Euro 2016 : les villes d'accueil obtiennent 20 M€ de l'UEFA

 |   |  435  mots
Manuel Valls, Alain Juppé et Michel Platini
Manuel Valls, Alain Juppé et Michel Platini (Crédits : Objectif Aquitaine / Mikaël Lozano)
Le sixième comité de pilotage de l'Euro 2016 de football s'est tenu ce matin à Bordeaux en présence de Manuel Valls, Premier ministre, Alain Juppé, maire de la ville et président du Club des sites qui accueilleront les matchs, et Michel Platini, président de l'UEFA. L'organisateur accordera finalement une dotation globale de 20 M€ aux villes hôtes, en deux tranches.

Tout va bien dans le meilleur des mondes. C'est en substance ce qu'ont martelé conjointement Michel Platini, Manuel Valls et Alain Juppé ce matin, au sortir du 6e comité de pilotage de l'Euro 2016. Un début de polémique avait surgi en septembre, après une réunion à l'Elysée : les villes hôtes demandant alors à l'UEFA, organisateur de la compétition, une part du gâteau. Les retombées d'un Euro sont en effet estimées à près de 900 millions d'euros. Paris, Saint-Denis, Bordeaux, Lens, Lille, Lyon, Marseille, Nice, Saint-Etienne et Toulouse doivent, elles, investir des sommes importantes pour accueillir les matchs programmés, prévoir des animations... voir construire des stades entiers, comme à Bordeaux.

La rumeur courrait que les hôtes des rencontres demandaient 10 millions d'euros chacune en guise de "retour sur investissement". Montant fermement démenti par Alain Juppé ce midi. Le président du Club des sites a annoncé que l'UEFA avait proposé "une dotation de 20 millions d'euros pour l'ensemble des dix villes, avec une première tranche mobilisable tout de suite et une seconde après la manifestation". Proposition "approuvée à l'unanimité" au sein du Club.

2,5 millions de spectateurs

Après avoir présenté dans la matinée le plan d'orientations du gouvernement en vue de la compétition, Manuel Valls a de son côté rappelé que l'Euro devrait attirer "2,5 millions de spectateurs, dont un million d'étrangers. (...) L'Euro doit être la fête de tout le monde, au-delà des dix villes hôtes."

"Il y a déjà 1,7 milliard d'euros investis dans la rénovation des stades, ce sont 15.000 emplois directs et indirects générés, et près de 4.000 emplois durables. Il y a aura des retombées touristiques", a-t-il rappelé.

Même satisfecit de Michel Platini, pour qui "les soi-disant petits malentendus ont été réglés. Tout est prêt pour que la France des villes et des régions, celles des amateurs du football, gagne."

Au plan bordelais, Alain Juppé s'est félicité du "geste que fait l'UEFA", confirmant que le premier volet de la dotation pourrait être inscrit au budget 2015. Dotation qui bénéficiera, entre autres, aux clubs amateurs, à leurs équipements... Le maire de Bordeaux a dévoilé qu'un appel à projets serait lancé dans le cadre du programme d'animations bâti autour de la compétition. La Communauté urbaine de Bordeaux et le Conseil régional seront également sollicités. Un comité de pilotage local sera mis en place, présidé par un natif de Gironde, figure des Girondins de Bordeaux et aujourd'hui sélectionneur du Sénégal : Alain Giresse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :