Héméra, un nouvel accélérateur s'éveille à Bordeaux

 |   |  982  mots
Julien Parrou, PDG de Groupe ConcoursMania et cofondateur de l'accélérateur de startups Héméra à Bordeaux
Julien Parrou, PDG de Groupe ConcoursMania et cofondateur de l'accélérateur de startups Héméra à Bordeaux (Crédits : Agence Appa)
[Dossier spécial French Tech Bordeaux] Depuis de longs mois, le PDG fondateur du groupe ConcoursMania, Julien Parrou, fignole les détails de l'accélérateur de startups qu'il lancera dans quelques mois avec trois autres entrepreneurs à Bordeaux. Héméra emprunte son nom à la déesse grecque du jour et de l'éveil. Son modèle économique, sa méthodologie, son ambition nationale... Julien Parrou dévoile en exclusivité toutes les facettes du projet.

Julien Parrou lève le voile sur un projet qui lui tient à cœur, dont on parle souvent à Bordeaux ces derniers mois mais qui restait encore un peu dans l'ombre. Le dirigeant  ConcoursMania est s'associé dans ce projet à Benoît Droulin (Azendoo), Brice Thébaud (Alienor Partners) et Nicolas Béraud (TripleFun, ex-cofondateur de Betclic). Le quatuor part d'une affirmation limpide : "Un accélérateur doit bénéficier d'un modèle économique viable. C'est notre obsession dès le départ." Leur postulat :

"La Californie, New York, Londres... Ces écosystèmes, on ne les battra pas. Mais ils rencontrent leurs propres limites, à nous de compléter leurs propositions."

Accompagnement jusqu'à la levée de fonds

Jugeant très positive la présence de 33Entrepreneurs et Digit-Halles, deux autres accélérateurs spécialisés présents à Bordeaux ("Le vin et l'e-commerce sont des thématiques qui ont du sens ici"), Julien Parrou confirme qu'Héméra sera lancé au début de l'automne. Il entend compléter le marché avec un concept bien arrêté. Pas question de faire appel à des consultants mentors : ces mentors seront exclusivement des entrepreneurs aguerris.

"La plupart des accélérateurs, après la phase d'accompagnement d'un projet, apportent leurs service de mentoring en échange d'une part du capital de la startup, 5 %, 7 % voire 10 %, résume Julien Parrou. Le problème est que quand une équipe lance son entreprise, elle n'a aucune idée de la valorisation de son entreprise, celle-ci est trop élevée. Or, il faut aller vite et de pas perdre trois mois à discuter de cette valorisation ou encore d'une prise de participation au capital qui soit arbitraire. Héméra prendra donc 0 % du capital, ou plus précisément une action nominale qui nous permettra d'être associés aux décisions et d'être présents lors de la prochaine levée de fonds."

Julien Parrou poursuit sa démonstration :

"De nombreux accélérateurs vont voir les investisseurs en leur disant : "Voilà, j'ai cette startup, je vous la refile et je vais revendre mes parts parce que j'ai besoin d'argent pour fonctionner". Nous, nous voulons aider l'entreprise à décoller mais aussi la mener jusqu'à la levée de fonds à laquelle nous participerons. Nous irons voir les investisseurs en leur disant : "Nous allons investir à vos côtés et participer à cette levée". Héméra demandera juste une décote de 10 à 30 %. Cette mécanique est rassurante et donne des gages aux participants au tour de table. Et nous aurons la possibilité de dire non aux candidats parce qu'on sera également présent aux côtés des investisseurs."

Un seul critère de sélection de startups

Structurellement parlant, le véhicule Héméra Investissement n'investira "que dans des projets à fort potentiel qui auront une vraie carte à jouer, c'est-à-dire avec un marché solvable". Une 2e structure, Héméra Accélérateur, recevra des fonds d'Héméra Investissement et accompagnera au quotidien les startups, entre 5 et 10 par an. Un seul critère de sélection :

"L'équipe. On peut faire autant de matrices qu'on veut, la réalité, c'est qu'il y a peu de règles. Nous sélectionnerons des gens volontaires, capables de ne pas s'enferrer, de pivoter sur leur produit ou leur offre... Héméra ne sera pas sectoriel, parce que tu peux très bien commencer sur un secteur particulier au départ et découvrir une opportunité de marché ailleurs par la suite."

Deux levées de fonds sont en cours : une de 4 M€, en deux temps, pour Héméra Investissement et une de 1,5 M€ pour Héméra Accélérateur.

Le modèle économique bâti par le quatuor pour son accélérateur se fonde également sur des expériences menées de manière très empirique. Dans son immeuble bordelais, ConcoursMania accueille déjà des jeunes pousses.

"Nous hébergeons ici, dans l'immeuble Fenwick, des startups qui paient au poste, et pas au m2, sans engagement de durée, précise Julien Parrou. Pas de garantie nécessaire, pas de caution et toutes les charges sont comprises : il suffit de venir et de se brancher. Aujourd'hui, une vingtaine de personnes est accueillie ainsi dans nos murs. Héméra proposera un espace d'hébergement de startups du même type. Les entreprises accélérées pourront y être hébergées ou rester chez elle. Nous mettrons également en place un café des entrepreneurs, lieu où chacun pourra venir échanger, travailler, se restaurer, et qui sera opéré par un concessionnaire."

Des formations pour tous

Le modèle économique d'Héméra repose au total sur quatre piliers : l'accélérateur, l'hébergement de startups, le café et enfin, des sessions de formation dispensées au quotidien à des membres de l'écosystème constitué mais aussi à des sociétés "extérieures", qui n'en font pas partie mais qui voudront se former sur des questions juridiques, de community management, sur la levée de fonds... Le quatuor de dirigeants vise une rentabilité globale approchant des 10 % et dit très clairement son envie de dupliquer, dès que possible, Héméra ailleurs en France.

 Héméra fait depuis plusieurs mois planer le mystère sur son futur lieu d'implantation

L'accélérateur cherche maintenant à s'installer sur 2.000 m2 minimum dans le centre de Bordeaux. Un permanent est en cours de recrutement et gèrera la coordination du lieu, le mentorat, et participera au coaching des startups. Un alter ego, au profil plus junior, l'épaulera. Deux personnes se chargeront de la gestion opérationnelle et administrative des lieux ainsi que des services généraux et techniques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2016 à 20:11 :
Bonjour, comment les contacter? Merci

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :