Le gestionnaire Arnaud Raimon voit Emmanuel Macron sur de bons rails financiers

 |   |  573  mots
Sébastien Hénin, directeur général, et Arnaud Raimon, président d'Aliénor Capital.
Sébastien Hénin, directeur général, et Arnaud Raimon, président d'Aliénor Capital. (Crédits : J. Philippe Déjean)
Le nouveau président de la République devrait bénéficier d’un climat économique rendu porteur par la stabilisation des marchés financiers et l’absence de risque inflationniste. C’est l’analyse faite par le gestionnaire de fonds bordelais Arnaud Raimon, patron d’Aliénor Capital.

Emmanuel Macron, le nouveau président de la République, a rassuré les marchés financiers en remportant l'élection présidentielle et va bénéficier d'un cycle économique placé sous le signe de la croissance, si l'on en croit l'analyse développée par Arnaud Raimon, président de la société de gestion de fonds Aliénor Capital, à Bordeaux.

"Il ne faut pas oublier que nous sommes dans un cycle exceptionnel de croissance mondiale, qui n'est pas près de s'arrêter. Ce cycle est de longue durée car il génère une croissance économique de faible intensité. Il n'y a pas de danger inflationniste, ce qui explique que les banques centrales n'ont pas de raison de freiner le mouvement. C'est ce qui fait que la France enregistre un petit surcroît de croissance dans un cycle long, qui nous promet quatre ou cinq belles années", pronostique le dirigeant d'Alienor Capital.

Ce dernier appuie ses prévisions optimistes sur des éléments qu'il estime vraiment solides. A commencer par l'absence de survalorisation dans les marchés américains et d'euphorie chez les investisseurs européens. "Bien sûr nous ne sommes pas à l'abri d'un choc exogène impossible à anticiper", temporise Arnaud Raimon.

Le moteur des rachats d'actions

La non euphorie des marchés européens n'a rien à voir avec de la tristesse et constitue un gage de stabilité apprécié par un grand nombre d'investisseurs. Là aussi Arnaud Raimon voit l'empreinte d'un mouvement durable, au moins le temps d'un quinquennat. Et ce pour trois raisons.

"Depuis 2009 ni les particuliers ni les institutions n'ont été acheteurs nets d'actions, assène le gestionnaire bordelais. Le phénomène qui tient les marchés actions depuis cette date, poursuit-il, ce sont les rachats par les sociétés de leurs titres cotés en Bourse. Une stratégie qui génère 120 Md€ d'investissement par an sur les marchés en Europe !"

Douchés par les krachs boursiers de 2000 (explosion de la bulle spéculative Internet) et 2008 (crise des crédits hypothécaires américains) les particuliers semblent ne plus investir en Bourse qu'avec une grande prudence, éclaire Arnaud Raimon. Les institutions, où l'on trouve les compagnies d'assurance, qui ont chaque jour de grandes quantités de liquidités à placer sur les marchés mondiaux à moyen et long terme, mais aussi des organismes de placement ou encore des fonds de pension, ne sont plus acheteuses nettes d'actions parce qu'elles subissent les effets de la directive européenne Solvabilité 2 (Solvency 2).

Des fonds réorientés vers les obligations

Adoptée en 2009 par l'Union juste après la crise des crédits hypothécaires américains (subprimes) de 2008, cette directive Solvabilité 2 complète en quelque sorte les accords de Bâle, qui valent pour les banques, en obligeant les institutions à renforcer leurs fonds propres. Contraintes qui réduisent la quantité d'actifs que ces institutions peuvent investir en actions.

Le tout dans le cadre d'une régulation qui entend conserver leur stabilité à des marchés financiers très puissants, où toute défaillance peut générer, comme l'a montré la crise des subprimes, un risque majeur pour la vie économique et la stabilité des Etats. Ces restrictions inhibent selon Arnaud Raimon l'appétence des institutions pour les marchés actions et les poussent à investir dans des obligations, dont les emprunts d'Etat. Une dérivation des flux qui le laisse sur sa faim.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :