Euro 2016 : Alain Juppé veut faire payer l'UEFA

 |   |  815  mots
Des dizaines de milliers de supporteurs sont attendus sur la pelouse bordelaise
Des dizaines de milliers de supporteurs sont attendus sur la pelouse bordelaise (Crédits : Agence Appa)
Le budget sécurité de l’Euro 2016 grimpe de 1 M€ à Bordeaux et Alain Juppé veut que l’Union des associations européennes de football (UEFA), organisateur de la compétition, mette aussi la main au portefeuille. Réponse le 27 avril.

Maire (LR) de Bordeaux, président de Bordeaux Métropole, Alain Juppé est aussi depuis 2014 le président du Club des sites d'accueil de l'Euro 2016. A 52 jours du début de l'Euro 2016, qui va se traduire par l'organisation à Bordeaux de cinq matchs au stade Matmut Atlantique, du 11 juin au 2 juillet (quart de finale), Alain Juppé a fait hier lundi un point d'étape sur l'organisation de cette manifestation, en compagnie d'Arielle Piazza, adjointe au maire de Bordeaux en charge des sports, de la jeunesse et de la vie étudiante, et de Frédéric Gil, directeur général à la mairie du service éducation, sport et société. Pour ne pas parasiter les sponsors de l'Euro 2016, Bordeaux va faire comme Nice et changer le nom de sa pelouse. Le stade Matmut Atlantique va ainsi redevenir le Nouveau stade de Bordeaux pendant toute la compétition.

126 M€ de retombées à Bordeaux ?

Evoquant l'étude réalisée par le Centre de droit et d'économie du sport (CDES), à Limoges, au sujet des retombées économiques de cette compétition de football, le président du Club des sites d'accueil s'est montré optimiste.

"Selon cette étude les cinq matchs de l'Euro programmés à Bordeaux devraient générer 126 M€ de retombées économiques. On attendra quand même la fin de la compétition pour vérifier... mais quel que soit le montant de ces retombées, le résultat sera très supérieur au coût", assure Alain Juppé. 126 M€ à multiplier par 10 villes organisatrices, puisque l'étude évalue l'impact économique global à 1,266 Md€.

En plus du nouveau stade Matmut Atlantique, construit à Bordeaux-Lac, où se joueront les matchs, la place des Quinconces, plus grande place d'Europe, en centre-ville, accueillera une "fan zone" où seront retransmises les rencontres sur deux écrans géants. Ouvert 1 h 30 avant chaque match, cet espace dédié aux retransmissions a une capacité d'accueil de 50.000 personnes. Sans compter l'espace consacré aux animations, ouvert de 12 h à 1 h, avec une capacité d'accueil de 12.500 personnes, et celui prévu pour les médias et partenaires.

Sécurité, l'UEFA devra payer aussi

Depuis les attentats meurtriers de novembre dernier à Paris la donne a changé du côté de la sécurité.

"Nous avons un surcoût de 1 M€ par rapport à ce que nous avions prévu au départ pour la sécurité, soit un budget de 2 M€. Ce qui nous a conduit à demander une participation supérieure à l'UEFA : le prochain comité de pilotage se réunit le 27 avril et la question sera traitée à ce moment-là. L'installation de caméras vidéo est financée à 80 % par l'Etat" précise le président du Club des sites d'accueil.

Le chiffre d'affaires de la manifestation est évalué à près de 2 Md€ pour un résultat net qui pourrait atteindre 900 M€. L'UEFA, dont le siège est à Nyon (Suisse), n'est pas pour autant très disposée à lâcher du lest aux organisateurs locaux.

"Nous avons dû négocier rudement avec l'UEFA qui voulait au départ un monopole absolu sur les sociétés admises au sein de la fan zone. C'est ainsi que nous avons pu obtenir que des entreprises locales puissent s'y installer. Nous avons également négocié pour que l'UEFA accepte de financer des projets qui aillent au-delà de l'Euro 2016, c'est tout l'enjeu du programme Héritage. Nous avons demandé 100 M€ à l'UEFA qui a finalement accepté d'en verser 20 M€, ce qui fait 2 M€ pour chacune des 10 villes françaises organisatrices" détaille Alain Juppé.

Pas d'autos 1 Km autour du stade

Ce programme Héritage permettra notamment de financer des projets, jusqu'à 100.000 euros, dans 15 villes de Bordeaux Métropole. Par ailleurs, l'UEFA a débloqué une billetterie sociale de 2.000 places, qui sera mise en place pour les enfants de 8 à 16 ans malades ou en situation de précarité. Bordeaux Métropole, a lancé un appel à projets doté d'une enveloppe de 500.000 € qui a recueilli 150 candidatures. Au final 85 projets articulés autour du sport au sens large ont été retenus pour les animations sur la "fan zone", dont un match de foot de robots pilotés depuis le public. La question de la circulation est également réglée. Elle sera interdite aux automobiles dans un rayon de 1 km autour du stade, des macarons permettant aux salariés des entreprises implantées près du Lac et aux touristes des hôtels de pouvoir circuler. Bus et trams circuleront normalement. La ville du Pian Médoc, près de Bordeaux, va accueillir l'équipe de Belgique en résidence pendant l'Euro 2016.

Des dizaines de milliers de supporteurs irlandais, belges, gallois et croates, sans compter les Espagnols, sont attendus, pour les matchs Pays de Galles-Croatie (11 juin), Autriche-Hongrie (14 juin), Belgique-Irlande (18 juin) et Espagne-Croatie (21 juin). Ce qui rappellera sans doute l'ambiance Coupe du monde 1998 aux plus anciens, quand les supporteurs écossais traversaient la ville sous le soleil pour se rendre au stade Chaban-Delmas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :