Guide Michelin, un peu plus d’étoiles en Nouvelle-Aquitaine

 |   |  497  mots
Pierre Gagnaire, chef de la Grande Maison, avec Bernard Magrez, propriétaire de l'établissement, regagnent les deux étoiles perdues avec le départ du précédent chef Joël Robuchon
Pierre Gagnaire, chef de la Grande Maison, avec Bernard Magrez, propriétaire de l'établissement, regagnent les deux étoiles perdues avec le départ du précédent chef Joël Robuchon (Crédits : DR)
La nouvelle liste des restaurants étoilés de l’édition 2017 du Guide Michelin a été dévoilée ce jeudi matin à Paris. Parole du dieu de la gastronomie, le Guide Michelin cuvée 2017 ne s’est pas montré si gentil que ça avec la Nouvelle-Aquitaine.

Le Guide Michelin 2017 répertorie 4.347 restaurants et totalise 616 étoiles, dont 70 viennent de faire leur apparition. En Nouvelle-Aquitaine seul Michel Guérard, avec Les Prés d'Eugénie, à Eugénie-les-Bains (Landes), dirige un restaurant trois étoiles et ça ne change pas. Attendue par des centaines de chefs dans toute la France, cette cuvée 2017 du Guide Michelin se montre plutôt favorable pour les Girondins.

La Grande Maison de Bernard Magrez, à Bordeaux, qui avait ouvert avec Joël Robuchon aux fourneaux avant que Pierre Gagnaire ne vienne le remplacer, décroche les deux étoiles qu'elle avait automatiquement perdues lors du départ du premier chef. Gordon Ramsay, chef international super médiatisé, obtient lui aussi deux étoiles au Pressoir d'Argent, le restaurant gastronomique de l'Intercontinental Grand Hôtel Bordeaux. Il faut ensuite tourner son regard vers Saint-Emilion pour trouver une autre deuxième étoile. C'est l'Hostellerie de Plaisance qui la décroche. Ce restaurant a fait parler de lui il y a quelques années, quand le chef Philippe Etchebest (à la tête du Quatrième Mur, au Grand Théâtre à Bordeaux) y a décroché sa deuxième étoile.

 5 étoiles de perdues

C'est aujourd'hui une star un petit peu plus discrète de la cuisine, mais très réputée, qui vient d'obtenir à l'Hostellerie de Plaisance, et en à peine six mois de présence, sa seconde étoile : Ronan Kervarrec, qui est arrivé en Gironde l'été dernier en provenance de la Chèvre d'Or (deux étoiles), à Eze, dans les Alpes Maritimes.

Autre bonne nouvelle : huit restaurants, dont sept de l'ex-Aquitaine, obtiennent leur première étoile. Il s'agit du Château de Mirambeau (Charente-Maritime), des restaurants l'Imaginaire, à Terrasson-Lavilledieu, et le Moulin de l'Abbaye, à Brantôme, en Dordogne, du Skiff Club, à La-Teste-de-Buch, et du Logis de Cadène, à Saint-Emilion, pour les Girondins, mais aussi de la maison Le Hittau, à Saint-Vincent-de-Tyrosse, au cœur des Landes et du rugby, et puis, au Pays basque, L'Atelier de Gaztelur, à Arcangues, et l'Océan, à Saint-Jean-de-Luz. Avec un deux étoiles et un nouveau première étoile, Saint-Emilion se distingue dans ce classement 2017. En revanche, le Saint-James de Nicolas Magie à Bouliac, qui aurait pu en espérer deux, reste à une étoile. Idem pour la Grand'Vigne à Martillac et Le Prince noir à Lormont.

La carte interactive des restaurants étoilés du Guide Michelin 2017

L'ex-Aquitaine fait malheureusement aussi le break dans le classement sur le versant plus sombre des pertes d'étoiles.
A Pauillac, au presque milieu du Médoc, côté estuaire, le château Cordeillan-Bages a du mal à se remettre du départ de Thierry Marx. Son chef Jean-Luc Rocha a quitté l'établissement l'an dernier, ce qui entraine la perte de deux étoiles. L'Auberge du Cheval Blanc, à Bayonne, comme l'Hôtel du Palais, à Biarritz, perdent chacun leur unique étoile, tout comme la Table Pouyaud, en Dordogne, à Champcevinel. Le restaurant gastronomique Le Gabriel, qu'on annonce régulièrement comme le prochain étoilé de Bordeaux (et qui l'a été dans le passé), devra, lui, encore patienter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :