Alain Ferrasse, Fédération des promoteurs immobiliers : "Les réservations en hausse de 40 % en 2016 à Bordeaux"

 |   |  418  mots
(Crédits : DR)
Alain Ferrasse, président de la Fédération des promoteurs immobiliers Aquitaine Poitou-Charentes, est l'invité du Club Eco de La Tribune dans le cadre du Forum Smart City Bordeaux.

Alain Ferrasse, président de la Fédération des promoteurs immobiliers Aquitaine Poitou-Charentes, donne son point de vue sur l'évolution du marché bordelais l'an dernier, qualifié d' "absolument exceptionnel, parce que l'agglomération bordelaise a fait la plus grosse progression en nombre de réservations sur le territoire national, en hausse de 40 % en 2016 par rapport à 2015".

Il assure que cette croissance des ventes ne va pas s'accompagner d'une flambée des prix.

"Nous avons un mode opératoire du financement du logement neuf en France qui est très vertueux puisque ce sont les banquiers qui donnent chacun le coup de tampon au prix final d'une opération de logement, le banquier est très prudent puisque c'est lui qui rembourse en cas de défaillance du promoteur. Les prix ont augmenté de 4 % en 2016 par rapport à 2015, ce qui me semble une augmentation vertueuse eu égard à la montée en puissance de la demande."

Si Bordeaux est un marché d'investisseurs à 70 %, Alain Ferrasse précise aussi que "l'augmentation des logements vendus à des investisseurs a été de 18 % mais l'augmentation des logements vendus à des accédant a été de 50 %". Le rapport investisseurs/accédants évolue donc :

"C'est une bonne chose puisque la ville souhaite qu'il y ait plus d'accédants ; il faut préciser ce que sont les accédants aujourd'hui : pour plus d'un tiers ce sont des primo-accédants et les deux tiers sont des logements vendus à des secondo-accédants qui sont très attirés par le logement neuf à Bordeaux."

Alain Ferrasse, président de la Fédération des promoteurs immobiliers Aquitaine Poitou-Charentes, évoque également la marché du logement neuf dans les autres agglomérations de son périmètre, avec des situations contrastées.
La Rochelle par exemple est un marché dynamique, récurrent à la hausse (+30 % l'an dernier), marqué par un dialogue entre collectivités locales et promoteurs jugé "pertinent" par Alain Ferrasse.

Il déplore a contrario la situation sur Bayonne-Anglet-Biarritz, zone marquée par "un coup de frein absolu de la part des collectivités locales pour rendre la parole aux primo-accédant et aux logements sociaux ; ça bloque véritablement les transactions foncières, il y  peu de terrains qui se vendent aujourd'hui. Sur la Côte basque, c'est 50 % d'investisseurs qui souhaitent acheter pour louer mais les fonciers ne sortent pas et les permis de construire ne sont pas délivrés. Nous avons un gros problème de blocage et de non-écoute de la part de certains de nos élus là-bas."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :