'une joint-venture

D'autres contrats sont en cours mais plusieurs points, qui ne sont pas forcément du ressort d'Innoveox, bloquent :

  • En France, le contrat avec un acteur du domaine de la dermo-cosmétique, d'un montant global  d'environ 5 M€, est en attente de la finalisation de subventions et prêts aidés, nécessaires à la  finalisation de la construction et à l'installation de l'unité. A La Réunion, "l'unité de traitement a été arrêtée pour une mise en conformité suite notamment à des normes imposées par la Deal. Des adaptations pourront être apportées pour mieux traiter la diversité des déchets, notamment avec un cisailleur moléculaire (brevet Innoveox) pour mélanger des déchets liquides fortement pollués avec des effluents moins chargés en polluants organiques." Les études relatives à l'installation de l'unité sur son site définitif sont terminées. Mais Innoveox Oceania a engagé une action devant le tribunal administratif, l'administration ne lui ayant "toujours pas versé la somme de 1,2 M€ relative à la loi Girardin et prise en compte dans les budgets".
  • Situation assez similaire en Nouvelle-Calédonie où Innoveox est "en attente d'un terrain approprié auprès des Provinces".
  • Au Canada, la société attend toujours les autorisations des administrations canadiennes nécessaires à l'obtention des subventions pour la construction de la machine dans le cadre du contrat signé fin 2015 avec Sorinco.

Des innovations dans le nucléaire d'ici fin février

Parallèlement plusieurs réponses ont été soumises dans le cadre d'appels d'offres, notamment dans le secteur minier et des sables bitumeux. En France, Innoveox réalise des études pour un  montant d'environ 100 K€ pour le recyclage propre de déchets du secteur de la Défense à Paris. "Des négociations avec un acteur européen majeur sont en cours pour l'utilisation à court terme d'une unité industrielle OHTS", indique la société.

Du côté de la filiale Syneox, une première commande a été honorée en 2016 pour des caméras d'inspection en milieu ionisant. Une pré-commande a été conclue aux côtés d'un partenaire commercial "concernant une première étude nécessaire à la mise en place d'une nouvelle technologie Syneox répondant à une problématique liée au sel de bore pour un groupe mondial de l'énergie". D'autres innovations, toujours dans le domaine du nucléaire, devraient être dévoilées par Syneox d'ici la fin février.

Enfin, la question d'un adossement d'Innoveox à un autre acteur se précise : le groupe conclut en indiquant qu'il informera ses actionnaires sur les avancées liées à ces discussions en cours dans les prochaines semaines.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/03/2017 à 9:33 :
Activité clef et partenariat annoncé en Chine à mettre en parallèle avec la déclaration du gouvernement chinois de faire de la dépollution une priorité nationale avec le programme 'Ciel azur'... Innoveox a une carte à jouer, l'état français devrait être là en soutien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :