L’hôtellerie bordelaise fait recette

 |   |  637  mots
La progression la plus importante est enregistrée sur lecréneau du haut de gamme avec une hausse de 9,5 % en un an.
La progression la plus importante est enregistrée sur lecréneau du haut de gamme avec une hausse de 9,5 % en un an. (Crédits : David & David)
Le bilan annuel de la conjoncture hôtelière est tombé. L’hôtellerie de Bordeaux se porte bien. La ville plaît, attire. La capitale girondine affiche une belle performance en termes de fréquentation. Les chiffres progressent notamment de 9,5 % dans le secteur haut de gamme, et lui confèrent la place de second dans le palmarès français des performances par agglomérations.

Pour connaître et valoriser les attributs de Bordeaux, MKG group, cabinet d'études en tourisme et hôtellerie, a réalisé, à la demande de la Chambre de commerce et d'industrie de Bordeaux, une étude sur les performances et opportunités de l'hôtellerie à Bordeaux. Le baromètre est positif et attribue à Bordeaux et sa métropole de meilleurs scores que pour la France.
Les attentats de 2015 et la hausse de la TVA en 2014 ont situé les performances touristiques de l'Hexagone à l'écart de la reprise européenne. La moyenne européenne s'élève à 4,8 % alors que la France atteint difficilement 0,1 % de croissance (contre 17,1 % au Luxembourg, 13,5 % au Portugal ou 12,5 % en Espagne). Quant aux destinations françaises les plus prisées, Cannes, Bordeaux et Lille se hissent en tête du classement, suivies de peu par Nice, Montpellier et Lyon. Le cabinet d'études MKG Group réalise ses études sur un large panel comprenant 97 établissements soit 72 % de la capacité hôtelière de la ville.

Un début d'année encourageant

Au 1er janvier 2016, l'offre hôtelière progresse de 3,1 % avec entre autres 70 % des chambres ou appartements faisant déjà partie d'une chaîne intégrée. Malgré une fin d'année 2015 difficile, Bordeaux n'a pas cessé de séduire des touristes. En 2015, le taux d'occupation a atteint son plus haut niveau soit 68 % et le prix moyen d'une chambre a progressé de 11,5 € en 5 ans. Les taux de réservation ont quant à eux été boostés de 4,6 % en 4 ans. Le marché hôtelier bordelais enregistre donc des performances supérieures aux moyennes de province. La progression la plus importante enregistrée étant celle du haut de gamme qui bondit de 9,5 % en seulement une année. Parmi les zones à croissances les plus importantes, Bordeaux Lac gagne 6,3 points en un an, et les secteurs Centre Mériadeck et Agglomération Sud gagnent plus de 2 points chacun.

Néanmoins, Bordeaux attire davantage les professionnels que les particuliers. La capitale Girondine est une destination d'affaires, qui attire davantage la semaine que le week-end (excepté pour le haut de gamme). Certains évènements ont un impact extraordinaire en termes de performances hôtelières. Le salon Vinexpo, par exemple, explose tous les scores. Du 14 au 18 juin 2015, les taux d'occupations d'hôtels de Bordeaux et la métropole s'élevaient à 92,8 % pour un prix moyen de 105,40 €.

Airbnb : la menace qui pèse sur l'hôtellerie

Les propriétaires d'hôtels présents lors de la présentation des résultats du baromètre attendaient ce chiffre avec impatience : que représente la part de logements Airbnb à Bordeaux ? Autant d'inquiétudes qui nécessitaient une réponse chiffrée. Le chiffre fait état d'une capacité d'accueil de 13.700 personnes à Bordeaux Métropole et 10.194 dans le cœur de la ville de Bordeaux (contre respectivement 29.843 et 14.915 pour hôtels et résidences hôtelières). Des inquiétudes justifiées, puisque la part de logements Airbnb représente plus de la moitié de celle des hôtels et résidences.
Selon les indicateurs de l'offre Airbnb, la recherche type dans la région concerne un logement entier, de préférence un appartement, pour une moyenne de 1 ou 2 personnes. Une étude a également été réalisée par le cabinet MKG Group pour tenter de déterminer les caractéristiques de la demande (Airbnb et hôtellerie traditionnelle confondus). Cette dernière est essentiellement française (81 %). La clientèle étrangère est en baisse sur toutes les gammes, elle est paradoxalement la plus présente sur le créneau haut de gamme. Le Royaume-Uni, l'Espagne et les Etats-Unis demeurent les plus fidèles à Bordeaux, avec respectivement 21,5 %, 21,8 % et 13,9 %. A eux trois, ils représentent plus de la moitié de la clientèle étrangère. Un indicateur qui risque d'être par ailleurs bousculé avec l'arrivée de l'Euro 2016 à Bordeaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :