Législatives : Ensemble et la Nupes au coude-à-coude en Gironde, le RN en embuscade

Qualifiée dans neuf des douze circonscriptions girondines et arrivée en tête dans quatre d'entre-elles, la Nupes (Nouvelle union populaire écologique et sociale) affiche une certaine dynamique au 1er tour des élections législatives en Gironde. Mais les candidats de la majorité présidentielle (Ensemble !) résistent bien : ils seront présents au second tour dans onze des douze circonscriptions girondines. La droite LR s'est effondrée et l'extrême droite continue à progresser inexorablement en doublant voire en triplant ses scores, y compris à Bordeaux.

7 mn

Dans la 1ere circonscription de Gironde, Thomas Cazenave (Ensemble) affrontera Catherine Cestari (Nupes) au second tour.
Dans la 1ere circonscription de Gironde, Thomas Cazenave (Ensemble) affrontera Catherine Cestari (Nupes) au second tour. (Crédits : PC / La Tribune)
  • 1ere circonscription (Bordeaux Nord, Caudéran, Bruges, Le Bouscat)

Dans la 1ere circonscription de Gironde, qui regroupe Bordeaux Nord, Bruges et Le Bouscat, Thomas Cazenave, conseiller municipal bordelais et candidat de la majorité présidentielle, arrive en tête avec 38,2 % des suffrages exprimés. Il se qualifie pour le second tour face à l'écologiste Catherine Cestari (Nupes) qui en a obtenu 27,3 %. Avec 19.600 bulletins, Thomas Cazenave dispose donc d'une nette avance sur l'union de la gauche mais a réuni 1.600 bulletins de moins que la députée LREM sortante, Dominique David, en 2017. A l'inverse, son adversaire de la Nupes, collecte 14.000 votes, soit environ 2.000 de plus que les cinq candidats de la gauche en avaient obtenu séparément il y a cinq ans. Mais les réserves de voix se trouvant à droite, c'est Thomas Cazenave qui semble en meilleure position pour l'emporter le 19 juin.

A droite justement, sur fond de division, Pierre de Gaëtan Njikam (8 %) et Xavier Loustaunau (2,4 %) sont éliminés avec, à eux-deux, 4.000 bulletins de moins que le candidat LR Nicolas Florian en 2017. Enfin, à l'extrême-droite, Bruno Paluteau (Rassemblement national), récolte 9,6 % des suffrages, soit 5.000 bulletins. C'est tout simplement le double du score du FN de 2017 alors que la participation (50,01 %) est légèrement inférieure cette année qu'en 2017 (51,26 %).

Lire aussi 7 mnLégislatives : les cinq grands enseignements du premier tour

  • 2e circonscription (Bordeaux centre)

En 2017, le 1er tour des législatives avait abouti à un duel entre La République en marche (Catherine Fabre, 1ere avec 39,8 % avant d'être réélue) et la droite (Anne Walryck, 2e avec 15,8 %) dans cette circonscription qui couvre Bordeaux, à l'exception des quartiers nord et sud. La configuration est bien différente cinq ans plus tard puisque si la sortante Catherine Fabre a réussi à se qualifier pour le second tour avec 32,8 % des suffrages exprimés, elle termine douze points derrière Nicolas Thierry, le candidat écologiste de la Nupes qui récolte 45,1 %, soit 17.000 bulletins. Le conseiller régional EELV a ainsi obtenu 6.000 votes de plus que le total des quatre candidats de gauche en 2017 et semble donc favori pour le second tour. Dans le même temps, Catherine Fabre a plutôt bien résisté en perdant moins d'un millier d'électeurs en cours de route. La droite LR, représentée par Emmanuelle Cuny, s'est effondrée avec 7,4 %, soit la moitié de son score de 2017.

Enfin, le Rassemblement national de Pierre Le Camus progresse et totalise 5,21 % contre 3,8 % en 2017 alors même qu'une autre candidate d'extrême-droite, Virginie Tournay (Reconquête) fait jeu égal avec 4,97 %, soit moins de cent bulletins d'écart. Avec ces deux candidats, l'extrême-droite triple son score en cinq ans. La participation (52,98 %) a progressé de près de deux points par rapport aux 51,08 % de 2017.

Lire aussi 7 mnPrésidentielle : les résultats du second tour en Nouvelle-Aquitaine en infographies

  • 3e circonscription (Bordeaux Sud, Bègles, Talence, Villenave-d'Ornon)

Dans cette 3e circonscription couvrant le sud de la métropole bordelaise, le député LFI sortant, Loïc Prud'homme termine à la première position avec 44,9 % des suffrages exprimés, devançant très nettement Fabien Robert (majorité présidentielle) qui se qualifie pour le second tour mais est relégué à près de quinze points avec 29,5 %. Le Rassemblement national complète le podium, sans se qualifier, avec 10,8 % des suffrages. Défendant les couleurs de la Nupes, Loïc Prud'homme a plus que doublé son score de 2017 (19.700 bulletins contre 7.500) et obtenu 3.000 voix de plus que le total des candidats de gauche il y a cinq ans. Fabien Robert fait lui peu ou prou jeu égal avec le candidat LREM de 2017. Là encore, le Rassemblement national et Reconquête totalisent plus du double de bulletins que le FN en 2017.

Loïc Prud'homme se trouve en ballotage favorable pour être réélu dans cette 3e circonscription où la participation (50,07 %) a été légèrement supérieure à 2017 (49,2 %).

  • Un clivage droite-gauche à Bordeaux Métropole

Dans les autres communes de la métropole bordelaise, c'est la Nupes représentée par le socialiste Alain David (40,6 %) qui arrive nettement en tête sur la rive droite (4e circonscription) et sera opposé à Melissa Karaca (Ensemble) qui a obtenu 24 %. Sur la rive gauche, du côté de Mérignac (6e circonscription), le député LREM sortant Eric Poulliat devance d'une courte tête (34,8 %) la candidate Nupes Vanessa Fergeau-Renaux (33,9 %) qu'il affrontera dimanche prochain lors d'un duel qui s'annonce serré. Enfin, même configuration plus au Sud, autour de Pessac (7e circonscription), la députée LREM sortante Bérangère Couillard (36,3 %) devance légèrement Jean-Renaud Ferran (Nupes) qui a obtenu 34,5 %.

Lire aussi 8 mnÉlection présidentielle : les résultats à Bordeaux et en Nouvelle-Aquitaine

  •  Le Rassemblement national en tête dans deux circonscriptions

Ailleurs en Gironde, des duels opposeront la majorité présidentielle Ensemble à la Nupes dans cinq circonscriptions tandis que le Rassemblement national sera présent dans les quatre autres duels du second tour. Le parti de Marine Le Pen est même arrivé en tête dans le Médoc dans la 5e circonscription couvrant le Médoc : Grégoire de Fournas, qui a plus que doublé son score à 28,6 % malgré la présence d'un candidat Reconquête (3,9 %), y affrontera Olivier Maneiro, de la Nupes (25,9 %). Le député LREM sortant Benoît Simian, poursuivi par la justice pour des faits de harcèlement, est sèchement éliminé avec seulement 3,7 %.

Le RN est également en tête dans la 11e couvrant le Blayais et le Nord Gironde où Edwige Diaz, qui a presque doublé son nombre de bulletin, culmine à 39,4 % et sera opposée à la députée LREM sortante Véronique Hammerer (23,7 %) qui devance d'une courte tête le candidat Nupes Mathieu Caillaud (22,8 %). Dans cette circonscription, le RN peut donc espérer décrocher pour la première fois un poste de député en Gironde.

Lire aussi 5 mnAprès la flambée RN en Lot-et-Garonne, ressorts et conséquences du vote d'extrême-droite

Et, signe supplémentaire de la progression de l'extrême-droite dans tout le département, le RN est également au second tour dans deux autres circonscriptions soit, au total, dans un tiers des douze circonscriptions girondines. Ainsi, dans la 8e circonscription (Bassin d'Arcachon), la députée LREM sortante Sophie Panonacle, arrivée en tête avec 35,0 %, affrontera Laurent Lamara (RN) qui a obtenu 19,7 %. Même cas de figure dans le Libournais (10e circonscription), où le député LREM sortant Florent Boudié (32,7 %) sera opposé à la RN Sandrine Chadourne (28 %).

  • Deux duels Ensemble-Nupes dans le Sud Gironde

Enfin, deux nouveaux duels entre la majorité présidentielle et l'union de la gauche se tiendront dans les deux dernières circonscriptions départementales. Dans l'Entre-deux-mers (12e circonscription), la Nupes est arrivée en tête avec Mathilde Feld (26,9 %) qui devance légèrement le candidat Ensemble Pascal Lavergne (24,6 %). Scénario inversé un peu plus au sud dans la 9e circonscription où la députée Modem sortante Sophie Mette (28,8 %) devance plus nettement Sacha André (Nupes) qui réunit 24,2 %.

Lire aussi 7 mn« Le vote Le Pen est assez identifié à la crise des Gilets jaunes en Gironde et en Lot-et-Garonne »

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 17/06/2022 à 10:38
Signaler
Les Français ne croient plus en leur système démocratique, juridique et fiscal et pire une grande partie ne consent plus à obéir et à jouer le jeu fiscal et pénal . d'où la multiplication des actes de rébellion et de violence en vers tous ce qui re...

à écrit le 17/06/2022 à 10:33
Signaler
Les Français ne croient plus en leur système démocratique et pire une grande partie ne consent plus à obéir et à jouer le jeu fiscal et pénal . d'où la multiplication des actes de rébellion et de violence en vers tous ce qui ressemble de prés ou de ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.