Une présidente à la FPI : "Les promoteurs montrent que les temps changent"

 |   |  960  mots
Alexandra François Cuxac
Alexandra François Cuxac (Crédits : ON / Rémi Benoit)
La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), dont le 45e congrès s'est achevé ce jeudi à Bordeaux, a pour la première fois portée une femme à sa tête. Alexandra François Cuxac, fondatrice et dirigeante du groupe Alexandra François Cuxac Promotion, dont le siège est à Biarritz (64), succède à François Payelle. Elle prendra les rênes de la Fédération à compter du 1er juillet et précise ses objectifs dans cette interview exclusive.

Vous êtes la première femme à être élue à la présidence la FPI, quelle est la portée de cette décision ?

"Une femme à la tête de la Fédération des promoteurs immobiliers, c'est un symbole fort. Les promoteurs montrent que les temps changent, que les femmes sont des décideurs comme les autres. Pour moi, c'est la continuité d'une expérience de trois ans à la vice-présidence de la FPI, avec le président François Payelle. Je salue le courage des promoteurs qui ont voté pour moi hier pendant l'assemblée générale. Je suis très fière et très sensible à cette confiance."

Votre accession à la tête de la FPI témoigne-t-elle d'un virage historique chez les promoteurs ?

"Les temps changent. Je suis armée et disponible pour échanger au plus haut niveau, et je suis ravie qu'il y ait des femmes au sommet de l'Etat, comme Sylvia Pinel, la ministre du Logement, qui est originaire comme moi de Midi-Pyrénées. Les femmes sont, autant que les hommes, désireuses de faire bouger les lignes. La maison, le nid, le refuge : elles ont un rôle décisionnaire prépondérant dans ce domaine."

Le président Payelle est revenu ce jeudi matin sur son bilan à la présidence de la FPI. Quels sont les axes de votre mandat ?

"Nous vivons une période très dense avec la loi Alur (Accès au logement et un urbanisme rénové), des chantiers législatifs ici et là. Nous devons les synthétiser pour aller à l'essentiel, afin d'être lisibles sur les combats cruciaux à mener. Mon programme s'articule en quatre points. Nous sommes tout d'abord pris par l'urgence de construire, car les objectifs ne sont pas atteints. Pour lever cet obstacle, il est important de responsabiliser citoyens, politiques et promoteurs, qui sont les trois acteurs de l'acte de bâtir en France. Il faut que ces acteurs se conduisent de façon responsable, qu'ils se tiennent à ce que permet la loi. Et la loi permet normalement d'atteindre les objectifs. Pourtant la construction plafonne à moins de 400.000 logements par an en France. Ce qui oblige à ne pas perdre de vue que l'objectif national de construction se décline jusqu'à la plus petite des échelles, celle de la parcelle."

Coproduire du social de manière équilibrée

Le rapprochement de la FPI avec les bailleurs sociaux fait-il partie de votre programme ?

"Pour construire mieux, et c'est le deuxième point de mon programme, il faut décloisonner le monde des promoteurs sociaux et des promoteurs privés. Nous devons arriver à coproduire dans l'équilibre. Aujourd'hui quand les acteurs du social et du secteur privé travaillent ensemble, c'est dans un contexte financier déséquilibré, au détriment des promoteurs privés. Ce qui ne permet pas de produire de façon équitable. Si c'était le cas, nous pourrions aller très vite. Promoteurs sociaux et privés ont appris à se connaître mais il est temps de penser à mettre en place le modèle économique qui permettra de satisfaire toutes les parties et de coproduire à un autre type d'échelle."

Quel rôle pour la FPI à l'échelle de la filière ?

"Nous devons fédérer tous les acteurs de la filière de la construction : de la maîtrise d'ouvrage aux aménageurs-lotisseurs. C'est mon troisième point : toute la chaîne du logement doit être impliquée, tous les segments de marché de la construction doivent s'exprimer, faire part de leurs attentes, que l'on puisse savoir quelle valeur ajoutée chacun peut apporter."

Au-delà de cette fonction interprofessionnelle, envisagez-vous une extension du rôle de la Fédération ?

"Le quatrième point de mon programme consiste à débloquer. La FPI doit devenir un véritable incubateur de solutions dans le cadre du financement de la construction de logements. Actuellement, il est facile de caricaturer en disant que le secteur de la promotion immobilière évolue peu. La situation actuelle va nous obliger à réfléchir à la création d'un nouveau modèle de la construction. Il faut préparer la sphère publique à ce changement afin de pouvoir répondre aux besoins, ce qui va passer par de nouveaux combats."

-------------

Qui est-elle ?
Le 1er janvier 2011, Alexandra François Cuxac créée sa propre société, AFC Promotion, après des divergences de vues avec son ex-associé du promoteur-constructeur Sagec. Elle est aujourd'hui présidente du groupe Alexandra François Cuxac Promotion, présent en Midi-Pyrénées, Aquitaine et Languedoc-Roussillon. Le siège social du groupe est désormais installé à Biarritz (64), après avoir été situé à Toulouse (31). Accrocheuse, punchy, réputée pour sa rigueur, la nouvelle présidente de la FPI a su tracer sa route au sein d'un univers de la promotion immobilière où les femmes se font très rares aux postes à responsabilité. Ce combat pour la place des femmes dans l'entreprise, elle l'a fait sien : "Il y a trois ans, j'ai négocié un divorce économique avec mon associé. Nous avions de fortes divergences sur la place des femmes et une vision très différente de l'avenir. Nous nous sommes séparés en gardant chacun la moitié de l'effectif. Nos clients ont des entreprises à la culture très masculine et en région, il faut vraiment lutter contre les a priori", soulignait-elle lors de l'édition 2014 de La Tribune Women's Awards à Bordeaux. Par le passé, elle a présidé la FPI Midi-Pyrénées et participé à la fondation, en 2002, de l'ObserveR, outil permettant aux professionnels de connaître en temps réel, l'état et l'évolution du marché toulousain. L'ObserveR, unique à l'époque, a fait des émules depuis.

Mikaël Lozano

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/06/2015 à 10:43 :
J'espère que cette dame moralisera cette profession de " promoteur " , victime de retard de livraison de mon appartement , je suis depuis plus de 2 ans dans l'attente de remise de clés ! Travaux qui n'en finissent pas , chantier le plus souvent arrêté , Promoteur menteur , sourd aux appels et aux courriers ,incapable de nous préciser la date de fin des travaux, nous vivons un cauchemar !
Réponse de le 27/06/2015 à 18:18 :
Quel rapport avec l'article ???
a écrit le 26/06/2015 à 1:37 :
les femmes prennent de plus en plus de place et de responsabilité dans le secteur de la construction immobilière à l'image de Sylvia Pinel auteur de la loi pinel ( http://loipinel-gouv.org ) et c'est tant mieux car il était temps de voir évoluer la société sur les postes à responsabilité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :